Quoi faire après les inondations?

Les inondations ont frappé plusieurs régions du Québec... (Le Droit, Patrick Woodbury)

Agrandir

Les inondations ont frappé plusieurs régions du Québec lors des dernières semaines.

Le Droit, Patrick Woodbury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les images en boucle de maisons inondées par la crue des eaux au Québec laissent imaginer tout un processus de réhabilitation. Quoi préserver? Quoi arracher? Comment prévenir les moisissures? Un expert interrogé par Le Soleil trace les grandes lignes.

Qu'il s'agisse d'une inondation ou d'un dégât d'eau, le protocole est pratiquement le même, indique Marco Lasalle, directeur du service technique à l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ). Il ajoute que s'il n'y a pas eu de débordement de rivière comme tel dans la région de Québec, le niveau de la nappe phréatique était très élevé. «Il peut très bien y avoir eu des problèmes de drain de fondation. C'est moins spectaculaire, mais ça se ressemble et c'est tout aussi désolant pour quelqu'un qui est là-dedans.»

Pompage

Dans un cas comme dans l'autre, il explique qu'au retrait de l'eau, la première étape est de pomper. «Il va rester beaucoup de boue à l'intérieur, qu'il va falloir enlever. Puis on sort tout de suite ce qui est endommagé, les débris qui flottent.» Il conseille aux gens de prendre des photos de tout ce qui est jeté. «Après on n'a plus de preuve, les factures peuvent être parties avec l'eau. Avec les photos, on se garde un inventaire.»

Après, tout dépend du type d'inondation. «S'il y a eu en plus un refoulement d'égout sanitaire, là, ça va encore moins bien. Tout ce qui a été touché par l'eau noire doit être jeté», tranche Marco Lasalle. Dans un scénario plus optimiste, la maison a été inondée par de l'eau de rivière et de l'eau de pluie, lire de l'eau «propre». Dans cette situation, une fois l'eau et la boue évacuées, la course contre la montre commence. 

Séchage

Survient alors l'étape la plus importante, selon le spécialiste de l'APCHQ, l'assèchement. «On va se chercher des gros ventilateurs dans les centres de location, des déshumidificateurs», dit-il, avant d'enchaîner. «Si on n'a pas eu beaucoup d'eau, on peut seulement retirer les plinthes de finition dans le bas des murs et couper une bande de gypse pour aider à assécher à l'intérieur des cloisons.»

Le problème n'est pas qu'un matériau comme du bois soit mouillé, mais bien qu'il reste mouillé, nuance Marco Lasalle. «Les risques que des moisissures se développent augmentent après un délai de 48 heures. Mais si c'est bien asséché, il n'y a pas vraiment de problème.»

Quoi garder, quoi jeter

Maintenant, comment savoir ce qui peut être conservé ou non? «Normalement, tout ce qui est inorganique se conserve bien.» Il entend par là la céramique, le béton, les colombages métalliques, les isolants en mousse plastique, comme le polystyrène et le polyuréthane.

Il mentionne ensuite les matériaux organiques semi-poreux, notamment les colombages en bois. «Le bois, c'est organique, mais ce n'est pas comme une éponge. On est capable de l'assécher et de le traiter. On peut donc conserver la structure de la maison.» Et si du bois pourri est découvert, ce n'est pas la faute de la rivière, le problème était déjà là, prévient Marco Lasalle.

Parmi les matériaux à jeter, il pointe les tuiles de plafond acoustiques et le gypse détrempé. «Si le mur a eu de l'eau jusqu'à 4 pouces de hauteur, il faut quand même dégarnir 6 à 12 pouces plus haut que la dernière zone touchée, juste pour être sûr.» La sous-couche sous les planchers flottants devra aussi être arrachée. «Il n'y a pas d'espace d'aération, on n'est pas capable de l'assécher.»

Marco Lasalle met en garde contre les «pièges», soit les endroits cachés. Il donne l'exemple d'un faux plancher installé sur la dalle de béton pour empêcher d'avoir les pieds froids au sous-sol. «Il faut ouvrir et aller voir. En dessous, on met toujours un coupe-vapeur. Jadis, on utilisait un papier goudronné, qui est organique et super bon pour partir une prolification de moisissure. S'il y a un papier noir, on l'arrache.»

Par ailleurs, il est possible de récupérer les planchers de vinyle ou de conserver un tapis, en retirant toute l'eau avec un aspirateur à pompe pour l'assécher.

Traitement

Une fois la maison «dégarnie» des matériaux abîmés, vient le temps de faire un traitement antifongique à tout ce qui a touché à l'eau et qui a été conservé. Ossature de bois, dalle de béton, céramique et cie. Attention, Marco Lasalle remarque que les gens confondent souvent nettoyage au savon et décontamination, une opération vouée à éliminer les bactéries et les germes. Dans le cas d'une inondation, la décontamination est nécessaire. «C'est rare qu'on arrive à tout assécher dans les 48 heures. On agit donc comme s'il y avait prolifération.»

Ce traitement se fait à partir de produits spécialisés dilués avec de l'eau. «Les gens peuvent s'attendre à payer 40 $ ou 50 $ le galon.»

Reconstruction

Après toutes ces étapes, la maison devient un chantier de construction «normal», «comme quelqu'un qui veut refaire son sous-sol», illustre Marco Lasalle.

Il invite toutefois à vérifier le taux d'humidité ambiant avant de reconstruire. «Si la dalle semble sèche, mais qu'elle est encore gorgée d'eau, il ne faut pas installer un plancher par-dessus, il faut vraiment attendre que ce soit sec. Et ça se peut que ce soit long, que ça prenne deux semaines.»

Petits trucs

Parmi ses recommandations, l'APCHQ conseille de faire vérifier tous les branchements électriques par un maître électricien. «Il peut y avoir de la corrosion qui s'est faite», souligne son directeur du service technique.

Il conseille aussi de vérifier le fonctionnement des clapets antiretour en plomberie. «Il y a eu beaucoup de pression d'eau dans les tuyaux et le petit clapet peut être débarqué, donc on n'a plus de protection.»

Autre précaution importance, nettoyer les conduites de ventilation avant de les faire fonctionner. «On ne voudrait pas propager de la poussière qui contient des spores de moisissure dans l'air, s'il y en a.»

Quand vient le temps de reconstruire, il suggère enfin de privilégier des matériaux inorganiques, comme un colombage de métal, de la céramique, des mousses plastiques. «C'est quelque chose qu'on encourage de plus en plus, même dans les maisons neuves, dans les sous-sols. Et ce n'est pas plus cher. On n'a juste pas cette culture-là», indique Marco Lasalle.

Devant l'ampleur des travaux à venir, le professionnel de la construction rappelle qu'au Québec, une maison neuve est construite en trois mois. «Ce sont des travaux qui se font bien une fois que tout est asséché et que le chantier peut débuter.» Le problème, selon lui, viendra plutôt de la forte demande en même temps.

***

Liste de vérification pour la tuyauterie

Après une inondation, quoi faire avec la plomberie, les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, les appareils et les installations au mazout, au gaz naturel et au propane? La Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) a conçu à l'intention des sinistrés et des entrepreneurs diverses listes de vérification à faire. Elles permettent d'identifier très clairement les travaux que les propriétaires peuvent effectuer eux-mêmes et ceux qui doivent être exécutés par un entrepreneur.

Pour télécharger ces listes, il suffit de visiter le site cmmtq.org (Consommateur/Conseils pratiques/Sécurité/Listes de travaux à effectuer après une inondation). Le site de la CMMTQ a aussi un répertoire de ses membres, pour quiconque cherche un entrepreneur qualifié. Dans son communiqué émis cette semaine, la CMMTQ rappelle enfin qu'«il est fortement déconseillé d'utiliser l'appareil ou le système de chauffage d'un bâtiment qui a été inondé pour l'assécher». Il doit être vérifié, les conduits de transport de l'air doivent être nettoyés et décontaminés et les parties isolées remplacées.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer