Un premier bonsaï d'intérieur

Ce bonsaï fait d'un figuier pleureur (Ficus benjamina)... (Photo : www.jardinierparesseux.com)

Agrandir

Ce bonsaï fait d'un figuier pleureur (Ficus benjamina) représente une forêt avec de multiples troncs. Il a été présenté à l'Expo Bonsaï de 2014.

Photo : www.jardinierparesseux.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson
Le Soleil

(Québec) Aujourd'hui et demain, les bonsaïs seront en vedette lors de l'Expo Bonsaï, qui aura lieu le samedi 23 mai de 9h à 17h et le dimanche 24 mai de 10h à 17h au mail central du troisième étage de Laurier Québec, près de la halte-bouffe. Là, sous les puits de lumière, les membres du groupe Bonsaï Québec présenteront au public leurs plus beaux arbres. Les maîtres se feront un plaisir de répondre à vos questions lors de cette exposition. Il y aura aussi des démonstrations sur la taille, le rempotage et la ligature. Vous pourrez aussi acheter des bonsaïs, des prébonsaïs, des pots et des outils pour les cultiver. Venez nombreux, car vous découvrirez plein de trucs, et l'entrée est gratuite!

Que choisir?

En plus de vous laisser charmer par l'originalité des styles et de la variété de formes de ces arbres, qui sont essentiellement des oeuvres d'art vivantes, peut-être aimeriez-vous tenter l'expérience de cultiver le vôtre? C'est l'occasion idéale pour vous informer, plusieurs experts se feront un plaisir de vous aider à partir du bon pied. 

Ce que les gens ne savent habituellement pas au sujet des bonsaïs, c'est que la majorité des plantes, soit de petits arbres rustiques ou semi-rustiques, doivent passer presque toute l'année à l'extérieur ou, à tout le moins, l'hiver au froid ou au frais. Tout le monde ne dispose pas nécessairement des conditions nécessaires pour entretenir ces plantes, qui comprennent les genévriers, les mélèzes et les érables. Mais il existe aussi des bonsaïs d'intérieur, créés à partir de plantes tropicales et subtropicales. Pour la plupart des novices, ces plantes sont d'entretien plus facile, car on peut les cultiver toute l'année à la maison ou dans un appartement. 

Voici quelques végétaux qui conviennent à un premier bonsaï d'intérieur :

› Plante jade (Crassula ovata) : populaire plante succulente, la plante jade n'est pas un bonsaï typique et ne tolérera pas la ligature, mais, avec sa tige épaisse qui prend une teinte brune - style tronc - dans sa jeunesse, elle fait une belle figure dans un pot de bonsaï. Certains cultivars, comme 'Gollum' et 'Hobbit', ont des feuilles enroulées plus petites et conviennent mieux aux petits pots. Dans certaines écoles de bonsaï, les nouveaux étudiants commencent avec une plante jade avant d'entreprendre des variétés plus exigeantes. Elle tolère bien des arrosages inégaux, mais exigera un éclairage intense. 

› Figuiers (Ficus spp.) : il existe plusieurs figuiers (Ficus) au feuillage naturellement petit et à la tige ligneuse bien ramifiée qui peut aussi prendre l'apparence d'un tronc. Le figuier à feuilles de saule (Ficus neriifolia) est un excellent choix, mais le plus connu est le figuier pleureur 

(F. bejamina), dont il existe des variétés à feuilles extrapetites comme 'Too Little'. D'autres figuiers à petites feuilles font aussi d'excellents bonsaïs, comme le banian chinois (F. microcarpa).

› Schefflera naine (Schefflera arboricola) : cette plante produit des feuilles en forme d'ombrelle aux folioles étroites et offre, sous une forte humidité, des racines aériennes fort intéressantes, donnant une impression de grand âge. 

› Sérissa (Serissa foetida) : il s'agit d'un petit arbuste naturellement bien ramifié avec beaucoup de feuilles et des fleurs étoilées minuscules, et donc proportionnelles à la taille du plant, créant vraiment un effet d'arbre fleuri miniature. Les fleurs peuvent être blanches ou roses, simples ou doubles, et certains cultivars ont un feuillage panaché. De culture facile, le sérissa est un excellent choix pour le débutant et donne facilement un «bonsaï classique». 

› Parmi les autres choix intéressants pour un bonsaï d'intérieur, il y a le podocarpe (Podocarpus macrophyllus), le «jade miniature» (Portulacaria afra) et le cyprès de Monterey (Cupressus macrocarpa). Sans doute que les experts à l'Expo Bonsaï auront d'autres variétés à vous proposer, selon les conditions de culture dont vous disposez. 

Entretien

Évidemment, il faut bien s'occuper d'un bonsaï, surtout à l'intérieur, car la plante dépend alors entièrement de vous pour son entretien. 

Votre plante demandera un bon éclairage, de préférence près d'une fenêtre, et pourra même tolérer le plein soleil pendant les mois d'automne et d'hiver. 

Les bonsaïs succulents, comme la plante jade et le jade miniature, peuvent tolérer l'air sec de nos demeures, mais la plupart des autres demanderont une humidité accrue l'hiver. On peut utiliser un humidificateur, les placer sur un plateau humidifiant et même dans un terrarium! 

La température normale de nos demeures est de niveau tropical, ce qui plaît aux bonsaïs d'intérieur. Ils apprécient toutefois une baisse de température nocturne. 

Ils sont cultivés dans de petits pots et leur système racinaire est donc restreint. Il faut donc les arroser avec beaucoup d'attention. Quand le terreau est sec au toucher, arrosez doucement, mais suffisamment pour humidifier toute la «motte». Cela peut vouloir dire quotidiennement au printemps et à l'été, selon les conditions, mais moins fréquemment l'hiver. Certains apprennent à juger le besoin d'eau en soupesant la plante ou en surveillant la couleur du terreau. On dit au Japon, pays d'origine du bonsaï tel qu'on le connaît, qu'il faut trois ans juste pour apprendre à arroser correctement un bonsaï... Et il y a beaucoup de vérité dans cette affirmation!

Quant à la fertilisation, elle aura surtout lieu du printemps au début de l'automne, ce qui correspond à la saison de croissance des végétaux. Un engrais soluble à faible dosage est probablement le meilleur choix pour commencer. 

La taille d'un bonsaï est tellement importante que j'ai presque envie de vous dire de consulter un spécialiste avant de commencer, ou encore de vous acheter un livre sur le sujet.  

Voici mes quelques conseils de base. L'important est de tailler quand les branches sont encore peu développées afin de ne pas laisser de cicatrice, de raccourcir les branches longues et minces pour stimuler une croissance plus dense et de viser une forme plus ou moins triangulaire de la plante. 

C'est donc un rendez-vous à l'Expo Bonsaï!

Le chancre nectrien (notez les pustules orange) s'étend... (Photo Daniel Tardif) - image 2.0

Agrandir

Le chancre nectrien (notez les pustules orange) s'étend généralement à partir d'une blessure à l'arbre.

Photo Daniel Tardif

Réponses à vos questions

Érable de Norvège malade

Q Je joins des photos d'un érable de Norvège que j'ai chez moi. Depuis quelques années,

je constate que l'écorce tombe et qu'il y a des points rouges - un genre de champignon? De plus, d'autres champignons jaunes apparaissent tel que l'on peut le constater sur la deuxième photo. Qu'arrivera-t-il de cet arbre? Un traitement à faire?

Daniel Tardif

R Votre deuxième photo n'est pas assez claire pour voir si les «champignons jaunes» que vous mentionnez sont des champignons (nocifs) ou tout simplement des lichens (inoffensifs). Toutefois, la première photo ne laisse pas de doute : on voit nettement les petites pustules orange et l'écorce qui décolle, symptômes très évidents que votre arbre souffre d'un chancre, probablement Nectria cinnabarina ou un autre champignon similaire. Ces champignons s'infiltrent habituellement dans les arbres par une blessure naturelle ou à la suite d'une taille qui a «mal guéri». Quand c'est une branche secondaire qui est infestée, on peut la supprimer (en stérilisant le sécateur ou l'outil entre chaque coupe pour empêcher le chancre de s'étendre). Toutefois, si j'ai bien compris la photo, les deux fourches du tronc principal sont déjà atteintes. Dans un tel cas, il y a peu à faire. Votre arbre va décliner à mesure que le champignon s'étendra et finira sûrement par mourir. Ce type de champignon est particulièrement courant autour des blessures traitées par une peinture ou pâte d'émondage, car ces produits réduisent la circulation d'air à la blessure, créant un milieu humide propice au développement de champignons divers. Mieux vaut éviter de tels produits. 

Palmier frileux

Q Je me suis acheté un palmier Majestic. Quand pourrai-je le planter en pleine terre ou, du moins, le laisser dehors? Doit-on laisser passer les gelées? 

Louisette Labbé

R Le palmier majestueux (Ravanea rivularis) est un palmier tropical originaire de Madgascar qui est devenu populaire en aménagement intérieur à cause de sa croissance rapide. On peut aussi l'utiliser à l'extérieur pendant les mois d'été pour donner un effet tropical à son terrain. Comme vous vous en doutez, il ne tolère pas les nuits fraîches, pas plus que toute autre plante tropicale. Idéalement, vous garderez ce palmier et tout autre palmier à l'intérieur encore quelques semaines, le temps que les nuits se réchauffent. Normalement, quand les nuits demeurent toujours au-dessus de

10 degrés Celsius, on peut le sortir sans crainte. Il faut toutefois l'acclimater graduellement aux conditions extérieures, le plaçant d'abord à l'ombre pendant une semaine, puis à la mi-ombre pendant une semaine, avant de l'exposer au plein soleil, sinon ses belles frondes élégantes peuvent jaunir et mourir. Ce palmier ne fait pas une bonne plante d'intérieur à long terme, étant beaucoup trop sensible aux araignées rouges. Vous pourriez toutefois le rentrer à la fin d'août ou au début de septembre et le maintenir dans la maison pendant quelques mois. 

Mort subite d'un pétunia

Q Depuis quelques années, je remplis des boîtes à fleurs

de pétunias en cascade et elles sont au soleil et à la mi-ombre. J'ai eu la mauvaise surprise, l'été dernier, de les voir sécher vers la mi-juillet. Je n'ai jamais eu de problème auparavant. Se pourrait-il que l'engrais ajouté ait causé ce dégât ou est-ce que c'est

la variété qui n'était

pas appropriée?

Thérèse Mathieu

R Le fait que vous soupçonniez l'engrais me fait croire que vous en aviez ajouté peu avant le dépérissement de vos pétunias. Effectivement, un engrais mal dosé peut facilement tuer une plante, surtout si c'est un engrais à fort pourcentage en minéraux comme du 30-30-30 ou du

15-30-15. Ces engrais sont tellement concentrés qu'ils peuvent, à moins d'être bien mélangés au terreau, faire rapidement dépérir les plantes qu'ils sont censés aider. En appliquant tout engrais, assurez-vous toujours de vérifier la dose recommandée. Vous pouvez réduire la dose, mais jamais l'augmenter. Aussi, il y a moins de risques de «brûler» les plantes avec des engrais moins concentrés, par exemple, un engrais comme le 4-4-7.

Aussi, je vous suggère de changer le terreau dans vos contenants cette année et de bien les nettoyer avant de les utiliser, au cas où le problème serait dû à une maladie quelconque. Le pétunia est peu sujet à ce genre de problème, mais mieux vaut prévenir que de vivre cette expérience décevante une deuxième fois.

Calendrier horticole

Expo Bonsaï

Le Groupe Bonsaï Québec vous présente son exposition annuelle de bonsaïs aujourd'hui de 9h à 17h et demain de 10h à 17h. Entrée gratuite. Lieu : mail central du troisième étage de Laurier Québec (près de la halte-bouffe). Info : groupebonsaiquebec.com/expo-gbq-2015

Vente annuelle de légumes

Les Urbainculteurs organisent une grande vente de végétaux biologiques sur le toit de la Maison de Lauberivière, au 401, rue Saint-Paul, à Québec, aujourd'hui de 9h à 16h, jeudi de 16h à 19h et le samedi 30 mai de 9h à 16h. Info : 418 694-7047

Voyage horticole à Mirabel

La société d'horticulture de Québec offre une visite commentée de 12 jardins thématiques sur la Route des Gerbes d'Angélica à Mirabel, le samedi 20 juin. Dîner et souper inclus. Accessible à tous. Coût : 109 $ pour les membres; 119 $ pour les non-membres. Date limite d'inscription : 1er juin. Info : 418 956-6389 ou societehorticulturequebec@hotmail.com

Voyage horticole en Montérégie

La Société d'horticulture et d'écologie de Saint-Nicolas vous propose une journée de découvertes en Montérégie, le samedi 11 juillet. La sortie comprend la visite de deux jardins privés et un jardin-pépinière. Le prix inclut le transport en autocar de luxe, les entrées aux jardins, de nombreux prix de présence et des gâteries : 70 $.

Info : Francine, 418 836-0541, ou Solange, 418 831-8471

Voyage horticole dans Charlevoix

La Société d'horticulture et d'écologie de Charlesbourg vous invite à participer à son voyage à la découverte des beaux jardins de Charlevoix, le samedi 11 juillet. Le prix comprend le dîner et le souper. Coût : 125 $ pour les membres; 135 $ pour les non-membres. Info : Mario Beaupré, 418 628-1004

Visite des jardins de Quatre-Vents

Les jardins de Quatre-Vents à Cap-à-l'Aigle, dans Charlevoix, seront ouverts au public les samedis 27 juin, 11 juillet, 25 juillet et 8 août. Le coût pour la visite est de 30 $. Les visites guidées qui durent plus de deux heures et demie sont organisées par le Centre écologique de Port-au-Saumon, et la vente des billets se fait par Internet, sur le site du centre écologique au www.cepas.qc.ca.

Réservations obligatoires

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer