Opération polissage, rue de l'Améthyste

Réjean Simard et Carolle Roy habitent depuis 1999 rue de l'Améthyste, à... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Laurie Richard</p>

(Québec) Réjean Simard et Carolle Roy habitent depuis 1999 rue de l'Améthyste, à Charlesbourg, dans une maison dont ils ont géré eux-mêmes le chantier. Il s'agissait alors de leur deuxième projet d'autoconstruction : ils planifiaient vivre dans ce nouveau quartier cinq ans, puis de déménager à nouveau. Mais ils sont encore là, 16 ans plus tard, dans ce cottage qu'ils aiment toujours... mais qui avait besoin d'un nouveau style.

Pourquoi déménager? Ils aiment le quartier, le terrain est maintenant mature et s'ils vendaient, oui, ils réaliseraient un gros profit, mais ils devraient inévitablement le réinvestir ailleurs en ville. Il y a deux ans, le couple, aujourd'hui retraité, a amorcé une série de rénovations question de faire migrer le design intérieur plutôt «campagnard» vers un style plus «contemporain classique», explique Mme Roy. «Le reste s'en va au chalet!»

Carolle Roy et Réjean Simard dans leur nouvelle... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Carolle Roy et Réjean Simard dans leur nouvelle verrière.

Le Soleil, Pascal Ratthé

La métamorphose s'est amorcée avec des changements décoratifs. On y est allés plus en profondeur dans la salle de bain attenante à la chambre principale, à l'étage, et dans la cuisine. 

Dans la salle de bain, on trouvait encore il y a peu de temps un bain podium dans un coin, et une douche dans l'autre. On a troqué le papier peint floral et la cimaise pour de grands murs gris, beaucoup plus modernes. Le bain, tout en rondeurs, flotte au milieu de l'espace, et la douche de verre a été passablement agrandie. La céramique est maintenant chauffée. Le couple se réjouit par ailleurs de ne pas avoir eu à jouer avec les dimensions de la pièce puisqu'elle était, à l'origine, d'une grandeur parfaite.

Défi à la cuisine

Dans la cuisine, les armoires en thermoplastique blanc ont été délogées pour faire place à d'autres en merisier cognac, l'oeuvre de Créations Roger Lachance, le même artisan derrière le meuble-lavabo de la salle de bains. Les comptoirs qui s'y agencent sont maintenant en granit. Mme Roy en a profité pour faire ajouter un «gadget» bien apprécié : un robinet à même le dosseret derrière la cuisinière pour remplir ses chaudrons d'eau. Cette pièce a demandé plus de travail, remarque M. Simard. Puisqu'on voulait agrandir d'un côté, il fallait reculer un mur porteur, ce qui est plus délicat.

La maison recouverte de vinyle...... (Courtoisie) - image 3.0

Agrandir

La maison recouverte de vinyle...

Courtoisie

... et la maison maintenant recouverte de pierre... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 3.1

Agrandir

... et la maison maintenant recouverte de pierre

Le Soleil, Pascal Ratthé

Du vinyle à la pierre

Réjean Simard n'a jamais beaucoup apprécié le vinyle bleu qui recouvrait l'extérieur de la maison, et ce, surtout pour le bruit que le matériau produit quand le vent le fouette.

Sa femme Carolle Roy et lui ont donc opté pour la pierre, en façade, et le fibrociment, «beaucoup plus performant que le Canexel [du clin préfini à l'apparence de bois]», précise M. Simard, pour les autres côtés. Le vinyle, en très bon état, a fait le bonheur d'une jeune famille de la Rive-Sud venue le cueillir gratuitement après que M. Simard eut «déshabillé» la maison.

Les proprios se sont beaucoup impliqués dans les rénos, même s'ils ont délégué les travaux spécialisés à des entrepreneurs. M. Simard se charge la plupart du temps de la préparation des pièces, de la démolition. Il aime la quincaillerie aussi : «Réjean connaît toutes les vis. Même celles sorties en 2015», badine sa femme.

Le couple a aussi fait construire une verrière sur la partie supérieure du balcon arrière. Techniquement, ce n'est pas de la rénovation, note M. Simard, puisque c'est un ajout. Mais on ne peut passer à côté, puisque Mme Roy en a fait «sa pièce». Le plancher chauffant en fait un lieu douillet en hiver et les fenêtres performantes font que c'est tout aussi agréable en été.

M. Simard et Mme Roy prennent maintenant une petite pause, mais ce n'est pas les projets qui manquent. Monsieur évoque le sous-sol, Madame n'est pas encore convaincue que c'est le bon moment... Une histoire de rénos à suivre!

En rafale

  • L'inspiration : Les magazines. Le site Web Houzz.com, pour Mme Roy.
  • Le défi : La cuisine. Il fallait défoncer des murs, dont un mur porteur. On devait aussi égaliser les planchers avant de pouvoir installer la nouvelle céramique. Le chantier a duré un mois.
  • L'anecdote : Pas de chicane de couple pendant les travaux, ici! Un entrepreneur leur a déjà fait remarquer qu'il était rare de voir un couple qui ne voulait pas s'arracher les cheveux vers la fin des travaux. «On ne se mêle pas des dossiers de l'autre», justifie M. Simard. 
  • Le conseil : Prendre son temps et se renseigner. S'attendre aussi à des imprévus et des dépassements de coûts.
  • Le prix : Plus de 100 000 $

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer