Un quartier résidentiel voisin d'IKEA

Dans cette perspective d'une maison de plain-pied classe... (fournie par Groupe Média Vision)

Agrandir

Dans cette perspective d'une maison de plain-pied classe A, on voit bien la volonté de créer des percées lumineuses de l'entrée jusqu'à l'arrière.

fournie par Groupe Média Vision

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Groupe Dallaire s'apprête à développer un quartier résidentiel de 254 portes à quelques kilomètres de son mégacentre commercial, qui comprendra un IKEA. Les 93 terrains de la phase 1 du Domaine Le Gendre, dans Cap-Rouge, sont en vente. On propose d'y construire neuf types d'habitations «flexibles», aux lignes contemporaines.

Le quartier prendra forme sur un secteur boisé au nord-est du Domaine de l'Érable rouge, face à l'avenue Le Gendre. La première des quatre phases prévues compte des terrains entre 4000 pieds carrés et 30 000 pieds carrés. Les acheteurs pourront y faire ériger différents cottages, maisons de plain-pied et jumelés aux revêtements de pierre, de brique, de bois, d'acier et de verre. 

En façade, un plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA) propre au Domaine Le Gendre prévoit de la maçonnerie dans une proportion de 80 %. Matériaux nobles, apport important de lumière, percée de l'entrée jusqu'à l'arrière caractérisent ces constructions épurées, de la plus petite à la plus grande.

«Au Québec, l'été est court. On a besoin de lumière et on aime vivre à l'extérieur», souligne Frédéric Bilodeau d'Alpha Architecture, derrière la conception du développement. En présentant les images modélisées au Soleil, il pointe les rebords de toit qui protègent les terrasses et créent un prolongement de la maison. «Le coup d'oeil à l'arrière est aussi intéressant qu'à l'avant», note-t-il.

Zones communes et privées

Depuis un an et demi, son équipe planche pour réinventer le principe Home Sweet Home et obtenir un lieu habitable pour une famille où chacun a son coin et se sent chez lui. L'époque de la grande aire ouverte est en transition, explique l'architecte. On cherche aujourd'hui à doser les espaces communs et ceux de tranquillité. Une alcôve ou des lattes de bois peuvent, par exemple, délimiter des pièces, sans les fermer.

Les jumelés proposés sont volontairement différents. Ils offrent... (fournie par Groupe Média Vision) - image 2.0

Agrandir

Les jumelés proposés sont volontairement différents. Ils offrent 1512 pieds carrés de surperficie habitable.

fournie par Groupe Média Vision

Frédéric Bilodeau s'est inspiré de l'ambiance des villas avec leurs différents espaces. Il parle d'une «procession» dans la maison, où chaque zone a une surprise ou un cachet particulier à offrir. 

Flexibilité

Les neuf modèles d'habitations proposés se veulent des inspirations et sont appelés à être personnalisés. La combinaison des matériaux peut être changée si elle respecte le PIIA, les superficies sont modifiables à l'intérieur des marges de dégagement. «On ne veut pas que ce soit des maisons en série», insiste l'architecte, qui prône tout de même une harmonie.

Pour éviter les extras, les habitations de base, vendues entre 250 000 $ et 640 000 $ sans le terrain, sont «extrêmement bien équipées», expose François Leroux, vice-président des ventes résidentielles pour Groupe Dallaire. Il pense notamment à la qualité des finis, à la hauteur des plafonds, à la généreuse fenestration ou aux terrasses couvertes. Mais dans un contexte de flexibilité, rien n'est figé, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur. «Des gens aiment le secteur, la signature, mais ils ont un budget limité? Il y a moyen d'ajuster et de faire une conception adaptée», dit-il.

Le promoteur espère une «dispersion équilibrée» des différents... (fournie par Groupe Média Vision) - image 3.0

Agrandir

Le promoteur espère une «dispersion équilibrée» des différents types d'habitations dans le quartier.

fournie par Groupe Média Vision

«L'atout, c'est qu'on est une équipe intégrée. On est capable de voir entre nous ce qu'on peut faire pour le client», poursuit Stéphane Michaud, vice-président marketing et communications pour Groupe Dallaire, en expliquant que promoteur, vendeurs, architectes et designers travaillent tous ensemble. Une seule personne peut donc faire le suivi à l'interne.

Jeunes professionnels

Ce projet vise une clientèle de jeunes professionnels, mais pas exclusivement. Les bungalows ou maisons de plain-pied pourraient notamment plaire à des acheteurs plus âgés qui souhaitent vivre sur un seul étage. Le secteur «dynamique» attire aussi les futurs employés du nouveau pôle commercial voisin, note François Leroux.

Craint-on le trafic? «254 portes, c'est relativement modeste», croit Stéphane Michaud, convaincu que le flot d'automobilistes sera bien absorbé. Il ajoute que la circulation autour du futur secteur commercial dans le coin de la rue Mendel et de l'avenue Blaise-Pascal sera revue et facilitée. Pour sa part, Frédéric Bilodeau analyse que le Domaine Le Gendre n'est pas en plein coeur de Cap-Rouge, mais plutôt «excentré», un avantage pour accéder plus rapidement aux autoroutes.

Été 2018

À ce jour, 13 terrains ont été vendus et une dizaine d'autres sont réservés, indique François Leroux. Les travaux d'infrastructure des rues devraient débuter en novembre et la construction des habitations, au printemps pour être livrées à l'été 2018... en même temps que le futur IKEA. Trois autres phases sont ensuite prévues, dont la dernière vouée au multilogement.

Dans l'aménagement du quartier, a-t-on l'intention de garder quelques arbres? Difficile de statuer à ce stade-ci, tout dépendra du remblai, indique l'architecte Frédéric Bilodeau. Mais l'idée est d'en conserver si la situation le permet, dit-il.

***

Compenser la perte d'un milieu humide

Le tracé du Domaine Le Gendre englobe un milieu humide, que certains ont cherché à protéger dans le passé. Groupe Dallaire, le promoteur a depuis pris des engagements pour compenser cette perte. 

Le développement d'un quartier résidentiel dans le secteur entre les boulevards de la Chaudière et du Versant Nord avait soulevé l'opposition de citoyens de Cap-Rouge et de l'organisme Québec Arbres en 2012. La raison : le site comprend un milieu humide d'intérêt, qui retient l'eau en cas de fortes pluies et réduit les risques d'inondation.

Depuis cette époque, Groupe Dallaire a mandaté des firmes externes pour s'assurer de la qualité des zones humides du secteur. «Un inventaire a été fait», énonce Robert Cooke, vice-président développement pour Groupe Dallaire, en parlant d'une démarche requise pour tout projet touchant un milieu forestier ou humide.

Le promoteur a contacté les autorités pour visiter le site et valider les informations. Ces démarches ont attiré l'attention vers le marais Isabelle, situé à l'est du futur développement résidentiel. Avec ou sans construction, il y avait un risque d'assèchement du marais et de son pourtour, indique M. Cooke.

Les autorités ont proposé d'assurer la pérennité de cette aire d'intérêt. Pour compenser la disparition de milieux humides due au projet résidentiel, le promoteur facilitera donc le drainage des terrains contigus vers le marais.

Groupe Dallaire réservera aussi une partie de son terrain à des fins de conservation. «Avec cette zone tampon entre le projet et le marais, on s'assure qu'il n'y aura pas d'intervention qui puisse influencer le milieu humide», explique M. Cooke.

Il ajoute que Groupe Dallaire s'est engagé à céder à la Ville de Québec cette zone transitoire, aménagée en même temps que le Domaine Le Gendre, pour empêcher tout développement à proximité du marais.

Le promoteur prévoit enfin un troisième site de «compensation» au nord du boulevard de la Chaudière, entre l'avenue Le Gendre et la rue Mendel. 

Ces différentes mesures environnementales touchent une superficie supérieure à celle utilisée pour le futur quartier, avance M. Cooke. «Dans le secteur, c'est un gain par rapport à l'état actuel des choses», conclut-il.

***

Le Domaine Le Gendre en chiffres

  • Investissement total : plus de 100 M$
  • Unités résidentielles : 254 pour le projet dans son ensemble, 93 pour la phase 1
  • Prix des terrains : du plus petit au plus grand, 139 155 $ pour 4010 pieds carrés à 440 946 $ pour 30 031 pieds carrés, avec une moyenne entre 160 000 $ et 200 000 $
  • Livraison prévue de la phase 1 : été 2018
  • Prix des cottages classe AAA avec garage : 640 792 $*
  • Prix des cottages classe AA avec garage : entre 425 000 $ et 457 498 $
  • Prix des cottages classe AA sans garage : entre 390 000 $ et 420 670 $
  • Prix des cottages classe A avec garage : entre 315 000 $ et 342 574 $
  • Prix des cottages classe A sans garage : entre 290 000 $ et 314 105 $
  • Prix des plains-pieds classe AAA : 390 606 $
  • Prix des plain-pieds classe A : 286 103 $
  • Prix des jumelés classe AA : 295 000 $
  • Prix des jumelés classe A : 250 000 $ ciblés
*Le prix des neuf types d'habitations excluent le prix du terrain.

Info : domainelegendre.ca




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer