L'asclépiade, vivace de l'année

Asclépiade tubéreuse... (www.perennialresource)

Agrandir

Asclépiade tubéreuse

www.perennialresource

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) La Perennial Plant Association a choisi comme vivace de l'année 2017 une asclépiade : l'asclépiade tubéreuse (Asclepis tuberosa). Pas surprenant avec les médias qui ne cessent de couvrir la situation critique du papillon monarque (Danaus plexippus), dont la population serait en chute libre d'après certaines sources, et avec les nombreux programmes créés partout en Amérique du Nord pour assurer sa sauvegarde, comme L'effet papillon de la fondation David Suzuki (effetpapillon.davidsuzuki.org).

Après tout, les chenilles de monarque ne peuvent se nourrir d'autre chose que des feuilles d'asclépiade. Alors si vous cultivez des asclépiades chez vous, c'est l'équivalent d'offrir le gîte et le couvert à ce papillon menacé. Et de plus, l'asclépiade tubéreuse est une très jolie plante de culture relativement facile.

Ses origines

Les asclépiades (Asclepias spp.) proviennent largement du Nouveau Monde, mais l'espèce qui nous intéresse ici, l'asclépiade tubéreuse, vient des régions sèches ou sablonneuses des États-Unis et de l'Ontario. On la trouve çà et là dans les champs dénudés de l'ouest du Québec, mais il s'agit probablement de plantes échappées de la culture. 

Une description

Il s'agit d'une vivace dressée qui pousse en touffes denses de tiges dressées. Ses longues feuilles assez étroites rappellent celles du saule : elles sont placées en spirale. Elles contiennent une sève toxique, mais que les chenilles de monarque peuvent digérer. En mangeant exclusivement des feuilles d'asclépiade, elles assimilent les éléments toxiques du feuillage et ainsi les chenilles et papillons monarques deviennent à leur tour toxiques, ce qui les aide à se protéger des prédateurs.

La plante sauvage atteint habituellement 60 à 90 cm de hauteur et 40 à 60 cm de diamètre. La plupart des variétés vendues en pépinière sont plus compactes : de 40 à 70 cm.

La chenille du monarque, bariolée jaune, blanc et... (www.perennialresource) - image 2.0

Agrandir

La chenille du monarque, bariolée jaune, blanc et noire, est facile à reconnaître, car aucune autre chenille ne fréquente les asclépiades.

www.perennialresource

En juillet et en août, la plante est coiffée de denses ombelles de fleurs à cinq pétales qui affichent différentes teintes d'orange. Il n'y a pas de parfum, ce qui est rare pour une asclépiade. Notez que si le feuillage est toxique, le pollen et le nectar des fleurs ne le sont pas. Ainsi les fleurs sont fréquentées par les abeilles, les syrphes et différents papillons, dont le monarque. 

Après la floraison, la plante produit d'étroites capsules de graines qui s'ouvrent pour révéler des «parachutes» blancs, chacun muni d'une seule graine aplatie. 

Les plantes vendues en pépinière ont habituellement des fleurs orange vif, mais il y existe des cultivars d'autres couleurs, comme 'Hello Yellow', à fleurs jaunes, et 'Gay Butterflies', un mélange combinant différentes teintes d'orange, de rouge et de jaune.

Comment la cultiver

L'asclépiade tubéreuse préfère le plein soleil et un sol très bien drainé, même plutôt pauvre et sec. Il peut être légèrement acide, neutre ou alcalin. Elle tolère bien la sécheresse grâce à ses racines tubéreuses. Elle n'est pas toujours à l'aise dans une plate-bande au sol riche, meuble et abondamment arrosée et déteste particulièrement les sols glaiseux. En fait, il faut qu'elle vive un peu de misère pour bien réussir!

Cultiver des asclépiades, c'est l'équivalent d'offrir le gîte... (www.perennialresource) - image 3.0

Agrandir

Cultiver des asclépiades, c'est l'équivalent d'offrir le gîte et le couvert au papillon monarque, qui est menacé.

www.perennialresource

La multiplication par division est un peu complexe. On peut facilement diviser les jeunes plantes, mais une plante mature peut prendre un ou même 2 ans avant de récupérer d'une division. Ainsi, on multiplie habituellement cette espèce par semences ou par boutures de tige.

D'ailleurs, cette plante est facile à produire à partir de semences, fleurissant parfois la première année d'un semis fait à l'intérieur en mars. Par contre, il faut des semences fraîches, sinon le taux de germination peut être décevant. 

Contrairement à l'asclépiade commune (A. syriaca), aussi appelée petits cochons, effectivement très commune dans les champs du Québec et très envahissante à cause de ses rhizomes rampants, l'asclépiade tubéreuse reste fidèlement là où vous l'avez plantée. Elle n'a même pas tendance à se ressemer.

Théoriquement, l'asclépiade tubéreuse est rustique jusqu'en zone 3, mais en pratique, elle disparaît rapidement des sols trop humides, car la combinaison de froid et d'humidité peut facilement lui être fatale. Sa rusticité est meilleure dans un sol bien drainé. Un paillis léger, comme des aiguilles de pin, peut l'aider à survivre l'hiver. 

Quand les insectes attaquent...

Si vous plantez l'asclépiade tubéreuse dans le but d'attirer et de nourrir les monarques, il faut être prêt à accepter que certaines feuilles soient mâchouillées. Il y a rarement plus d'une chenille par plante, donc les dégâts sont généralement restreints. La chenille du monarque, bariolée jaune, blanc et noire, est facile à reconnaître, car aucune autre chenille ne fréquente les asclépiades.

L'asclépiade est parfois attaquée par d'autres insectes, notamment le puceron de l'asclépiade, un petit insecte jaune orange, et la petite punaise de l'asclépiade, dont l'adulte est orange et noire et les jeunes larves dodues, orange. Vous ne pouvez pas vaporiser n'importe quel insecticide sur une asclépiade infestée, sinon, vous tuerez aussi la chenille du monarque. Souvent, un fort jet d'eau suffit pour faire tomber et mourir les pucerons. Répétez tous les trois ou quatre jours pour éliminer les insectes que vous aurez manqués avec le premier traitement. Pour la punaise, faites-les tomber dans de l'eau savonneuse, tout simplement. 

Et voilà : avec l'asclépiade tubéreuse, vous aurez de belles fleurs tout en aidant à sauver un papillon en détresse!

***

Réponses à vos questions

Orchidée qui perd ses boutons floraux

Q J'ai une orchidée phalaenopsis qui a fait une nouvelle tige florale. Le problème est que les boutons floraux avortent avant de s'ouvrir. Ce n'est pas la première fois qu'elle fleurit, mais la première fois que les boutons avortent. Quel est le problème? La plante est toujours à la même place dans la maison et je l'arrose comme d'habitude, une fois par semaine, en remplissant le pot d'eau et la laissant tremper pour environ 30 minutes, puis je laisse égoutter la plante avant de la replacer dans le cache-pot. Je l'ai oubliée dans l'eau une fois et elle a trempé deux heures. Est-ce la raison?

Pierre Savard, Québec

R L'avortement des boutons floraux chez le phalaenopsis est un symptôme de stress. La question est de savoir la cause du stress. Il peut s'agir d'une foule de choses : courant d'air froid, air trop sec, arrosage insuffisant (ce que je ne soupçonne pas dans votre cas), manque de lumière (peut-être que l'em-placement est plus ombra-gé

qu'autrefois), terreau trop décomposé, trop d'engrais, etc. Quant au fait que les racines de l'orchidée soient restées trop longtemps dans l'eau, c'est possible. Sentez le terreau pour voir. S'il sent la pomme de terre pourrie, il est possible que des racines soient en train de pourrir et si c'est le cas, il serait sage de dépoter votre plante et de couper celles qui sont brunes et ramollies avant de la rempoter dans un terreau pour orchidées frais. 

Pivoine qui perd ses fleurs

Q Je possède depuis 4 ans une pivoine à grandes fleurs simples. En début de saison, je perds chaque fois quatre à cinq branches, bien que la plante demeure vivante. À quoi cela est-il dû et que faire?

Jacqueline Campion

R Je ne suis pas certain, mais je soupçonne la pourriture grise (botrytis), car peu d'autres maladies des pivoines apparaissent si tôt et sont aussi fulgurantes. Coupez et détruisez les tiges atteintes et, à l'automne aussi, les feuilles en santé quand elles brunissent. Au printemps prochain, appliquez un fongicide (du soufre micronisé, par exemple) dès que le feuillage commence à se former et répétez toutes les deux semaines jusqu'à la floraison. Si le problème persiste, sans doute que cet emplacement ne convient tout simplement pas aux pivoines, étant sans doute trop humide et peut-être aussi trop ombragé. Mieux vaut alors jeter la plante que la déplacer, car la maladie peut parfois suivre si vous la transplantez dans un nouvel emplacement. Enfin, achetez toujours vos pivoines d'un marchand fiable, car il arrive souvent que la plante soit déjà malade à l'achat.

Des questions svp! Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseaux@yahoo.com

***

Calendrier horticole

  • Les journées du jardin en cours
Les Journées du jardin, 10 jours de célébrations au sujet des jardins, sont en cours jusqu'au 18 juin et il y a encore beaucoup d'activités dans les divers jardins participants. Vérifiez auprès de votre jardin préféré pour voir ce qui est prévu pour l'occasion.

  • Visites gratuites au parc du Bois-de-Coulonge et au domaine de Cataraqui
Les vendredis, samedis, diman-ches et journées fériées cet été, il y aura des visites guidées des deux parcs à 10h30, 13h et 15h. Info : www.capitale.gouv.qc.ca

  • Activités au Jardin floral de La Pocatière 
Le samedi 17 juin, apportez vos victuailles et venez faire un dîner champêtre. Le repas sera suivi, à 13h, par une visite guidée de Denis Gendron. Le dimanche 18 juin, il y aura un atelier-conférence sur les chauves-souris à 13h. Adresse : 230, route 230 ouest, La Pocatière, Québec. Info : www.jardin

floraldelapocatiere.com

  • Biergarten au Domaine de Maizerets 
L'Arboretum du Domaine Maizerets fêtera le samedi 17 juin son 20e anniversaire avec un «Biergarten», une brasserie allemande en plein air. Animation et musique de 15h à 22h. Mets typiques et bières. Accès gratuit. Adresse : 1395, avenue D'Estimauville, Québec. Info : www.domainemaizerets.com

  • Visites du Domaine Joly-De Lotbinière
Le samedi 17 juin, visites guidées du jardin à 10h30 et à 14h30 en compagnie de Larry Hodgson. Adresse : 7015, route de Pointe Platon, Sainte-Croix, Québec. Info : www.domainejoly

  • Parc de la Chute-Montmorency
Ouverture de la saison officielle de 11h à 16h le dimanche 18 juin, soit la fête des Pères, avec la journée «Papa, je te mets au défi!». Rabais et animation. Adresse : 5300, boulevard Sainte-Anne, Québec. Info : 844 522-4883. 

  • Voyage horticole en Beauce
La Société d'horticulture de Lévis organise un voyage horticole en Beauce le samedi 15 juillet comprenant les visites guidées de trois jardins privés : Jardins Les Vivaces de Lilybob, Jardin au P'tit bonheur fleuri et le jardin privé de Jim et Sylvio à Saint-Georges. Le voyage se terminera par une séance de magasinage chez Horto-Verdi. Dîner, souper et pourboires inclus. Coût : 125 $ pour les membres et 135 $ pour les non-membres. Info : Marielle Demers au 418 838-9578 ou demersmarielle@hotmail.com.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer