Le remarquable saguaro

Un paysage rempli de saguaros: l'image idéalisée du... (Photo www.jardinierparesseux.com)

Agrandir

Un paysage rempli de saguaros: l'image idéalisée du monde du FarWest.

Photo www.jardinierparesseux.com

Partager

Larry Hodgson, collaboration spéciale
Le Soleil

(Québec) Je reviens d'un symposium de journalistes horticoles à Tucson en Arizona et j'y ai vu bien des choses remarquables : des paysages dominés par des montagnes arides, des terrains aménagés presque uniquement avec des cactées et autres plantes succulentes, des oiseaux bizarres, comme le grand géocoucou (le Road Runner du dessin animé du même nom), mais, surtout, le remarquable «cactus à bras», le saguaro (Carnegia gigantea). C'est le cactus à la Lucky Luke, le cactus des films de cow-boys, un grand cierge qui peut atteindre jusqu'à 15 m de hauteur avec un ou plusieurs bras massifs.

Les fleurs du saguaro produisent des fruits qui... (Photo www.jardinierparesseux.com) - image 1.0

Agrandir

Les fleurs du saguaro produisent des fruits qui sont utilisés à toutes les sauces en Arizona.

Photo www.jardinierparesseux.com

Dans la nature, le saguaro (j'ai appris qu'il faut dire «sah WAH roh») ne vit que dans une région relativement restreinte du désert du Sonora, surtout près de Tucson. Si on l'associe tant aux films de l'Ouest américain, c'est que plusieurs films et émissions de télévision de cow-boys des années 40 à 90 ont été tournés près de Tucson, et donc ce paysage représente pour nous «l'Ouest».

Avant de visiter Tucson, j'avais l'impression que ce cactus était rare, même menacé. Au contraire, on le trouve partout dans la région : autant dans les vallées que dans les montagnes, dans les réserves naturelles que sur les terrains vagues, à la campagne et en pleine ville. Il n'y a presque pas de terrain qui n'en possède pas un ou deux. Malgré son abondance, sa croissance est très, très lente : à peine 2,5 à 3 cm par année à Tucson et encore moins ailleurs dans la région. Aussi, il est protégé partout dans l'État de l'Arizona, dont il est, de plus, l'emblème floral. Qui veut construire un nouvel édifice ou agrandir une route doit normalement faire déplacer d'abord tout saguaro de son chemin.

Cycle de vie surprenant

Le saguaro commence toujours sa vie à l'ombre d'un arbuste ou d'un arbre plus grand (plante qu'on appelle un arbre nourricier), car, jeune, il nécessite une certaine humidité et ne tolère pas le plein soleil. C'est seulement à l'ombre d'une plante protectrice qu'il peut prendre son envol.

Il pousse lentement mais sûrement, en boule au départ, toutefois la boule s'allonge peu à peu pour former un tronc épais et dressé, en forme de cierge. Il n'y a aucun bras au début : les premiers bras apparaissent quand la plante a environ de 60 à 75 ans. Il peut y en avoir un, deux ou plusieurs. Plus le saguaro est âgé, plus il risque d'en avoir. Les bras poussent d'abord à l'horizontale, puis se redressent, donnant la silhouette caractéristique qu'on connaît. Aucun autre cactus du monde ne croît de cette façon, et ainsi un saguaro mature est facile à identifier.

Les plus vieux saguaros peuvent atteindre 200 ans et peser jusqu'à quatre ou cinq tonnes... après une pluie. En effet, comme un accordéon, les tiges côtelées prennent de l'expansion après une pluie, servant de réserve pour jusqu'à 3000 litres d'eau, puis «se dessoufflent» à mesure que la plante utilise l'eau de ses tissus.

Le saguaro produit de jolies fleurs tubulaires blanches très parfumées. Elles paraissent en bouquets vers le sommet des tiges, entre avril et juin. Elles s'épanouissent la nuit et se referment avant midi le lendemain. Le pollinisateur principal est une chauve-souris qui plonge sa tête dans la fleur à la recherche de nectar sucré et en ressort couverte de pollen. En passant aux fleurs d'une autre plante (le saguaro est autostérile : il lui faut le pollen d'un autre spécimen pour produire des fruits), elle assure la pollinisation.

Les fruits ainsi produits grossissent rapidement et rougissent à maturité, en juin ou en juillet. Ils contiennent une chair rouge très sucrée et jusqu'à 2000 graines noires. Les animaux du désert (pécaris, oiseaux, écureuils, etc.) mangent les fruits, rejetant les graines dans leurs déjections et, en se faisant, propagent la plante partout dans le secteur. Comme les fruits mûrissent à l'époque des moussons d'été, cette période plutôt pluvieuse permet aux graines de germer... et une nouvelle génération est née.

D'ailleurs, en Arizona, on vend (en saison) des fruits frais de saguaro dans les supermarchés et, toute l'année, des jus, des bonbons, des marmelades, etc. faits à partir de ce fruit exotique.

Un tronc troué

Plusieurs saguaros ont des trous béants dans leur paroi. Il s'agit d'abris creusés par le pic des saguaros qui y fait son nid. Ce pic n'y vit qu'une seule année, préférant faire un nouveau trou tous les ans, mais les trous qu'il abandonne peuvent servir d'abris à d'autres oiseaux, comme la chouette des saguaros et le troglodyte des cactus. La présence de ces trous ne semble pas nuire aux saguaros qui peuvent parfois en contenir des dizaines.

Ici au Québec?

À Tucson et ailleurs dans le sud-ouest des États-Unis, on peut facilement acheter un saguaro dans toute pépinière, même de gros spécimens (dans ce dernier cas, il s'agit de plants récupérés lors de constructions munis d'une étiquette autorisant leur vente). Un très gros saguaro avec plusieurs bras pourrait toutefois coûter... un bras à un Arizonien (facilement plusieurs milliers de dollars). Mais au moins peut-il espérer le conserver plusieurs décennies.

Sous le climat froid et pluvieux de l'est du Québec, le saguaro, qui ne tolère que des gels très légers (il est de zone 9), n'aura aucune chance de survie à l'extérieur, mais on pourrait en cultiver un à l'intérieur. Évidemment, les spécimens qui arrivent dans nos pépinières sont petits et prendront des décennies pour atteindre la taille et la forme des saguaros à bras de Tucson, mais leur culture n'est pas difficile pour autant. On peut les cultiver comme n'importe lequel autre cactus désertique d'intérieur : en pot dans un terreau bien drainé et devant une fenêtre ensoleillée. Arrosez-les abondamment l'été, mais parcimonieusement durant l'hiver et ne les fertilisez que l'été. L'entreprise Québecactus (769, chemin Bélair Est, Saint-Jean-Chrysostome, 418 839-5450), le plus important importateur de cactus de notre région, en vend à l'occasion et vous pourriez sans doute en commander un si l'idée vous plaît.­­

Aussi, il est relativement facile de trouver des semences de saguaro sur Internet. Curieusement, les graines de cactus se cultivent comme celles de n'importe quelle autre plante, soit dans un terreau humide et sous la forte humidité formée par un dôme de plastique transparent. Ce n'est qu'une fois que le jeune saguaro a produit une tige et des épines qu'il peut s'adapter aux conditions d'aridité et de plein soleil qui plaisent aux plants adultes.

Bonne chance avec votre petit saguaro et... bye-bye mon cow-boy!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer