Pratiquer le feuillicyclage

On peut facilement déchiqueter les feuilles qui tombent... (Photo 123RF/Petr Konecny)

Agrandir

On peut facilement déchiqueter les feuilles qui tombent sur le gazon avec une tondeuse.

Photo 123RF/Petr Konecny

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Depuis plus de 40 ans, je pratique le feuillicyclage... sans le savoir. Voyez-vous, le terme est récent (j'ai commencé à l'entendre vers 2012), une combinaison de feuille et de recyclage. D'ailleurs, je ne crois pas qu'il soit officiellement reconnu. Cependant, les techniques qui composent le feuillicyclage existent depuis fort longtemps, certaines depuis la nuit des temps.

L'idée est de réutiliser chez vous les feuilles qui tombent à l'automne plutôt que de les brûler ou de les déposer dans des sacs pour que la Ville les ramasse.

Le feuillicyclage est la façon écoresponsable de récupérer les feuilles.

Pourquoi déchiqueter les feuilles?

Vous allez voir dans ce texte plusieurs références aux «feuilles déchiquetées». Pourquoi?

C'est que d'un côté, les feuilles entières tendent à partir au vent, ce qui peut offenser vos voisins moins écoresponsables. Une fois déchiquetées, les feuilles réduites en miettes restent là où vous les avez posées, surtout si vous les arrosez légèrement, ce qui les tasse un peu.

Aussi, alors que des grandes feuilles entières peuvent s'accumuler en s'enserrant les unes dans les autres, formant une barrière pour les plantes en dessous, les miettes de feuilles ne bloquent pas du tout la croissance des végétaux qu'elles recouvrent.

Et surtout, les feuilles des arbres se décomposent beaucoup plus rapidement quand on les déchiquette auparavant. Un énorme tas de feuilles disparaîtra presque entièrement au cours d'un seul hiver quand les feuilles sont réduites en miettes. Cela est encore plus important pour les feuilles qui se décomposent très lentement, comme les feuilles de chêne.

Comment les déchiqueter

La méthode traditionnelle consiste à passer sur les feuilles avec une tondeuse. La plupart des modèles modernes sont déjà vendus avec une lame déchiqueteuse qui fait un excellent travail. Mais si vous avez un vieux modèle (les tondeuses déchiqueteuses sont sur le marché depuis 20 ans environ), sachez que vous pouvez remplacer sa lame par une lame déchiqueteuse. Ou encore, passer deux fois sur les feuilles avec une lame ordinaire pour mieux les réduire en miettes.

En mode aspiration, les souffleuses à feuilles aussi déchiquettent les feuilles.

On peut aussi mettre les feuilles sèches dans un grand contenant, comme une poubelle en plastique, et les déchiqueter avec un coupe-bordure électrique à fil de nylon. À cette fin, ajoutez des feuilles jusqu'au tiers de la hauteur de la poubelle environ, mettez le coupe-bordure en marche, et descendez et remontez-le dans la poubelle à plusieurs reprises. Il déchirera les feuilles très efficacement.

Celles qui tombent sur le gazon...

Quand les feuilles commencent à tomber sur le gazon, il suffit de passer votre tondeuse sans le sac récupérateur et de laisser les miettes sur place pour nourrir le gazon, donc, sans les ramasser. Cela fonctionne mieux quand les feuilles sont sèches. Au printemps, les feuilles déchiquetées nourriront le gazon qui verdira comme jamais, car elles sont riches en minéraux et peuvent facilement remplacer les engrais à gazon si coûteux.

Si jamais il y a vraiment beaucoup de feuilles après la tonte, soit plus de 5 cm, de telle sorte que vous ne voyez plus les brins de gazon pointer à travers à la fin de la tonte, c'est un peu trop. Ramassez alors les miettes en tondant avec le sac récupérateur lors des premières tontes de l'automne. En fin de saison, quand moins de feuilles restent sur le gazon, repassez sans le sac pour la dernière tonte de la saison et laissez les résidus là où ils tombent.

... et ailleurs

Normalement il n'y a aucun besoin de ramasser les feuilles qui tombent dans une plate-bande ou un potager. Laissez-les sur place, tout simplement, là où elles se décomposeront tout naturellement.

Quand elles tombent sur les surfaces inertes tondables (une entrée en asphalte ou en béton, par exemple), ramassez-les en utilisant la tondeuse munie du sac récupérateur et utilisez-les ailleurs sur votre terrain (des suggestions suivront). Si la surface ne peut pas être tondue (une entrée en gravier, par exemple), ramassez les feuilles avec une souffleuse à feuilles en mode aspiration pour les déposer ailleurs par la suite.

Autres utilisations

Gardez toujours plusieurs grands sacs à ordures pleins de feuilles déchiquetées de côté tout l'hiver pour nourrir votre composteur maison au printemps et à l'été. On sait qu'il faut normalement deux parties de matières brunes pour une partie de matières vertes pour que le compostage se fasse avec une certaine rapidité. Or, l'été, les matières vertes (déchets de table, gazon tondu, etc.) sont abondantes, mais les matières brunes sont introuvables... à moins d'avoir mis de côté des sacs de feuilles déchiquetées. Donc, chaque fois que vous mettez une poignée de matières vertes dans le composteur, ajoutez aussi deux poignées de feuilles mortes déchiquetées.

Que faire des feuilles malades?

Il n'y a aucune raison logique d'éliminer les feuilles malades de votre programme de feuillicyclage. C'est notamment le cas des feuilles d'érable de Norvège atteintes de tache goudronneuse. Cette maladie maintenant omniprésente dans notre région est là pour rester et reviendra d'année en année, peu importe que vous détruisiez les feuilles en les mettant dans la poubelle, comme la plupart des municipalités le recommandent encore, ou que vous les déchiquetiez pour les utiliser chez vous. Soyez écoresponsables et feuillicyclez ces feuilles avec les autres.

Le feuillicyclage: écologique, bon marché, efficace... et à la portée de tout jardinier!

Un lotus cultivé sur un balcon... (Photo Jocelyne Camirand) - image 2.0

Agrandir

Un lotus cultivé sur un balcon

Photo Jocelyne Camirand

Réponses à vos questions

Hiverner un lotus

Q C'est la première fois que j'ai un lotus. Je l'ai mis dans un grand pot rempli d'eau sur mon balcon, au soleil. Sa croissance a été lente, et je n'ai eu qu'une seule fleur qui vient de s'ouvrir. Mais quelle fleur magnifique! Je veux savoir l'entretenir l'automne et l'hiver. Et quoi en faire au printemps.

Jocelyne Camirand

R D'abord, félicitations pour la floraison, car le lotus (Nelumbo nucifera) est souvent difficile à réussir sous notre climat. Le fait de le cultiver en pot a sûrement aidé, car il fleurit bien quand l'eau dans laquelle il pousse est plutôt chaude. Souvent, les étangs en pleine terre tardent à se réchauffer, ce qui reporte la floraison aux calendes grecques. Quant à son hivernage, le lotus entre en dormance très tard à l'automne. Pour l'instant, donc, laissez votre plante à l'extérieur. Ne coupez que les feuilles déjà mortes. Et attendez que le gel ait tué les feuilles restantes avant de les supprimer. Une fois que la plante aura subi une gelée ou deux, il faudra la mettre à l'abri.

En effet, le lotus a besoin de fraîcheur l'hiver, mais ne tolère pas que le gel touche aux tubercules enfouis dans le pot, ce qui arrivera si vous le laissez à l'extérieur tout l'hiver dans un pot. Vous devez trouver un emplacement froid, mais à l'abri du gel. Traditionnellement, on place son pot au fond d'une piscine, car l'eau y est froide, mais le gel ne pénètre pas assez profondément pour atteindre les tubercules en dormance. Vous pourriez aussi emballer son pot avec un sac de plastique (pour que le terreau reste bien humide) et le placer dans un garage à peine chauffé, dans un caveau à légumes ou dans un autre endroit froid, mais libre de gel. Pour obtenir une floraison plus hâtive l'an prochain, placez la plante à la chaleur et au soleil dès mars, à l'intérieur, devant une fenêtre orientée plein sud si possible. Mettez le pot dans un contenant d'eau et commencez à fertiliser, car le lotus est une plante très gourmande. (Il existe des engrais spéciaux pour nymphéas qui conviennent bien.) Puis, quand les températures nocturnes dépasseront fidèlement 10 °C (habituellement vers la mi-juin), vous pourrez acclimater votre lotus à la vie sur un balcon pour l'été prochain.

***

Quand protéger les plantes?

Q Je serai partie tout le mois d'octobre. Est-il préférable de protéger mes plantes avant de partir ou puis-je attendre en novembre?

Francine Huot

R La protection hivernale (emballage des arbres, arbustes et conifères pour l'hiver) est rarement nécessaire et, personnellement, je n'encourage pas cette pratique. Je recommande plutôt de cultiver des plantes bien adaptées au climat local qui n'ont donc pas besoin de protection. Mais si vous sentez le besoin de protéger des plantes chez vous, sachez qu'il ne faut jamais installer cette protection avant le mois de novembre et, de préférence, la fin de novembre. Si on emballe les végétaux trop tôt à l'automne, ça ralentit leur acclimatation au froid et ça peut alors entraîner de sérieux dommages hivernaux. Mieux vaut laisser les plantes geler au moins une fois (de préférence, plusieurs fois) avant de procéder à cet emballage.

Avec son feuillage argenté, le chalef  'Quicksilver' illumine... (Photo www.jardinierparesseux.com) - image 3.0

Agrandir

Avec son feuillage argenté, le chalef  'Quicksilver' illumine tout le terrain.

Photo www.jardinierparesseux.com

Olivier dangereux pour les fondations?

Q Si je plante un olivier de Bohême (Elaeagnus angustifolia) à 6 mètres (20 pieds) de mon solage, est-ce que ses racines peuvent menacer les fondations? Cet arbre pousse jusqu'à sept mètres de hauteur, mais ce qui m'intéresse, c'est la beauté de son feuillage. Son ombre nuirait plutôt. Puis-je le tailler pour qu'il ne dépasse pas trois mètres?

Raymonde, Baie-Saint-Paul

R L'idée que les racines d'un arbre puissent nuire à la fondation d'une maison est nettement exagérée. Un arbre peut pousser tout près d'une fondation sans causer le moindre dommage. Lisez pourquoi ici: goo.gl/qMlQH4. De plus, l'olivier étant un arbre de taille moyenne, avec des racines relativement proportionnelles à son envergure, il y a encore moins de risque.

Donc, vous pouvez le planter à cette distance de votre demeure. Bien sûr, il est possible de tailler un olivier de Bohême pour réduire sa taille, mais pourquoi ne pas opter pour un arbre au feuillage argenté comparable, mais de moindre taille? Je vous suggère le chalef 'Quicksilver' (Elaeagnus 'Quicksilver') qui est un hybride de l'olivier de Bohême et qui offre le même feuillage argenté et la même rusticité (zone 2b), mais sur une plante d'environ trois à quatre mètres de hauteur. Il est parfois vendu comme un petit arbre, mais généralement comme un arbuste à branches multiples. Si vous préférez un port d'arbre, coupez toutes les branches, sauf la plus droite et, à mesure qu'il gagne en hauteur, supprimez les branches inférieures pour libérer encore plus de tronc. Cet arbuste est relativement disponible en pépinière, mais si vous ne le trouvez pas, demandez à votre pépiniériste de le commander à votre attention.

***

Des questions, svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrier@jardinierparesseux.com

Par courrier à Le jardinier paresseux, Le SoleilC.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec) G1K 7J6

Calendrier horticole

Les clématites

La Société d'horticulture La Chaudière fleurie vous invite à la conférence Les clématites, présentée par Caroline Giroux. Elle se tiendra lundi, à 19h, au restaurant Baril Grill, situé au 1390, 6e Avenue, à Saint-Georges, en Beauce (secteur ouest).

Coût: 5 $/non-membres

Info: info@chaudierefleurie.org

***

Les Miltoniopsis

Les Orchidophiles de Québec vous proposent une conférence sur les Miltoniopsis, avec Christelle Kapfer. Elle aura lieu mardi, à 19h30, au Montmartre, situé au 1669, chemin Saint-Louis.

Coût: 5 $/non-membres

Info: orchidophilesdequebec.ca

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrier@jardinierparesseux.com.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer