Le pour et le contre des remèdes maison

Les remèdes maison sont souvent faciles à fabriquer,... (Photo www.jardinierparesseux.com)

Agrandir

Les remèdes maison sont souvent faciles à fabriquer, mais sont-ils efficaces?

Photo www.jardinierparesseux.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

Pour presque tout problème de jardinage, il y a un ou des remèdes maison, souvent préparés à partir d'ingrédients facilement accessibles. Et certains de ces remèdes circulent depuis la nuit des temps! Mais sont-ils vraiment efficaces? Regardons quelques cas.

Savon à vaisselle

On voit souvent le conseil de traiter les insectes nuisibles en vaporisant de l'eau savonneuse sur la plante infestée... et en général, ça fonctionne. Une recette typique? Une cuillère de savon à vaisselle par litre d'eau. L'eau savonneuse fonctionne non pas comme un poison, mais en empêchant les insectes de respirer. En effet, ils respirent à partir des pores sur le corps, pores que le savon bouche. Donc, l'insecte meurt rapidement d'asphyxie. 

Mais il y a un bémol dans ce conseil : certains savons sont toxiques non pas pour les insectes, mais pour les plantes. Et vous ne savez pas d'avance exactement ce qui se trouve dans le savon à vaisselle que vous avez sous la main. La même marque change souvent sa recette en fonction des prix des différentes huiles utilisées dans sa fabrication et donc le produit qui vous a donné entièrement satisfaction l'an dernier peut sérieusement endommager vos plantes cette année. D'ailleurs, souvent, sur les pages Web des fabricants, il y a une petite note comme quoi leur produit n'est pas conçu pour traiter les végétaux et qu'ils ne se tiennent pas responsables des dommages causés aux plantes par son utilisation à cette fin.

Je peux vous offrir deux solutions, dans ce dernier cas. Le premier : continuez d'utiliser le savon à vaisselle comme insecticide, mais, chaque fois que vous en achetez une nouvelle bouteille, faites un test sur trois ou quatre plantes, en vaporisant la solution sur une feuille de chacune, puis vérifiez l'état des feuilles le lendemain. Si elles sont en parfait état, allez-y avec vos traitements. Si elles sont endommagées, cherchez une autre solution.

Ou alors, utilisez un savon insecticide, produit plus efficace contre les insectes que le savon à vaisselle et qui est reconnu pour être le moins toxique possible pour les plantes. Si vous achetez le concentré, il vous en coûtera moins d'un cent pour traiter une plante de taille moyenne, ce qui n'est pas si cher.

Nicotine

Beaucoup de gens utilisent des cigarettes, du tabac ou des mégots de cigarette pour traiter les insectes, les laissant tremper dans l'eau 24 ou 48 heures (selon la recette) pour créer une solution à vaporiser. Eh oui, ça tuera les insectes... mais risque d'envoyer la personne qui l'applique à l'hôpital, car la nicotine, lorsque dissoute dans l'eau, est rapidement assimilée par la peau et les voies respiratoires et est très toxique pour les humains. On se rappelle que les insecticides commerciaux à base de nicotine ont été retirés du marché il y a plus de trois décennies après les nombreuses hospitalisations qu'ils avaient provoquées... et il y a même eu des morts. C'est un traitement à bannir complètement.

Eau sucrée

Pour une meilleure croissance des végétaux, vous pouvez, dit-on, les arroser avec de l'eau à laquelle vous aurez ajouté quelques cuillerées de sucre blanc. 

Ça paraît logique : les plantes n'utilisent-elles pas les sucres qu'elles fabriquent elles-mêmes pour leur croissance? Mais il y un hic : le sucre blanc, ou sucrose, est une molécule complexe (C12H22O11), trop grosse pour pénétrer dans les végétaux par leurs racines. Il faut qu'il soit décomposé auparavant en ses trois éléments : carbone, hydrogène et oxygène. Or, les plantes recherchent ces trois éléments dans l'air, pas dans le sol. Aussi, le sucre ne contient aucun minéral que les plantes peuvent utiliser. Par contre, les microbes du sol adorent l'eau sucrée, mais souvent celle-ci nourrit les microbes indésirables plutôt que les microbes bénéfiques. Arroser avec de l'eau sucrée risque davantage de provoquer la prolifération de moisissures et d'autres champignons que d'aider votre plante.

Marc de café

On entend fréquemment dire qu'on peut étendre du marc de café au pied des plantes pour repousser les insectes (criocères, pucerons, fourmis, etc.). D'ailleurs, certains jardiniers jurent dur comme fer que ça fonctionne. Toutefois, cette idée a été testée à plusieurs reprises et les preuves scientifiques contredisent les affirmations des jardiniers convaincus. On parle plutôt d'un effet placébo. Reste que le marc de café contient des minéraux intéressants pour les plantes, minéraux qui pourraient aider leur croissance... après la décomposition du marc. Plutôt que de déposer le marc de café frais au pied des plantes (il contient des produits chimiques toxiques qui peuvent réprimer la croissance de certains végétaux), mieux vaut l'ajouter au tas de compost où les microbes bénéfiques feront décomposer les éléments toxiques, donnant un excellent produit pour enrichir le sol de vos jardins.

Autre remède qu'on voit souvent recommandé : un paillis de marc de café pour éloigner les limaces. C'est encore un cas d'effet placébo, paraît-il, car des études démontrent que les limaces ne sont pas le moindrement dérangées par la présence de marc de café sur le sol. 

Rhubarbe

Un traitement maison qui a fait ses preuves est la décoction de rhubarbe. On la prépare en hachant grossièrement 500 grammes de feuilles de rhubarbe (le limbe de la feuille, pas le pétiole) et en les faisant bouillir pendant 15 à 20 minutes dans quatre litres d'eau. Quand la solution est refroidie, il reste à la filtrer. Vous pouvez la vaporiser sur les feuilles des plantes atteintes de pucerons et d'autres insectes. Le traitement sera encore plus efficace si vous ajoutez quelques gouttes de savon insecticide pour que la solution colle mieux au feuillage. Il faut utiliser la décoction dans les deux ou trois jours de sa préparation.

Serait aussi efficace une décoction similaire à la prêle pour contrer les maladies foliaires et des macérations (où on fait tremper les feuilles pendant 24 heures sans faire bouillir la solution) à l'ortie contre les maladies et les insectes et à l'ail uniquement contre les insectes. 

Bicarbonate de soude

Seraient aussi efficaces les traitements au bicarbonate de soude contre les maladies fongiques comme la tache noire du rosier et le blanc. Il s'agit de mélanger 15 ml de bicarbonate de soude dans un litre d'eau en ajoutant, comme toujours, quelques gouttes de savon insecticide pour que le bicarbonate adhère mieux au feuillage. Il faut répéter le traitement hebdomadairement ou après chaque pluie.

On peut aussi prévenir les maladies foliaires en vaporisant les feuilles avec une solution de lait (une partie de lait pour neuf parties d'eau). Plus quelques gouttes de savon, bien sûr.

Notez que ces deux solutions peuvent uniquement servir de traitements préventifs : une fois qu'une maladie est visible, il est trop tard pour l'arrêter.

Où trouver des réponses justes?

Il est très difficile de découvrir si un remède maison offert par un voisin ou sur l'Internet est efficace ou simplement une autre légende urbaine. J'aime bien consulter le site Horticultural Myths de la DreLinda Chalker-Scott (puyallup.wsu.edu/lcs/), une spécialiste en la matière. D'accord, le site est en anglais, mais on vous donne tous les détails, le pour et le contre, études à l'appui, sur l'efficacité des remèdes maison. Aussi, je publie assez souvent des renseignements à ce sujet dans mon blogue quotidien à ­jardinierparesseux.com... en français, bien sûr.

Les feuilles enroulées de ce lilas peuvent montrer... (PHOTO LUCIE HARVEY) - image 2.0

Agrandir

Les feuilles enroulées de ce lilas peuvent montrer un manque ou un excès d'eau. 

PHOTO LUCIE HARVEY

Pourriture apicale sur une tomate... (Photo Mark, Flickr.com) - image 2.1

Agrandir

Pourriture apicale sur une tomate

Photo Mark, Flickr.com

Réponses à vos questions

Lilas aux feuilles enroulées

Q J'ai un lilas et un lierre qui ont tous les deux le même problème. Les feuilles s'enroulent. Au centre jardin, on m'a dit que mes plantes manquaient de calcium. J'en ai ajouté, et il n'y a eu aucun changement. On ne voit aucune bestiole, mais sur le lierre le pourtour des feuilles a changé de couleur. Tout le reste de la végétation et le gazon sont en pleine santé. Connaissez-vous la solution?

Lucie Harvey, Sainte-Flavie

R D'abord, les symptômes ne ressemblent nullement à un manque de calcium dans le sol, un élément généralement très abondant dans notre région, donc votre application de calcium était une perte de temps. Quand les feuilles d'un lilas s'enroulent, habituellement, c'est dû à une infestation d'insectes, mais vous n'en avez pas vu. L'autre possibilité évidente est qu'il y a trop ou pas assez d'eau. S'il vous paraît curieux que la sécheresse puisse causer le même symptôme qu'un excès d'eau, pensez que, dans les deux cas, les radicelles meurent, alors les racines n'arrivent pas à absorber correctement l'eau. Dans ce cas, moins de sève se rend aux feuilles, provoquant un enroulement. D'ailleurs, la photo montre un enroulement plutôt léger, donc rien de très inquiétant. Je suggère de tout simplement vérifier l'état du sol et d'arroser si c'est la sécheresse qui est en cause. Probablement que votre lilas repoussera tout à fait normalement l'an prochain. Vous n'avez pas joint de photo de votre «lierre» (un mot bien ambigu qui peut indiquer une dizaine de plantes différentes), alors je n'ose pas faire de commentaire. La situation peut être très différente pour cette autre espèce. Quand même, puisque je présume que c'est une espèce rustique, je suggère d'attendre l'an prochain pour voir si le problème revient. Il y a de fortes chances que ce n'était qu'un problème très passager.

Tache noire sur tomate

Q Mon ami cultive des tomates et il a habituellement du succès. Depuis l'an passé, cependant, une grosse tache noire se forme sur les fruits. Quelqu'un lui a dit qu'elles manquaient de calcium. Après l'application de pilules de calcium de la pharmacie (il dit qu'il ne trouve pas de calcium en jardinerie), elles sont devenues belles, mais voilà que cette année ça recommence. C'est très étrange, car ça ne fait que deux ans qu'il a ce problème.

Lyse Quesnel

R Il y a deux raisons habituelles pour lesquelles une tomate porterait une grosse tache noire. Si la marque paraît au sommet du fruit, là où il est attaché à la plante, c'est sans doute le mildiou de la tomate, une maladie infectieuse. Mais avec cette maladie, les symptômes progressent plutôt que de se résoudre, donc je doute que ce soit cela. L'autre possibilité est la pourriture apicale, une tache noire qui paraît à l'opposé de son point d'attache sur le plant. La pourriture apicale survient quand les fruits sont en pleine croissance et qu'ils n'arrivent pas à obtenir assez de calcium. La solution pourrait sembler de traiter la plante avec un engrais riche en calcium, comme du fumier de poule ou presque tout autre engrais biologique (nul besoin de payer une fortune pour des pilules de calcium à la pharmacie!), mais cela règle rarement le problème, car, en fait, la véritable cause est un arrosage irrégulier. Si la plante manque un peu d'eau à l'occasion, le calcium, qui est habituellement très abondant dans le sol, ne peut se rendre aux fruits en développement, alors la pourriture apicale s'installe sur ces fruits. Mais si on arrose un peu, les fruits suivants sont très beaux. Habituellement, donc, un arrosage plus attentif règle le problème. D'ailleurs, l'application d'un paillis au pied du plant, ce qui aide à garder le sol constamment un peu humide, fait souvent des miracles. Pour plus d'information sur la pourriture apicale, suivez ce lien : jardinierparesseux.com/tag/pourriture-apicale/.

Ostryers en détresse

Q J'ai sur mon terrain deux ostryers de Virginie (Ostrya virginiana) matures qui, pour la première fois cette année, ont commencé à perdre leurs feuilles en août. Ce n'est sûrement pas par manque d'eau. Sont-ils en fin de vie? 

Jean-Claude Pelletier

R Il arrive parfois que les arbres perdent leurs feuilles plus tôt que d'habitude, surtout après un stress. Cet été, notamment, la pluie presque incessante du mois de juillet a pu laisser un surplus d'eau dans les sols moins drainés, ce qui peut causer une telle réaction, tout comme un dérangement dans la zone de leurs racines. Par contre, parfois cela arrive sans explication. Toutefois, une seule «mauvaise année» ne veut pas dire qu'un arbre est mourant. Je vous suggère de patienter un peu. S'il y a une chute de feuilles prématurée une deuxième année, et surtout une troisième année d'affilée, vous avez peut-être un problème et il serait alors sage de consulter un arboriculteur certifié.

Calendrier horticole

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent.

Exposition de bonsaïs à Montréal

La Société de bonsaï et de penjing de Montréal tient son exposition annuelle aujourd'hui et demain au Grand Chapiteau du Jardin botanique de Montréal. Adresse : 4581, rue Sherbrooke Est, à Montréal (entrée de l'Insectarium). Heures : de 9h à 18h. Info : info@bonsaimontreal.com ou www.bonsaimontreal.com

Cours de jardinage

Lili Michaud offre deux cours de jardinage les samedis de 8h30 à 16h30 à la YWCA (855, avenue Holland, à Québec. Au programme :  Tout sur les fines herbes le 26 septembre et Les ravageurs et les maladies des légumes le 3 octobre. Coût : 80 $ par cours. Info : lilimichaud.com ou 418 522-5654

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer