LogiRénov a aidé les entrepreneurs

Le crédit d'impôt LogiRénov a incité les gens à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le crédit d'impôt LogiRénov a incité les gens à faire affaire avec un entrepreneur en bonne et due forme pour leurs projets de rénovation, ce qui tend à démontrer son efficacité pour contrer le travail au noir.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Selon une enquête menée en janvier par l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ), le crédit d'impôt LogiRénov a eu des effets positifs sur les activités de 81 % des entrepreneurs en rénovation.

Ce programme de crédit d'impôt a été mis en place par le gouvernement libéral du Québec pour stimuler l'économie et contrer le travail au noir. Il était valide pour les années d'imposition 2014 et 2015 et ne sera pas renouvelé cette année.

Pour y adhérer, un propriétaire devait faire effectuer des travaux de rénovation dans sa résidence principale, afin de l'améliorer, de l'agrandir ou de l'adapter. Le crédit donnait droit à un remboursement de 20 % des dépenses admissibles qui dépassaient 3000 $, pour un maximum de 2500 $.

Le propriétaire devait engager un entrepreneur qualifié, c'est-à-dire une personne titulaire d'une licence appropriée aux travaux demandés. Impossible pour le propriétaire ou sa conjointe de faire eux-mêmes les travaux et de réclamer ensuite le crédit d'impôt.

Pour son enquête, l'APCHQ a récolté parmi ses membres les réponses de 160 entrepreneurs. Près des deux tiers d'entre eux (63 %) affirment que leur chiffre d'affaires dans le secteur de la rénovation a augmenté de 10 % ou plus grâce à LogiRénov. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent estiment que ce crédit d'impôt était une formule gagnante.

Efficace contre le travail au noir

L'APCHQ observe qu'il a incité les gens à faire affaire avec un entrepreneur en bonne et due forme pour leurs projets de rénovation, ce qui tend à démontrer son efficacité pour contrer le travail au noir. 

Du même souffle, le porte-parole de l'APCHQ, François-William Simard, exprime le voeu que «la fin du crédit d'impôt en juillet dernier n'aura pas amené des gens à retourner vers un bricoleur du dimanche». 

Et maintenant que le programme LogiRénov est terminé, il s'inquiète «de la baisse d'activité que risque de connaître le secteur de la rénovation». L'APCHQ demande depuis plusieurs années la mise en place d'un crédit d'impôt permanent.

Selon l'enquête, 61 % des répondants ont déclaré que leurs clients avaient devancé la réalisation de leurs travaux de rénovation et 41 %, que leurs clients avaient effectué des travaux qui leur avaient coûté plus cher que prévu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer