Découvrons la vivace de l'année 2015

Le Geranium x cantabridgiense 'Biokovo' pousse dans presque... (Photo www.jardinierparesseux.com)

Agrandir

Le Geranium x cantabridgiense 'Biokovo' pousse dans presque toutes les conditions imaginables : sol pauvre ou riche, sec, bien drainé ou humide, au soleil ou à l'ombre.

Photo www.jardinierparesseux.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson
Le Soleil

(Québec) C'est un géranium vivace, Geranium cantabridgiense 'Biokovo', qui a obtenu le titre de vivace de l'année 2015 donné par la Perennial Plant Association, un regroupement de pépiniéristes spécialisés. Ce prix diffère de bien d'autres du fait qu'il ne va jamais à une nouveauté, mais seulement à une plante qui a fait ses preuves pendant plusieurs années. Ainsi, il est fort possible que vous ayez déjà le géranium 'Biokovo' dans vos plates-bandes, car il est offert aux jardiniers québécois depuis plus d'une décennie déjà. Sinon, vous avez tout intérêt à le découvrir!

Histoire d'un lauréat

Avant de donner des détails sur la culture de 'Biokovo', une précision s'impose. 'Biokovo' n'est pas un pélargonium (Pelargonium spp.), souvent appelé géranium, mais est un véritable géranium vivace (Geranium). La différence est importante, car les pélargoniums ne sont pas rustiques sous notre climat : on les cultive comme annuelles ou on les rentre dans la maison comme plantes d'intérieur. 'Biokovo', bien au contraire, est très rustique, jusqu'en zone 3. Ainsi, nos hivers froids ne lui feront pas peur. Et c'est une plante parfaitement permanente. Plantez ce géranium ce printemps et il sera encore là dans 40 ans!

'Biokovo' est issu d'un croisement spontané entre deux espèces différentes, le géranium à gros rhizome (G. macrorrhizum) et le géranium de Dalmatie (G. dalmaticum). On appelle cette espèce hybride géranium de Cambridge (G. x cantabridgiense), car le premier croisement ayant donné lieu à cette plante hybride a eu lieu à Cambridge, en Angleterre. La plupart des géraniums de Cambridge (et il en existe plusieurs) sont issus de croisements manuels faits par l'humain, mais 'Biokovo' est l'exception à la règle. On l'a trouvé à l'état sauvage dans les montagnes Biokovo en Croatie, d'où, bien sûr, vient son nom. 

Description

'Biokovo' produit de petits bouquets de fleurs aux pétales blancs, mais aux étamines roses, donnant ensemble un effet rose pâle. La floraison est surtout abondante au début de la saison, en juin et en juillet, mais se répète sporadiquement jusqu'en septembre. Les fleurs sont stériles, ainsi il n'y a aucun risque que la plante se ressème.

Il s'agit d'une plante basse d'environ 25 centimètres de hauteur qui forme un dôme de feuilles rondes découpées vert moyen qui rougissent joliment à l'automne. Quand on les frôle, elles dégagent une odeur citronnée agréable. Du moins, les humains la trouvent agréable : les cerfs, les lièvres, les campagnols et les marmottes détestent son odeur et l'évitent. Le feuillage est dit «semi-persistant» : il disparaît en partie pendant l'hiver, mais quand la neige fond, la plante porte toujours des feuilles vertes à l'extrémité des tiges. De nouvelles feuilles repousseront rapidement, dès que le temps se réchauffera.

La plante s'élargit à partir de rhizomes rampants, formant une touffe de 30 cm la première année et d'environ 50 cm la deuxième. L'étiquette qu'il porte en pépinière suggère qu'il s'arrête là, car on y indique habituellement de 30 à 50 cm comme largeur, mais sans doute que le pépiniériste qui a produit l'étiquette n'a jamais cultivé 'Biokovo' lui-même, car il atteint facilement, après quelques années, un mètre de largeur et même plus, pour former avec le temps un vaste tapis. Il faut souligner que ces rhizomes partent d'une seule souche et s'enracinent rarement, donc 'Biokovo' ne devient pas envahissant, contrairement à beaucoup d'autres couvre-sol. S'il va trop loin, il est facile de raccourcir les tiges trop entreprenantes.

Le couvre-sol parfait?

Plusieurs jardiniers prétendent que 'Biokovo' est tout simplement le couvre-sol parfait, et je ne peux pas les contredire. D'abord, il pousse dans presque toutes les conditions imaginables : sol pauvre ou riche, sec, bien drainé ou humide, au soleil ou à l'ombre. Il ne craint, dans le fond, que les sols détrempés. Aucun engrais n'est nécessaire et, comme il absorbe les feuilles d'automne qui tombent des arbres surplombants, aucun ménage non plus. 

Sa capacité de tolérer l'ombre sèche trouvée au pied des érables, des épinettes et d'autres arbres à racines superficielles est remarquable. Même quand de grosses racines ressortent du sol, 'Biokovo' les cache entièrement. Ainsi, il remplace facilement le gazon là où ce dernier ne pousse pas bien. Mais attention! S'il tolère le passage des pieds à un certain degré, il ne résistera pas à un assaut quotidien. Là où vous voudriez l'utiliser pour remplacer le gazon, donc, il serait sage de munir les endroits passants de pas japonais pour éviter de trop l'abîmer. 

Vous pouvez même cultiver 'Biokovo' sous un escalier ou une galerie complètement à l'abri de la pluie et donc où le sol est toujours entièrement sec. Il s'agit d'établir la plante à l'extérieur de la structure, là où elle recevra une pluie normale, et puis de diriger ses rhizomes vers le secteur sec avoisinant. Bientôt le sol sera recouvert de verdure et de fleurs!

Pour multiplier 'Biokovo', coupez une rosette munie d'une section rhizome de 8 à 20 cm et repiquez-la en pleine terre, au soleil ou à l'ombre. Gardez le sol humide jusqu'à ce que la plante commence à pousser, signe qu'elle est bien enracinée. Après, aucun entretien ne sera nécessaire.

D'autres variétés

Si vous aimez 'Biokovo', mais cherchez plus de variété, sachez qu'il existe d'autres géraniums de Cambridge avec un port identique, mais offrant d'autres couleurs de fleurs, notamment 'Cambridge' (le cultivar originel) aux fleurs rose soutenu, 'Karmina', aux fleurs magenta et 'St. Ola', aux fleurs blanc pur. 

Comme vous pouvez le voir, le géranium de Cambridge 'Biokovo' mérite amplement sa nomination au poste de vivace de l'année 2015. Vous le trouverez sans difficulté dans la plupart des jardineries.

La légende de l'iris d'appartement veut qu'elle ne... (PHOTO FOURNIE PAR CAROLE LAMBERT) - image 2.0

Agrandir

La légende de l'iris d'appartement veut qu'elle ne fleurisse que lorsqu'elle a 12 feuilles (Neomarica northiana).

PHOTO FOURNIE PAR CAROLE LAMBERT

Réponses à vos questions

Arrosage des orchidées

Q J'ai lu dernièrement votre article sur les orchidées, et ma question concerne les arrosages. Personnellement, lorsque j'arrose mes orchidées, l'eau passe directement dans le cache-pot, laissant très peu d'humidité dans le terreau. Quelqu'un m'a dit de remplir le cache-pot et de laisser «baigner» la plante pendant 15 minutes et de vider ensuite le cache-pot. On m'a également dit d'utiliser de l'eau minérale plate pour l'arrosage. Merci de me dire ce que vous en pensez.

Sylvie, Québec

R Il n'y a pas de mal à laisser les racines d'une orchidée baigner dans l'eau pendant quelques minutes, tant que vous videz le cache-pot après comme vous proposez de faire. Et c'est vrai que les orchidées préfèrent habituellement une eau douce, c'est-à-dire qui contient peu de calcaire (calcium), ce qui est le cas de l'eau minérale. Cela dit, la vaste majorité des amateurs d'orchidées les arrosent avec l'eau du robinet, tout simplement, même si elle est parfois calcaire, et elles réussissent très bien. Considérant le coût de l'eau minérale, je doute que l'utiliser soit rentable. Par contre, vous pouvez facilement récolter l'eau de pluie qui est naturellement douce et aussi gratuite! D'ailleurs, l'eau de pluie est toujours la meilleure eau pour l'arrosage, peu importe le type de plante.

Entretien d'une plante mystère 

Q La plante dans la photo m'a été donnée il y a une vingtaine d'années. J'avais le plaisir d'observer une fleur «d'un jour» de temps en temps, mais depuis environ deux ans, plus aucune floraison. De plus, le bout des feuilles brunit beaucoup plus que d'habitude, ce qui fait que je dois couper l'extrémité fréquemment et donc, elles raccourcissent de plus en plus. Je l'ai transplantée l'automne dernier avec un nouveau terreau, mais peine perdue. Également, j'aimerais connaître son nom.

Carole Lambert 

R Il s'agit de l'iris d'appartement (Neomarica northiana), aussi appelé plante apôtre, car la légende veut qu'elle ne fleurisse que lorsqu'elle a 12 feuilles. La plante ressemble à un iris par son feuillage ensiforme en éventail et ses fleurs bleu et blanc qui, comme vous l'avez mentionné, ne durent qu'une journée chacune. Le brunissement des pointes des feuilles est généralement causé par un terreau contaminé par un excès de sels minéraux, lié à un besoin de rempotage, ou par l'air trop sec. Déjà votre rempotage dans un terreau frais devrait avoir fait une différence, mais comme l'air de nos maisons est sec l'hiver, le bénéfice du rempotage a peut-être retardé à paraître. Maintenant que l'air est plus humide, vous devriez voir d'ici peu de nouvelles feuilles pétantes de santé!

Écorce rongée

Q Quelle surprise avons-nous eue, à la fonte des neiges, de constater que l'écorce de notre cerisier de quatre ou cinq ans a été mangé à sa base : un rongeur a grugé jusqu'à une hauteur de 22 cm. Dans cette partie, le tronc de 4 cm de diamètre est découvert et montre son intérieur. On a recouvert cette partie abîmée d'un grillage, mais y a-t-il quelque chose de curatif à faire pour ne pas perdre ce bel arbre placé au milieu de notre parterre dépouillé? 

Danielle Meunier

R Habituellement ce sont les campagnols (mulots) qui font ce type de dégâts. Ils travaillent sous la neige à l'insu des propriétaires et c'est seulement à la fonte des neiges qu'on découvre le pot aux roses. Si l'écorce est rongée tout autour, il n'y a essentiellement rien à faire pour sauver votre cerisier, mais s'il reste même un mince filet d'écorce ininterrompu qui remonte de la base de l'arbre jusqu'à l'écorce non grugée, l'arbre produira à partir de ce filet une nouvelle écorce qui recouvrira la plaie, et ce, sans le moindre traitement spécial. Même si votre cerisier commence à produire une nouvelle tige à partir de la base, ce qui est bien possible, cela ne réglera pas le problème, car la plupart des fruitiers sont greffés et ce qui poussera de la base sera le porte-greffe, un vulgaire cerisier sauvage, non pas le cerisier désiré. Les campagnols causent fréquemment des dégâts aux fruitiers, mais le moment pour poser un grillage ou une spirale antirongeur est à l'automne, pas au printemps.

Calendrier horticole

Jardins d'ombre et de fraîcheur

La Société d'horticulture et d'écologie de Portneuf invite la population à sa prochaine conférence qui aura lieu demain à 9h au Bureau municipal, au 260, rue Pettigrew, à Saint-Léonard-de-Portneuf. Cécile Allard parlera des jardins d'ombre et de fraîcheur. Coût : 5 $; gratuit pour les membres et les résidents de Saint-Léonard. Info : 418 268-5511

Préparation à l'exposition de bonsaïs

Le Groupe Bonsaï Québec vous propose un atelier sur la préparation des bonsaïs pour son exposition annuelle du 23 et 24 mai prochains.

Apportez vos bonsaïs, plantes d'accompagnement et tables pour des commentaires et des suggestions. L'activité aura lieu lundi à 19h30, au local 1240 du Pavillon Envirotron, situé au 2480, boulevard Hochelaga, à Québec. Coût : 7 $/membres; 12 $/non-membres. Info :

groupebonsaiquebec@gmail.com

Pots et jardinières

La Société d'horticulture de Sainte-Foy vous invite à une conférence sur la conception de boîtes à fleurs, de pots et de jardinières pour trois saisons avec Jean-Marc Pelchat. Elle se tiendra mardi à 19h30 au Centre sportif de Sainte-Foy

(aréna, deuxième étage), au 930, avenue Roland-Beaudin. Coût : 6 $/non-membres.

Info : 418 653-4785 ou 418 651-3837

Vivaces à floraison printanière

Mercredi à 19h30 au 51A, rue Déziel, la Société d'horticulture de Lévis vous invite à une conférence avec Caroline Giroux qui parlera des vivaces à floraison printanière. Coût : 6 $/non-membres.

Info : info@shlevis.org

ou 418 838-9578

Techniques de plantation

La Société d'horticulture de Québec vous propose une conférence présentée par Louis Saint-Hilaire intitulée Techniques de plantation avec les végétaux.

Elle aura lieu jeudi à 19h30 au Centre Marchand, situé au 2740, 2e Avenue Est, à Québec.

Coût : 6 $/non-membres.

Info : 418 871-1665

Émission télévisée

L'émission Dans mon jardin avec Larry Hodgson est de retour les vendredis à 19h30 sur les ondes de TéléMag. 

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à magazine@lesoleil.com.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer