Fleur d'Europe: fleuristes de mère en fille

Josée Gagné, propriétaire de Fleur d'Europe, et sa... (Le Soleil, Jean- Marie Villeneuve)

Agrandir

Josée Gagné, propriétaire de Fleur d'Europe, et sa fille, Alice Marmen, son bras droit, accompagnés de Copine, leur chienne, omniprésente à la boutique de l'avenue Cartier.

Le Soleil, Jean- Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Laurie Richard</p>

(Québec) Alice Marmen est tombée dans les fleurs quand elle était petite. La fille de Josée Gagné, propriétaire de Fleur d'Europe depuis 2002, ne se destinait pourtant pas à suivre les traces de sa mère et de sa grand-mère. Mais après un détour en ressources humaines, une évidence s'impose : elle incarnera la troisième génération de femmes fleuristes de la famille.

Ces mariés voulaient la forêt à l'intérieur, c'est... (Fournie par Fleur d'Europe, Xavier Dachez) - image 1.0

Agrandir

Ces mariés voulaient la forêt à l'intérieur, c'est ce que Fleur d'Europe leur a offert avec des bouleaux, des orchidées dendrobium, du sapinage et beaucoup de chandelles.

Fournie par Fleur d'Europe, Xavier Dachez

Fleur d'Europe a lancé l'automne dernier une nouvelle... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.1

Agrandir

Fleur d'Europe a lancé l'automne dernier une nouvelle succursale au Château Frontenac.

Le Soleil, Patrice Laroche

Mme Gagné a été formée par une femme d'affaires perfectionniste : sa mère, raconte-t-elle. Après une pause pour s'occuper de ses enfants, elle a décidé de «prendre le chemin facile» et de suivre ses traces : devenir fleuriste. Elle acquiert la boutique qui a pignon sur l'avenue Cartier depuis 1984.

Sa fille Alice, son bras droit, deviendra actionnaire cette année. La transition s'amorcera en vue de l'éventuelle retraite de sa mère. Celle qui l'aide à la boutique depuis qu'elle est toute jeune n'avait pas comme ambition de suivre ses traces. Mais après un stage en entreprise, elle se rend compte que le travail de bureau à temps plein, ce n'est pas pour elle. Elle avait toujours hâte de revenir à la boutique où elle bossait à temps partiel.

«Si j'ai embarqué, remarque Alice, deuxième d'une fratrie de trois, c'est qu'on n'est pas seulement un fleuriste de quartier : on fait beaucoup d'événementiel. Ça bouge, c'est ça qui m'intéressait.»

Fleur d'Europe vend d'abord des fleurs fraîches coupées. «La beauté de la chose, c'est que c'est éphémère», indique Mme Gagné. Ça n'a pas le temps d'amasser la poussière. Oui, les Québécois consomment des fleurs, remarque-t-elle. Certains clients ont «leur habitude de fleurs fraîches», un bouquet constant à la maison.

En saison, les fleuristes tentent de s'approvisionner le plus localement possible. «C'est comme la cuisine du marché», dit Mme Gagné. Dans la région de Québec, le duo souligne la présence de Pivoines Capano de Saint-Augustin-de-Desmaures ainsi qu'Éco Fleur Deux Milles Six, producteur de Saint-Lambert-de-Lauzon. Mais parfois, «local», pour les tulipes notamment, signifie une autre province du Canada! Et certaines variétés ne peuvent être trouvées ici : on doit compter sur les Pays-Bas ou l'Équateur.

Design floral

Fleur d'Europe offre aussi des services personnalisés de décoration pour les mariages et les événements corporatifs. «La clé, c'est l'écoute», affirment mère et fille. Pour les événements corporatifs, l'approche est moins émotive. Les clients sont parfois moins précis, n'ont pas d'image de décor auquel ils rêvent depuis des années comme pour un mariage. L'équipe peut alors se permettre d'être un peu plus audacieuse.

Du côté mariage, on sent le courant rustique chic ces derniers temps. «Les gens aiment ça, la nature», dit Mme Marmen. Les deux complices s'impliquent actuellement dans l'organisation du Grand Salon du mariage qui se tiendra le 1er mars au Château Frontenac. «On veut d'ailleurs que Québec devienne LA destination mariage au monde, soutient Mme Gagné. C'est beau, c'est une ville romantique, on a les quatre saisons, c'est sécuritaire. On veut développer ça. Tout le monde peut en profiter, pas juste nous! C'est possible quand les gens s'unissent et regardent dans la même direction.»

Faire des petits

Fleur d'Europe a récemment commencé à se multiplier. On trouve maintenant une boutique au Château Frontenac et on a pu voir l'équipe pour la première fois au Marché de Noël du Vieux-Port. Mère et fille ont de gros projets pour les prochaines années.

La boutique sera éventuellement transformée : l'atelier sera aménagé à l'avant de la boutique. «On manque de place. On va maximiser l'espace en transformant la boutique en laboratoire», explique Mme Gagné. On pourra donc bientôt voir les fleuristes à l'oeuvre de la rue!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer