L'APCHQ veut travailler sur le «savoir-être» des entrepreneurs

Guillaume Bouchard, le nouveau président de l'APCHQ-région de...

Agrandir

Guillaume Bouchard, le nouveau président de l'APCHQ-région de Québec, travaille pour Isolation Air-Plus depuis 25 ans. Il est aujourd'hui vice-président de l'entreprise fondée par son père.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le 42e président de l'APCHQ-région de Québec, Guillaume Bouchard, travaille depuis 25 ans dans le monde de la construction. Mais à seulement 39 ans, il considère encore faire partie de la relève, à certains égards. Bien au fait des défis de l'industrie, il veut avant tout développer le «professionnalisme» et le «savoir-être» des entrepreneurs. Voici sa réflexion en quelques questions.

Q Qu'est-ce qui vous a incité à briguer la présidence de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) - région de Québec?

R La compagnie pour laquelle je travaille, Isolation Air-Plus, était déjà membre de l'APCHQ, on utilisait les services. Puis des connaissances, un client et un ami qui étaient d'anciens présidents, m'ont appris qu'un poste était libre au sein du conseil d'administration, comme entrepreneur spécialisé. C'est là que j'ai découvert les travaux qui se faisaient à l'interne. J'ai eu un désir d'améliorer les choses, de contribuer à l'avancement des métiers de la construction. Ça m'a amené à m'impliquer davantage dans les différents comités et ainsi de suite.

Q Quel est votre défi pour l'année à venir?

R Il y en a quelques-uns. Mais j'aimerais bien pouvoir améliorer le professionnalisme des entrepreneurs en construction. À l'APCHQ, on a beaucoup de cours techniques, de formations sur le revêtement extérieur, les fondations, l'infiltration d'eau... C'est bien beau le savoir-faire, mais il faudrait aussi travailler le savoir-être. Comment faire des ventes, comment traiter avec les clients, comment gérer différentes situations avec les employés ?

L'APCHQ représente beaucoup de PME, qui vivent un grand problème de relève au Québec. L'idée derrière tout ça est d'aiguiller les entrepreneurs, la relève, de les accompagner pour que les entreprises durent et que les dossiers de relève réussissent.

C'est un travail qui a été amorcé par mon prédécesseur, Carl Brochu, qui avait ce désir d'aider la relève. On a mis sur pied certaines mesures pour donner un coup de pouce. Comme faire tirer deux forfaits à l'École d'entrepreneurship de Beauce, des camps d'été d'une semaine pour les enfants d'entrepreneurs. Lors de notre gala Nobilis, on met aussi les entreprises de la relève à l'avant-scène.

Q Vous dites vouloir «redorer le blason» de l'industrie. Qu'entendez-vous par là?

R D'après un sondage Léger qui dévoile le taux de confiance de la population envers diverses professions (Le baromètre des professions 2016), les entrepreneurs en construction arrivent à la 47e position (sur 54). On a souvent mauvaise presse, on fait peut-être preuve de manque de professionnalisme à certains égards.

La plupart des entreprises de construction dans le secteur résidentiel comptent cinq employés et moins. Le gars qui travaille sur le chantier, c'est le même qui prend sa douche à 16h pour aller vendre des jobs le soir et qui règle un dossier d'assurance le lendemain. C'est un one man show. Le contexte est très exigeant, comme dans la plupart des PME où les dirigeants ont plusieurs chapeaux. C'est donc important de bien les outiller pour accomplir toutes ces tâches.

Q Vous soulignez que le secteur de la rénovation se démarque dans la région et que les chiffres tirés d'un sondage au dernier salon Expo Habitat annoncent un marché de plus de 1 milliard $ en projets à venir. Vous êtes optimiste?

R Absolument. Le marché de la rénovation est vraiment en effervescence présentement. Les entreprises devront toutefois s'ajuster. Le modèle utilisé en 2012, 2013, 2014 favorisait davantage la construction neuve, ce n'est pas la même dynamique. Construire du neuf en grand volume est très différent. Une fois que l'excavation est faite, que les fondations sont faites, il n'y a pas beaucoup de surprises. Tandis qu'en rénovation, on sait où on part et où on veut aller, mais entre les deux, on nage dans l'inconnu.

Le client planifie un projet de rénovation, fait un budget. Et quand les travaux commencent, on découvre un problème de fondation, de la pourriture dans les murs, une infiltration d'eau. Ce sont des imprévus, des dépassements de coûts et c'est là que les entrepreneurs perdent un peu de leur crédibilité. C'est dans ce genre de job qu'on est plus vulnérable.

En construction comme ailleurs, il faut gérer les attentes de notre clientèle, bien informer les gens, leur faire comprendre dans quoi ils s'embarquent.

Q L'APCHQ - région de Québec regroupe près de 2800 membres. Est-ce un chiffre stable ?

R Nous sommes un peu le village gaulois dans l'APCHQ provinciale. On a le record, presque d'année en année, de la région dont le membership est le plus en croissance. Un succès dû au bon travail de l'équipe permanente, très dynamique pour faire du recrutement et donner des services.

Dans les faits, pas juste chez nous, mais dans la plupart des associations des professionnels de la construction, on est plutôt sur une pente descendante, un peu à l'image du marché.

Avant, les organisations comme l'APCHQ offraient aux entrepreneurs un plan de garantie pour les maisons neuves. Maintenant, le gouvernement a choisi de transférer la gestion du plan à la Garantie de construction résidentielle (un organisme indépendant). Les entrepreneurs n'ont donc pas nécessairement besoin de renouveler leur membership avec nous. Nous devons alors leur démontrer notre plus value, leur faire voir l'avantage qu'ils ont d'être avec nous par la qualité de nos produits et de nos services.

Q Comme le salon Expo Habitat, que vous organisez pour vos membres de la région de Québec?

R C'est notre signature, un des plus beaux salons de construction au Québec. Il est orienté vers le consommateur, 100 % habitation. C'est un succès d'année en année qui fait la jalousie au sein du réseau de l'APCHQ quand on va ailleurs.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer