Roger Bélanger: la passion de la peinture

Bien attaché en hauteur, le peintre effectue les... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Bien attaché en hauteur, le peintre effectue les tâches de précision au pinceau.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Foi de Roger Bélanger, chaque fois que la peinture lève sur un patio, ce n'est pas la faute du produit, c'est celle «de la préparation».

Roger Bélanger, 57 ans, a sa compagnie d'entrepreneur peintre, Déco Romax, depuis 2007. Il en est le seul employé permanent, mais il embauche des ouvriers à contrat au besoin en s'assurant qu'ils ont le même souci du travail bien fait que lui. Être perfectionniste n'est pas une option.

«Je voulais travailler dehors», a-t-il raconté pour justifier sa décision de suivre, en 2001, les 900 heures de cours nécessaires à l'obtention de son diplôme d'études professionnelles de peintre en bâtiment. «J'ai trouvé ça difficile», a-t-il confié.

Mais il avait trouvé sa voie et a développé une réelle passion pour son métier, ne cessant de se perfectionner afin d'offrir le meilleur à sa clientèle. Il est devenu peintre compagnon en 2006, après avoir accumulé les 6000 heures de travail requises à titre d'apprenti. L'année suivante, il suivait le cours qui ferait «doubler» sa passion : gestion d'une entreprise spécialisée de la construction.

Le mois dernier, il a obtenu le contrat de peinture d'une maison ancestrale en bois, dans Beauport. Les photos publiées dans cette page témoignent de l'importance de la préparation. Tout ça, pour que la peinture (ou la teinture) tienne! «Ce qui coûte cher, c'est une job mal faite», balance le coloré quinquagénaire.

Laver et décontaminer, c'est la base. M. Bélanger a utilisé un jet à 5000 livres de pression, qu'il a vaporisé à «deux, trois pieds de distance» et en éventail, pour ne pas «maganer» le bois. Puis il a rincé la surface jusqu'à ce qu'il n'y ait «plus de broue». Une fois le bois bien lavé, il a pu le sabler sans craindre que des résidus le contaminent.

Nettoyage au jet dans la nacelle... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Nettoyage au jet dans la nacelle

Le Soleil, Erick Labbé

Avant de commencer à peinturer, le taux d'humidité du bois doit être de 12 % et moins. «L'adhérence de la peinture est alors à son maximum», explique-t-il. Il utilise un testeur d'humidité.

«On ne peut pas peinturer en plein soleil, poursuit-il. Un bois trop chaud sèche trop vite.» La solution est donc «d'enrober» le bâtiment avec des toiles pour le protéger des rayons néfastes.

Pour le contrat de Beauport, il a utilisé un fusil à peinture, ce qui lui a permis d'abattre la besogne en une demi-journée. Au rouleau et au pinceau, ça lui aurait pris trois jours, assure-t-il. Il trouve que le fini est plus beau au fusil.

Peinture au fusil... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.0

Agrandir

Peinture au fusil

Le Soleil, Erick Labbé

Les portes, les fenêtres, les arbres, les clôtures doivent être protégés avec des toiles afin de ne pas être éclaboussés. S'il vente, il faut aussi penser au voisinage.

Le peintre utilise au besoin sa propre nacelle qu'il peut jumeler à des échafaudages.

Partager ses connaissances

Roger Bélanger s'est fait bâtir un site Web (www.entrepreneurpeintre.com) il y a huit ans. «C'est là que c'est parti!» raconte-t-il. Il l'alimente lui-même de façon très pertinente, en donnant des conseils, en montrant ses réalisations et en mettant en évidence sa formation et les prix qu'il a gagnés.

Roger Bélanger a repeint le presbytère de Neuville,... - image 4.0

Agrandir

Roger Bélanger a repeint le presbytère de Neuville, une résidence qui est l'un des fleurons de ses réalisations.

Le peintre travaille partout dans la province et «embauche des gens de la place». Il a notamment repeint le presbytère de Neuville et l'édifice du Pignon bleu, à Québec. On le comprend de vouloir que la peinture tienne... Il rêve de fonder une école de formation privée où il partagerait ses connaissances et sa passion.

Un protocole pour des résultats concluants

Roger Bélanger a créé un protocole de contrôle de qualité qui est pour lui le meilleur moyen d'arriver à des résultats concluants. Il s'y réfère constamment et exige de ses employés qu'ils le fassent aussi.

Ce protocole couvre toutes les étapes du chantier. Aucune ne peut être escamotée, au risque de bousiller le travail :

Vérification des surfaces à peindre (adhèrent-elles bien les unes aux autres?)

Prétraitement (nettoyage, réparation, sablage)

Retrait des impuretés

Vérification de l'uniformité de la couleur choisie par le client

Choix de la méthode d'application de la peinture

Prise en compte de la chaleur et de l'humidité

Respect du temps de séchage.

Inspections périodiques

Respect de la garantie

Contrôle de la qualité pendant les travaux

Inspection finale

Les exigences du métier

Le diplôme d'études professionnelles de peinture en bâtiment est d'une durée de 900 heures. La formation est donnée, entre autres, à l'École des métiers et occupations de l'industrie de la construction de Québec. 

Le peintre en bâtiment a le dernier mot quant à la finition intérieure et extérieure des bâtiments qui lui sont confiés (résidences, bureaux, commerces, institutions). Il a la responsabilité de la préparation des surfaces (nettoyage, réparation, sablage) et de l'application de la peinture, selon la méthode appropriée.

Il doit faire montre d'une grande disponibilité (de jour, de soir, de fin de semaine) et se préparer à se déplacer beaucoup, pour les soumissions et pour les travaux de peinture eux-mêmes, dont les chantiers sont parfois simultanés.

Le peintre en bâtiment commence son cheminement à titre d'apprenti sous la responsabilité d'un compagnon peintre, qui lui enseigne les bonnes méthodes de travail. L'apprenti deviendra compagnon au terme de 6000 heures de travail.

Qualités nécessaires

Bonne perception des couleurs, de la profondeur et des perspectives

Habiletés et dextérité manuelles

Patience et minutie. «Ici, le perfectionnisme n'est pas un défaut», affirme Roger Bélanger

Bonne condition physique, endurance, résistance à l'effort, précision soutenue

Ne pas souffrir de vertige, car les travaux en hauteur sont fréquents

Tolérance pour les odeurs fortes et certains produits chimiques

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer