Vivre dans une maison passive à Rivière-du-Loup

Le toit couvert de bardeaux de caoutchouc recyclé... (Fournie par TERGOS)

Agrandir

Le toit couvert de bardeaux de caoutchouc recyclé héberge 18 panneaux photovoltaïques de 5400 watts, pouvant produire jusqu'à 23000 watts de consommation par jour.

Fournie par TERGOS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Laurie Richard</p>

(Québec) Dimanche s'ouvre la Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP21), un sommet international où les participants se réunissent pour décider des mesures à mettre en place, dans le but de limiter à 2 °C le réchauffement planétaire. Très énergivore, le secteur du bâtiment a assurément un rôle à jouer. Dans ce contexte, nous vous présentons une maison passive bâtie à Rivière-du-Loup, qui produit autant d'énergie annuellement qu'elle en consomme.

La firme TERGOS Architecture et construction écologique avait comme mandat, pour ce projet réalisé à Rivière-du-Loup, de concevoir une demeure qui produit autant d'énergie annuellement qu'elle en consomme. La cliente visait à la fois l'autonomie énergétique et la sécurité. En résulte un plain-pied passif muni d'un système photovoltaïque, le tout construit avec des matériaux écologiques. Une résidence qui détonne parmi les maisons canadiennes moyennes.

Les clients sont de plus en plus informés au sujet des maisons passives (qui utilisent peu d'énergie, toute l'année), remarque Bruno Verge, architecte senior chez TERGOS, une firme de Québec. Depuis un an et demi, son équipe répond à des questions plus techniques. «C'est un changement. Il y a quelques années seulement, on avait encore un grand rôle d'éducateur, de vulgarisateur», ajoute l'architecte. 

Cette cliente de TERGOS, qui habite sa nouvelle maison du Bas-Saint-Laurent depuis octobre, avait comme objectif, à sa retraite, de quitter Montréal pour s'installer à Rivière-du-Loup. «C'est une ville qui met beaucoup l'accent sur la qualité de vie des aînés», note M. Verge. La cliente cherchait l'autonomie énergétique, mais aussi une maison qui respecte les principes d'accessibilité universelle. Elle prévoyait l'éventualité de devoir utiliser un fauteuil roulant, par exemple, à un moment de sa vie.

TERGOS a donc construit un plain-pied. Pas d'étage, pas de sous-sol. La maison de 1632 pieds carrés avec garage attenant comprend deux chambres à coucher, deux salles de bain, un séjour, une cuisine, un vestibule, une salle des machines et une pièce réservée au rangement et à la buanderie.

Défis techniques

Le premier défi pour cette maison passive était son orientation : «La vue est belle à l'ouest et il y a au sud un bosquet que l'on a conservé, explique M. Verge. On avait donc le désir de fenestrer à l'ouest, mais aussi d'aller chercher le soleil au sud.» Toutefois, quand on pratique davantage d'ouvertures à l'ouest, on s'expose à des surchauffes : l'équipe a donc opté pour une pergola de ce côté. 

Le Code de construction du Québec exige un coefficient d'isolation qui atteint R24,5 pour les murs extérieurs : les murs de la résidence écolo louperivoise atteignent R51, soit plus que le double de l'exigence. Ses murs à double ossature sont très épais - 18 pouces - et ils contiennent 12 pouces de cellulose, un isolant fait de papier journal recyclé. «On est allé juste dans les matériaux bois, hyper écolos.» La toiture a un coefficient de R90. La maison a été revêtue de bois à l'extérieur. Le toit, lui, a été recouvert de bardeaux de caoutchouc recyclé. Les fenêtres sont munies de verres triples. «Lorsqu'on a travaillé de façon passive, ça ne prend presque plus de chauffage quand il fait froid.»

Un aperçu du système de plancher radiant hydronique... (Fournie par TERGOS) - image 2.0

Agrandir

Un aperçu du système de plancher radiant hydronique pendant la construction. On trouve sous le plancher 10 pouces d'isolant de polystyrène expansé, pour une valeur R de 43,6.

Fournie par TERGOS

De manière générale, une habitation moyenne consomme 150 kWh par mètre carré par année. «On a réussi à diviser le tout par cinq : réduire à 33-35 kWh», avance M. Verge. On a ensuite évalué le profil de consommation énergétique des habitants, grâce à un questionnaire, pour ajuster le tout. «On a travaillé au maximum avec les éléments passifs. Pour la question de l'autonomie, on complète avec des panneaux photvoltaïques sur le toit.»

Plancher radiant

La demeure est chauffée grâce à un plancher radiant hydronique : l'eau qui circule dans le plancher est chauffée grâce à l'électricité produite par les 18 panneaux photovoltaïques situés sur le toit. Si cette production venait à manquer, la maison est tout de même rattachée au réseau d'Hydro-Québec et les occupants pourront compter sur des batteries pendant 48 heures, en cas d'urgence. 

M. Verge estime qu'il n'y a pas plus d'une vingtaine de maisons passives du genre au Québec. La province traîne la patte de ce côté, dit-il. Les normes étaient avant-gardistes dans les années 80, mais aujourd'hui, comparativement à la France, qui exigera dès 2020 que les nouvelles constructions résidentielles soient neutres en consommation d'énergie, le Québec en demande bien peu.  

Celle de Rivière-de-Loup ne sera pas certifiée Passivhaus, bien qu'elle ait été conçue grâce à un logiciel de modélisation approprié à cette norme allemande, en raison de quelques choix, mais elle obtiendra une certification LEED. «On n'était pas loin, on aurait par exemple dû acheter des fenêtres différentes.»

Combien ça coûte?

Une maison passive coûte entre 200 et 250 $ par pied carré, en moyenne, affirme Bruno Verge, architecte senior chez TERGOS. Un plain-plein  sera plus dispendieux qu'un cottage puisque le volume de ce dernier est plus compact : il y a «moins de murs, moins de fondation pour le même volume intérieur». On devra donc compter quelque 375 000 $ pour la construction d'un plain-pied de 1500 pieds carrés. Si on ajoute des panneaux photovoltaïques, cela grimpera immanquablement en haut de 300 $ du pied carré. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer