Le rosier de la fête des Mères

Pour avoir un réel succès à long terme... (Photo www.jardinierparesseux.com)

Agrandir

Pour avoir un réel succès à long terme avec le rosier 'Mother's Day', rappelez-vous que c'est un rosier d'extérieur et non une plante d'intérieur.

Photo www.jardinierparesseux.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson
Le Soleil

(Québec) Habituellement, trouver un cultivar de rosier spécifique en jardinerie, c'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Il y a plus de 15 000 cultivars de rosier et, à moins que ce soit un rosier populaire (peut-être 1 % des rosiers appartiennent à cette catégorie), les chances de réussir sont minces. Justement, le monsieur m'a assuré qu'il a fait le tour de toutes les jardineries du coin sans succès. C'est seulement lorsqu'il m'a donné le nom du cultivar que j'ai pu l'aider. Car le rosier en question s'appelle 'Mother's Day'. Ce n'est pas que l'homme cherchait aux mauvais endroits, il cherchait à la mauvaise saison.

Voyez-vous, le rosier 'Mother's Day' est seulement vendu à la fête des Mères. Les jardineries le considèrent strictement comme une plante cadeau, pas comme un rosier de jardin, et l'offrent alors seulement lors de «sa» fête, le deuxième dimanche de mai, car comme vous l'aurez compris, 'Mother's Day' veut dire «fête des Mères».

Son origine

Le rosier 'Mother's Day' a fait beaucoup de chemin depuis sa découverte en 1949. Le pépiniériste F.J. Grootendorst, propriétaire de la pépinière F.J. Grootendorst & Sons de Boskoop, Pays-Bas, avait remarqué une mutation sur un plant de 'Dick Koster', un petit rosier polyantha très populaire à l'époque. Plutôt que des fleurs rose moyen, soit la couleur normale pour ce cultivar, une branche portait des fleurs rouge foncé. M. Grootendorst a bouturé la mutation, a découvert qu'elle était stable (pas portée à retourner à la forme normale) et s'est mis à la produire et à la vendre sous le nom 'Morsdag', danois pour «fête des Mères». Personne ne sait pourquoi M. Grootendorst a choisi ce nom, ni pourquoi un Hollandais aurait préféré un nom danois pour son nouveau rosier, mais il a frappé en plein dans le mille avec sa préférence. Le public adorait le nom. De plus, son rosier était de taille restreinte et facile à forcer en serre, donc, il était possible de le produire pour la vente à la fête des Mères. Il est rapidement devenu une plante classique de cette fête. Aujourd'hui, même 60 ans plus tard, presque 100 000 exemplaires de la plante, maintenant vendus sous le nom 'Mother's Day', sont produits tous les ans, uniquement pour une vente à la fête des Mères. Donc, si vous voulez offrir un beau rosier à votre maman, c'est le bon moment!

Description

Le rosier 'Mother's Day' est un petit rosier d'environ 35 à 60 cm de hauteur. C'est un «polyantha», soit un rosier de taille restreinte à petites fleurs multiples. Celles de 'Mother's Day' sont semi-doubles et rouge foncé, plutôt arrondies, abondantes, et réunies en bouquets de cinq à 20 fleurs. Elles sont bien parfumées aussi. La plante est remontante, c'est-à-dire qu'elle refleurit sporadiquement au cours de la saison, mais pas aussi abondamment que la première fois. Après le succès de 'Mother's Day', d'autres rosiers au port similaire mais de couleurs différentes sont apparus sur le marché. Il y a maintenant un 'Mother's Day Orange' (orange), un 'Mother's Day White' (blanc parfois rehaussé de rose très pâle) et plusieurs autres. On voit aussi des rosiers miniatures, souvent sans nom, en vente à la fête des Mères dans une vaste gamme de couleur et de formes. Tous font des cadeaux intéressants pour maman.

Dans le jardin

Étant donné que ce rosier se vend si bien à la fête des Mères, il est surprenant que nous n'en voyons pas plus souvent dans les jardins. Mais il y a une raison pour cela. Comme 'Mother's Day' est offert comme «plante cadeau», Maman présume que c'est une plante d'intérieur et l'installe dans sa demeure. Et le rosier tolère ça... une semaine, peut-être deux, mais pas plus. Bientôt, non seulement ses fleurs sont fanées, mais son feuillage s'enroule, jaunit et tombe, attaqué par les araignées rouges. Et bientôt le petit rosier meurt, pas à cause d'une négligence quelconque, mais de son placement dans un milieu qui ne lui convient pas.

Pour avoir un réel succès à long terme avec 'Mother's Day', rappelez-vous que c'est un rosier d'extérieur, pas une plante d'intérieur. Il ne tolère pas la chaleur, le manque de lumière et la faible humidité de nos demeures. Quand vous l'offrez à Maman - et c'est un cadeau qu'elle appréciera, j'en suis certain! -, dites-lui de placer la plante à l'extérieur, même s'il fait froid. Comme elle vient tout droit d'une serre vitrée et n'est pas alors acclimatée aux rayons ultraviolets dégagés par le soleil, qu'elle le mette à l'ombre pendant deux ou trois jours, puis à la mi-ombre deux ou trois jours avant de l'exposer au plein soleil. Seulement en cas de gel devrait-elle le rentrer, et même là, plutôt dans un cabanon ou un garage, où il fait frais, que dans la maison. Assurez-vous qu'elle l'arrose quand le terreau est sec au toucher, mais autrement c'est le seul entretien nécessaire pendant la floraison.

Quand la floraison tire à sa fin, supprimez les tiges florales et plantez le rosier en pleine terre, dans un sol riche et profond, au plein soleil. Ne le laissez pas refleurir la première année : supprimez toute grappe de boutons qui se formera. Vous voulez forcer la plante à bien s'enraciner, ce qu'elle ne fera pas pendant qu'elle fleurit.

Un bon paillis épais suffira comme protection pour son premier hiver ('Mother's Day' est rustique, de zone 4). Au printemps, coupez près du sol les branches mortes ou faibles, appliquez un engrais tout usage... et laissez-le pousser. Normalement, il fleurira sporadiquement de juin à octobre, bien que plus abondamment en juin. Non, votre rosier 'Mother's Day ne fleurira plus jamais pour la fête des Mères sous le climat québécois - pour cela, il aurait fallu le cultiver en serre froide - mais je suis certain que maman adorera le rosier que vous lui avez offert, quand bien même sa floraison serait un peu décalée!

Bonne fête des Mères à toutes les mamans, futures mamans, grand-mamans et belles-mamans!L'automne dernier, un homme m'a approché après une conférence. Il a dit qu'il était à la recherche du rosier préféré de sa mère, rosier qu'elle avait perdu lorsqu'elle a vendu sa maison pour entrer en résidence. Mais il y a une platebande à sa nouvelle demeure et elle pourrait l'y planter... à condition de pouvoir en trouver un exemplaire, bien sûr.

Les cochenilles farineuses ressemblent à de petits amas... (Photo www.jardinierparesseux.com) - image 2.0

Agrandir

Les cochenilles farineuses ressemblent à de petits amas de coton ouaté.

Photo www.jardinierparesseux.com

Laurier-rose infesté de cochenilles

Q J'ai un laurier-rose (Nerium oleander) dont les extrémités sont infestées de cochenilles farineuses. J'ai effectué plusieurs traitements au EndAll aux 10 jours, mais elles reviennent tout le temps. J'ai lu dans un livre qu'on pouvait aussi les retirer à l'aide d'un coton-tige imbibé d'alcool dénaturé. S'agit-il d'alcool à friction? Auriez-vous une autre solution à me proposer pour venir à bout du problème?

Marie-Claire Héroux

R Le laurier-rose est très sujet aux cochenilles farineuses. D'ailleurs, il est difficile à en trouver, même en jardinerie, qui n'en contiennent pas déjà. De plus, les cochenilles ne peuvent pas voler mais sont transmises quand elles rampent d'une plante infestée à une autre plante voisine: à moins que vous ayez d'autres plantes d'intérieur infestées, les cochenilles étaient presque certainement déjà présentes sur votre laurier-rose au moment où vous vous l'êtes procuré. L'alcool dénaturé est un alcool auquel on a ajouté des produits pour le rendre impropre à la consommation. L'alcool à friction est justement la forme la plus courante d'alcool dénaturé. Oui, on peut traiter les cochenilles en les touchant avec un coton-tige imbibé d'alcool à friction, mais habituellement, les résultats ne sont pas meilleurs qu'avec un traitement à l'EndAll (savon et pyrèthre), car il suffit de manquer une seule cochenille pour que la population revienne. Comme les larves sont presque microscopiques, il n'est pas certain qu'un coton-tige va toutes les atteindre. Je vous suggère à la place de vaporiser votre plante d'un mélange d'une partie alcool à friction (ou de vodka ou d'un autre spiritueux) et de sept parties d'eau, ajoutant un peu de savon insecticide pour que le mélange colle mieux. Après cinq minutes, répétez, car l'odeur d'alcool du premier traitement fait souvent sortir les larves de leur cachette et le deuxième traitement peut alors mieux les atteindre. Répétez hebdomadairement jusqu'à ce que vous ne voyiez plus de cochenilles. Attention: l'alcool à friction est inflammable et ses vapeurs sont nocives. Il n'est pas question de fumer pendant le traitement qui doit se donner dans un endroit bien aéré.

Ajuga dans la pelouse

Q Dans votre chronique Réponses à vos questions, vous parlez d'un remède pour contrôler le lierre terrestre. Est-ce que la même recette peut être utilisée pour contrôler l'ajuga?

Guy Chabot

R Non. L'ajuga ou bugle rampante (Ajuga reptans) est un couvre-sol qui, lui aussi, s'échappe parfois des plates-bandes pour s'installer dans la pelouse, mais le traitement au bore ne s'applique qu'au lierre terrestre (Glechoma hederacea). Pour l'ajuga, je ne vois pas d'autre solution que de l'arracher manuellement et de déposer des semences de gazon dans les trous laissés pour que ce soit des graminées qui repoussent et non pas des mauvaises herbes. Ou d'apprendre à accepter la présence de cette plante dans la pelouse, tout simplement.

Calendrier horticole

Grande fête de la nature

La Commission des champs de bataille nationaux convie les amants de la nature à la 20e Grande fête de la nature, un rendez-vous horticole très prisé par les familles. Le dimanche 10 mai, de 11h à 16h30, l'équipe des espaces verts ouvre les portes des serres et offre conseils horticoles et arboricoles. Sur place, il y aura une trentaine d'exposants spécialisés dans diverses sphères de l'environnement et une gamme variée d'activités : animation, distribution de plants de la campagne Mon arbre à moi, chevaux canadiens, reptiles, dégustation de grillons et bien plus. Info : www.lesplainesdabraham.ca

Gestion écologique de l'eau au jardin

La Société d'horticulture et d'écologie de Charlesbourg vous invite à une conférence qui se tiendra le mardi 12 mai à 19h30 au Centre culturel et communautaire de Charlesbourg situé au 7575, boul. Henri-Bourassa, salle 20. Lili Michaud vous parlera de la gestion écologique de l'eau au jardin. Coût : 6 $ non-membres. Info : s.h.e.charlesbourg@hotmail.com

Les boîtes à fleurs spectaculaires

La Société d'horticulture de Beauport vous propose une conférence sur les boîtes à fleurs spectaculaires avec Marc Pelchat. Elle se tiendra le mercredi 13 mai à 19h30 au Centre municipal Mgr-Laval sis au 2, rue du Fargy, Québec. Coût : 6 $ non-membres. Info : 418 663-1207

Les murs végétalisés

La prochaine conférence de la Société d'horticulture de Saint-Nicolas qui aura lieu le mercredi 13 mai sera donnée par Larry Hodgson et portera sur les murs végétalisés. Cette conférence aura lieu à 19h30 à l'Hôtel Bernières situé au 535, rue de l'Aréna à Saint-Nicolas. Coût : 6 $ non-membres. Info : 418 831-9666 ou 418 831-8471

Jardiner sans se ruiner

La Société d'horticulture et d'écologie de Montmagny vous invite à sa conférence mensuelle qui expliquera comment jardiner sans se ruiner avec Larry Hodgson. Elle aura lieu à la cafétéria Jean-Pierre-Després de l'École secondaire Louis-Jacques-Casault, au 141, Taché E., Montmagny, le mardi 12 à 19h. Coût : 5 $ non-membres. Info : 418 248-9322

Aménager pour l'ombre

La Société d'horticulture de la Mauricie vous invite à sa prochaine conférence le mercredi 13 mai à 19h30 au pavillon Maurice-Pitre, situé au 6455, rue Notre-Dame O. à Trois-Rivières. Alain Lorange expliquera comment réussir un aménagement à l'ombre. Coût : 5 $ non-membres. Info : 819 691-2119 ou 819 375-9384

Les hémérocalles

Le mercredi 13 mai à 19h30 à La Maison de la Culture, 67, rue du Rocher, Rivière-du-Loup, la Société d'horticulture de Rivière-du-Loup vous invite à une conférence avec Serge Goulet qui vous parlera des hémérocalles. Coût : 7 $ non-membres. Info : shrdl@hotmail.com

Voyage au Jardin botanique de Montréal

La Société d'horticulture de Sainte-Foy et la Société d'horticulture de Beauport vous proposent un voyage horticole au Jardin botanique de Montréal le samedi 23 mai 2015. Deux points de départ : aréna de Beauport et aréna de Sainte-Foy. Dîner libre, souper inclus. Coût : 95 $ pour les membres (deux sociétés) et 105 $ pour les non-membres. Info : Michelle Turcotte, 418 654-9282 ou michelleturcotte@gmail.com

Voyage horticole en Montérégie

La Société d'horticulture et d'écologie de Saint-Nicolas vous propose une journée de découvertes en Montérégie le samedi 11 juillet 2015, comprenant deux jardins privés et un jardin-pépinière. Prix incluant autocar de luxe, entrées aux jardins, nombreux prix de présence et gâteries : 70 $. Info : Francine 418 836-0541 ou Solange 418 831-8471

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer