Le poteau de Marcel Landry

Depuis une quinzaine d'années, Marcel Landry décore «son»... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Depuis une quinzaine d'années, Marcel Landry décore «son» poteau sur Arago Est, dans le quartier Saint-Roch. Les passants ont l'habitude d'arrêter quand il est à l'oeuvre pour jaser ou prendre une photo. «Heureusement que j'aime parler», dit en riant.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Tous ceux qui sont passés par la rue Arago Est le connaissent sans le connaître. Les habitués l'ont peut-être déjà entendu siffloter pendant qu'il décorait «son» poteau de brindilles, de fleurs, de lumières et d'amour.

Depuis une bonne quinzaine d'années, Marcel Landry a changé la face de son bout de quartier, invitant à plus de beauté et de créativité. Déjà, il organisait une corvée de ménage de la côte Badelard avec les résidents du coin. Puis, avant que la Ville de Québec n'aménage le bas de la côte, il avait commencé à planter des gloires du matin pour embellir un poteau.

Lui et sa femme, Michèle Renaut, en avaient un autre «en plein dans le museau» devant chez eux, planté sur le trottoir de béton, tapissé d'affiches et «de plus en plus laid». Aux grands maux les grands moyens. M. Landry a fabriqué des boîtes à fleurs en métal et a fait grimper de la cobée qui a presque recouvert la plaque de la rue. «C'était bien l'été. Mais qu'est-ce que j'allais faire l'hiver?»

C'est ainsi qu'il a «patenté» son poteau pour l'Halloween, puis Noël, la Saint-Valentin, la Saint-Patrick, Pâques, le printemps... «Marcel a voulu faire un hommage à la France pour le 14 juillet en mettant des géraniums», raconte encore sa femme à l'accent chantant du Vieux Continent.

«Les voisins nous aident», répétera-t-il plusieurs fois en cours d'entrevue, reconnaissant et heureux d'avoir rendue contagieuse son action citoyenne.

Hommage à la France le 14 juillet avec... (Photo fournie par Michèle Renaut) - image 2.0

Agrandir

Hommage à la France le 14 juillet avec des géraniums et des rubans bleu, blanc, rouge.

Photo fournie par Michèle Renaut

N'empêche qu'il a passé des heures à travailler son poteau. D'année en année, il varie les décors. 

Dans le passé, il est allé chercher beaucoup de choses dans la nature, indique sa femme. «Il a sillonné toute la région pour trouver du Hart rouge», dit-elle en parlant des rameaux de cornouiller stolonifère, qui tranchent si bien sur la neige l'hiver. Sinon, il s'est approvisionné au Marché du Vieux-Port, chez Hamel, au Centre jardin Paradis. Et il garde tout son matériel. «Je ne vous dis pas l'état de la cave!» s'exclame Mme Renaut.

Avec admiration, elle parle de l'extravagance de certains recouvrements réalisés par son mari les 15 dernières années, «quitte à boucher le trottoir à l'occasion».

Pour Pâques, le poteau prend des airs de... (Photo fournie par Michèle Renaut) - image 3.0

Agrandir

Pour Pâques, le poteau prend des airs de printemps et se remplit de cocos.

Photo fournie par Michèle Renaut

Le poteau vire au vert à la Saint-Patrick. ... (Photo fournie par Michèle Renaut) - image 3.1

Agrandir

Le poteau vire au vert à la Saint-Patrick. 

Photo fournie par Michèle Renaut

Plus de vandalisme

Les premiers temps, il y a eu un peu de vandalisme, des fleurs coupées, indique M. Landry. Mais jamais plus maintenant, assure-t-il. Même que par effet d'entraînement, d'autres se sont mis à fleurir le quartier.

Les gens de la Ville de Québec ont aussi toujours respecté, voire encouragé son travail éphémère. Mme Renaut invite à aller voir une vidéo qui montre son mari à l'oeuvre, en tapant «Décoration de poteaux» sur YouTube. Il s'agit d'un projet tiré de l'application mobile Découvrir Québec.

Dans cette capsule de moins de deux minutes, on voit Marcel Landry s'affairer alors qu'une pancarte écrite à la main annonce «Poteau en voie de décoration». À la caméra comme au Soleil, il raconte tous ces gens qui s'arrêtent pour lui parler.

«Son poteau, il est devenu un personnage dans le quartier!» dit Mme Renaut. Pour l'anniversaire de son homme l'an dernier, elle le lui a même reproduit dans la maison. 

Elle aussi a commencé à prendre sa place dans le projet depuis que le couple n'a plus de voiture. «Je m'épivarde dans le porche», dit-elle en riant. Elle y a installé un sapin de Noël et des oursons qui tiennent compagnie au poteau à travers la grille.

Prochain rendez-vous en février, alors que l'angle Arago Est et côte Badelard verra rouge pour la Saint-Valentin.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer