Deux ans de chantier sans poussière

Antonio D'Amico, sa femme Karina Satriano et leur... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Antonio D'Amico, sa femme Karina Satriano et leur fils Matías, 20 ans, devant la maison qui était jadis un bungalow.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Karina et Antonio ont consacré deux ans à l'ajout d'un étage à leur maison de Cap-Rouge. Avec leurs trois enfants, ils ont pu rester sur place pendant les rénovations grâce à une astuce très simple: percer le plafond et installer l'escalier à la toute fin du chantier.

La maison avait été construite dans les années... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

La maison avait été construite dans les années 70.

Le Soleil, Patrice Laroche

Antonio D'Amico a une entreprise d'aménagement paysager. Ce travail saisonnier lui a permis de faire lui-même une grosse partie des travaux pendant trois hivers consécutifs. Évidemment, il a fait appel à un entrepreneur pour installer la structure du nouvel étage.

Il a eu l'idée d'ériger, sur le côté de la maison, un escalier menant à l'étage. C'est par là qu'ont transité les ouvriers et les matériaux, épargnant le rez-de-chaussée des désagréments propres à une rénovation: bruit, poussière, va-et-vient.

Cet étage est devenu nécessaire quand Karina Satriano est tombée enceinte de son troisième enfant. Une famille de quatre pouvait vivre confortablement dans le bungalow acheté en 2006. Mais l'arrivée d'une nouvelle petite fille, Leticia, quatre ans aujourd'hui, obligeait les parents à prendre une décision: déménager ou agrandir.

Matías, l'aîné, fréquentant à l'époque l'école du quartier, le couple a choisi la deuxième option. C'en était assez, de toute façon, des déracinements!

Départ de l'Argentine

Karina et Antonio avaient quitté leur Argentine natale en août 2003, devant la crise économique qui minait leur pays depuis 2001. Comme Karina enseignait le français à Buenos Aires, sa connaissance de la langue a facilité leur entrée au Québec.

Ils se sont établis à Limoilou avec leurs deux jeunes enfants, puis à Charlesbourg et à Saint-Augustin-de-Desmaures, jusqu'à ce qu'Antonio voie une pancarte «à vendre» dans ce secteur de Cap-Rouge où il faisait du terrassement. Le coin leur plaisait. Karina adorait le nom de la rue : Beau-Lieu. Et la maison construite dans les années 70 leur convenait, malgré ses murs et ses corridors.

Antonio a donc commencé par «ouvrir» le vestibule sur la cuisine.

L'étage a été ajouté en 2012. Trois chambres y ont été aménagées: celle du couple, attenante à la salle de bain, et celles des filles, Celina, 15 ans, et Letitia. Quant à Matías, 20 ans, il a ses quartiers au sous-sol.

Occupant toute la largeur de la maison, une vaste pièce a été laissée libre en haut des marches. Elle sert de salle de jeux, entre autres.

Beaucoup des meubles de la maison ont été... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Beaucoup des meubles de la maison ont été fabriqués sur mesure par un ébéniste.

Le Soleil, Patrice Laroche

Le toit mansardé de l'étage rappelle aux D'Amico-Satriano... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.1

Agrandir

Le toit mansardé de l'étage rappelle aux D'Amico-Satriano leur pays d'origine, l'Argentine.

Le Soleil, Patrice Laroche

Pièce polyvalente

En bas de l'escalier, entre le salon et la salle à manger, un espace dépourvu de meubles participe de la même polyvalence. Karina aime le transformer en piste de danse. Et quand le couple a beaucoup de visite, il peut y mettre une table supplémentaire.

Il y a du bois partout dans la maison. L'étage mansardé est paré de planches de pin. «Comme en Argentine», glisse Karina. Les plinthes, les moulures, les portes, les planchers de merisier et le mobilier fabriqué sur mesure composent un intérieur chaleureux et singulier. Les amis de leurs enfants s'y sentent comme dans un chalet.

Le plafond a été «ouvert» à la fin de l'hiver 2014. L'installation de l'escalier (quelle aventure que de déterminer sa configuration), l'abolition des cloisons du rez-de-chaussée et la pose d'un nouveau plancher de bois ont duré deux mois. Karina a alors réalisé à quel point il aurait été éprouvant de subir les rénos durant les deux années qui ont été requises pour l'ajout de l'étage.

Le couple a lui-même dessiné les plans de cette métamorphose. Et si Antonio a fait le gros des travaux, Karina a choisi les couleurs, peinturé toute la maison et créé un environnement feng shui. Quand sa mère est arrivée d'Argentine, en mai 2014, le chantier était pratiquement achevé.

Antonio relate qu'il a commencé à travailler ici comme paysagiste «avec un pic, une pelle et un sécateur». «Et une vieille minivan rouillée», renchérit Matías.

Aujourd'hui, il a sa propre entreprise «et une pépine». Et Karina combine plusieurs emplois : traduction, enseignement du français aux immigrants, auteure de livres pour enfants, blogueuse.

Quel accomplissement pour ces Argentins arrivés au Québec avec leurs valises et quelques effets entassés dans un conteneur.

En rafale

  • Le budget: 160 000 $, dont 94 000 $ pour la structure extérieure
  • Le conseil de Karina: s'armer de patience
  • Le conseil d'Antonio: le bois travaille. En tenir compte quand les travaux s'échelonnent sur une longue période.
  • L'anecdote: le couple rêvait d'avoir un banc d'église. Il en a vu un sur Kijiji offert par le Monastère des Augustines. Il l'a payé 80 $, beaucoup moins que le montant demandé, car les religieuses voulaient s'assurer de ne pas le céder à un antiquaire qui l'aurait revendu avec un gros profit.
  • Le défi: affronter toutes les décisions à prendre. «On a mis 60 prises de courant et on en manque», mentionne Antonio.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer