Des grimpantes pour verdir nos villes?

Le lierre de Boston peut complètement couvrir un... (Shutterstock, Svitlana Pimenov)

Agrandir

Le lierre de Boston peut complètement couvrir un mur en seulement quatre ou cinq ans.

Shutterstock, Svitlana Pimenov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

Partout à travers le monde, les grandes villes cherchent des idées pour verdir davantage leurs quartiers. Après tout, on sait que la verdure réduit la température en été, protège les structures contre le soleil, coupe le bruit et réduit la pollution atmosphérique. Mais il reste souvent peu de place dans les centres pour installer des parcs et des îlots de verdure; même planter un arbre dans un quartier déjà développé est complexe. D'ailleurs, les arbres plantés dans de simples trous dans le trottoir vivent rarement très longtemps et coûtent très cher à installer et à entretenir. Que faire, alors?

Le kiwi arctique porte de jolies feuilles vertes... (Photo www.jardinierparesseux.com) - image 1.0

Agrandir

Le kiwi arctique porte de jolies feuilles vertes et roses.

Photo www.jardinierparesseux.com

Mettant de côté, pour l'instant, l'installation de toits verts (possible, mais peu de toits peuvent supporter des végétaux sans des modifications coûteuses) et des murs végétaux (culture en pochettes fixées sur les murs, ce qui exige une infrastructure complexe et une irrigation importante), je suggère une solution bien plus simple: installer des plantes grimpantes. 

Ces végétaux occupent peu d'espace horizontal, dépassant rarement le mur sur lequel elles poussent de plus de 15 cm. Leur croissance est presque uniquement en deux dimensions : hauteur et largeur. Et on peut les planter dans très peu d'espace. Un espace de 5 à 10 cm entre le trottoir et le mur est bien suffisant... plusieurs de ces plantes peuvent germer et pousser à travers une fissure dans le trottoir! Sinon, on peut les cultiver en bac. 

Malgré leur étroitesse, les grimpantes remplissent tous les rôles offerts par les autres végétaux, notamment la réduction de la température et de la pollution. Pourquoi ne s'en sert-on pas plus souvent?

Craintes de dommages

C'est sans doute le facteur le plus limitant : les propriétaires des façades à verdir ont entendu dire que les racines aériennes des grimpantes pouvaient s'infiltrer dans les fissures des murs et ainsi les abîmer. Pourtant, aucune plante grimpante rustique dans notre région ne produit de racines capables de cette sorte de dommages. Au contraire, les grimpantes protègent les édifices. Ce qui endommage le plus les revêtements des structures, ce sont les rayons ultraviolets venant du soleil. Or, les grimpantes protègent contre les méfaits du soleil et réduisent ainsi le besoin de réparations coûteuses. 

Avantages des murs végétalisés

Voici quelques avantages des murs végétalisés :

Meilleure isolation thermique : l'été, les feuilles des grimpantes servent d'isolant contre la chaleur et, par évapotranspiration, font même baisser la température de l'édifice; l'hiver, même en l'absence des feuilles, les tiges réduisent le vent et isolent l'édifice contre la perte de chaleur;

Réduction de la consommation énergétique : moins de climatisation et de ventilation l'été, moins de chauffage l'hiver;

Protection de l'enveloppe de l'édifice contre les rayons ultraviolets; 

Élimination des graffitis; 

Effet esthétique amélioré; 

Retour de la nature en ville : les grimpantes abritent et nourrissent oiseaux, papillons et autres animaux, alors que presque rien ne vit sur un mur nu;

Augmentation de la valeur des édifices dont les murs en sont couverts : des sondages indiquent que les humains jugent que les grimpantes donnent «du prestige» aux structures;

La plupart des grimpantes pousseront dans n'importe quelle qualité de sol, même si leurs racines devaient être en bonne partie couvertes d'asphalte ou de béton.

Désavantages des murs végétalisés

Il y a quand même certains inconvénients à utiliser des grimpantes pour végétaliser les villes.  Le plus évident est que la plante peut aller trop loin et nécessiter une certaine taille quand elle se rend dans les gouttières ou commence à recouvrir les fenêtres, mais c'est seulement le cas des grimpantes qui se fixent sur l'édifice, pas des grimpantes volubiles qui ne vont jamais loin de leur treillis. Une taille annuelle suffit pour les ralentir. 

Il y a aussi la question des feuilles d'automne à ramasser, mais les grimpantes ne produisent pas plus de feuilles que les arbres plantés le long des rues. Ces feuilles peuvent aussi servir de paillis et de compost pour les jardiniers du secteur.

Les grimpantes volubiles (la majorité) auront besoin d'un treillis ou d'un grillage auquel se fixer, ce qui augmente les coûts.

Certaines poussent très, très lentement (l'hydrangée grimpante, notamment). 

Enfin, il faut parfois aussi entretenir les plantes. Supprimer au sécateur les branches qui vont trop loin, par exemple. En période de sécheresse, un arrosage peut aussi s'imposer. La fertilisation peut également être utile pour certaines variétés.

Choisir ses grimpantes

Sous un climat froid comme le nôtre, le choix de grimpantes est très limité. D'ailleurs, plusieurs qui sont rustiques sous d'autres climats se comportent comme des annuelles chez nous et il faut les remplacer tous les ans. Le plus facile est de choisir parmi les rares grimpantes qui sont rustiques dans notre région.

Il y a par ailleurs la méthode d'adhésion à considérer. Seulement trois espèces rustiques en zone 4 (région de Québec) peuvent se fixer directement sur le revêtement d'un édifice, soit par crampons ou par racines aériennes :

  • Hydrangée grimpante (Hydrangea anomala petiolaris), zone 4b;
  • Lierre de Boston (P. tricuspidata), zone 5b (4b en site protégé);
  • Vigne vierge (Parthenocissus quinquefolia), zone 2b.
Parmi les espèces volubiles (plantes munies de tiges volubiles, de pétioles volubiles ou de vrilles) et qui exigeront alors un treillis, un filet ou des cordes pour grimper, il y a :

  • Aristoloche siphon (Aristolochia durior), zone 4;
  • Bourreau des arbres (Celastrus scandens), zone 3;
  • Chèvrefeuille grimpant (Lonicera spp.), zones de rusticité variables, de 2b à 5;
  • Clématite (Clematis spp.), zones de rusticité variables, de 2 à 6;
  • Glycine de Kentucky (Wisteria ss), zone 4;
  • Houblon (Humulus lupulus), zone 3;
  • Kiwi arctique (Actinidia kolomikta), zone 3;
  • Vigne à raisin (Vitis spp.) zones de rusticité variables, de 3 à 6;
et plusieurs autres.

Enfin, il existe une foule de grimpantes annuelles, toutes volubiles, dont les gloires du matin (Ipomoea spp.), les haricots (Phaseolus spp.), les mandevillas (Mandevilla spp.) et les pois de senteur (Lathyrus odoratus).

Qui lancera le bal?

Déjà, de plus en plus de citoyens décorent leurs maisons de grimpantes, mais les édifices commerciaux et gouvernementaux de Québec restent, pour la plupart, tristement nus. Si vous avez de l'influence dans votre milieu de travail, peut-être pourriez-vous aider à améliorer les choses?

Une haie de spirées Van Houtte... (Photo www.jardinierparesseux.com) - image 2.0

Agrandir

Une haie de spirées Van Houtte

Photo www.jardinierparesseux.com

Réponses à vos questions

Haie à rajeunir

Q Depuis déjà environ 12 ans, j'ai une haie de spirées Van Houtte. Cette année, elle était particulièrement dégarnie avec beaucoup de branches mortes. Cet été, donc, nous l'avons nettoyée à la base, enlevant les mauvaises herbes et retournant la terre. Puis, nous l'avons taillée d'environ 30 cm pour lui redonner de la vigueur et nous avons ajouté un fumier de poule. Ma question est : avons-nous fait la bonne chose?

Nathalie Theoret, Candiac

R Oui, il est parfaitement acceptable et même souhaitable de tailler une haie vieillie pour lui permettre de se régénérer. D'ailleurs, vous auriez pu tailler encore plus sévèrement. La spirée Van Houtte (Spiraea x vanhouttei) accumule beaucoup de vieilles branches avec le temps et faire le ménage dans toute cette «broussaille» est très difficile. Il est beaucoup plus facile de la rabattre à environ 20 à 30 cm du sol après la floraison. Cela la forcera à repousser de la base. Dans deux ans, la plante aura complètement récupéré. Il est sage de «rajeunir» (ainsi appelle-t-on cette technique) cet arbuste ou d'autres arbustes semblables (les Potentilla, notamment) aux huit à dix ans. Attention, toutefois : on ne peut pas rajeunir ainsi une haie de conifères. Quand les conifères sont dégarnis à la base, il faut songer à les remplacer.

Une plante scellée dans un sac de plastique... (Photo www.jardinierparesseux.com) - image 3.0

Agrandir

Une plante scellée dans un sac de plastique transparent peut survivre des mois sans air ni eau supplémentaires.

Photo www.jardinierparesseux.com

Plantes d'intérieur à l'étouffée

Q Je vous écris concernant la façon de traiter les plantes d'intérieur pendant une absence assez longue. Vous mentionnez dans la chronique du 18 juillet que, pendant des vacances pouvant aller jusqu'à six mois, on peut arroser les plantes et les sceller dans un sac de plastique transparent. Pouvez-vous me dire ce que vous entendez par «sceller»? Vous mettez toute la plante dans le sac ou seulement le pot? Et quelle sorte de sac prenez-vous? J'ai une très grosse plante et d'autres petites comme les violettes, les fougères et les oxalis, et, comme je devrai partir pendant près de deux mois cet hiver, je me demande quoi faire pour les conserver. 

Louise Rondeau

R Arrosez modestement presque toute plante d'intérieur, enlevez toute fleur ou feuille qui risque de pourrir et scellez-la, seule ou avec des amies, dans un sac de plastique transparent de la taille nécessaire : un grand sac transparent vendu pour les feuilles d'automne peut servir pour les gros spécimens. Ensuite, placez les plantes dans un endroit bien éclairé, mais où le soleil ne plombe pas (sinon, elles cuiront!) et partez en paix deux mois, quatre mois, six mois et même plus. C'est que les plantes recyclent l'air qu'elles respirent et l'eau qu'elles absorbent et donc ne manqueront de rien. À votre retour, vous risquez de les voir en meilleure forme que jamais, car cette culture à l'étouffée assure une très forte humidité qui plaît beaucoup aux plantes tropicales. Font exception à cette règle les cactées et plantes grasses : arrosez-les modestement et mettez-les aussi à la mi-ombre, mais pas dans un sac scellé, car elles ne tolèrent pas une humidité aussi forte. À votre retour après deux mois, elles seront probablement encore en parfait état, mais après quatre ou six mois, elles seront ratatinées et prendront un certain temps pour récupérer.

Jeune marronnier d'Inde.... (PHOTO MONIQUE) - image 4.0

Agrandir

Jeune marronnier d'Inde.

PHOTO MONIQUE

Petit arbre spontané

Q Je suis intriguée par cet arbuste qui pousse à l'ombre dans mon jardin depuis quelques années. Avez-vous idée de ce que ce serait?

Monique, Québec

R C'est en fait un jeune semis de marronnier d'Inde (Aesculus hippocastanum). Les écureuils ramassent les grosses graines brunes et les transportent, souvent à une bonne distance, pour les enterrer dans les jardins. Il poussera très vite pendant les premières années. À vous de décider, par contre, si vous voulez voir un gros arbre (jusqu'à 15 m de hauteur!) à cet emplacement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer