Ma maison logique: un chez-soi mini et durable

La construction de la «boîte à caresses», une... (Photo fournie par Ma maison logique)

Agrandir

La construction de la «boîte à caresses», une micromaison de 180 pieds carrés, a nécessité 40 jours.

Photo fournie par Ma maison logique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Laurie Richard</p>

(Québec) Si vous avez mis les pieds dans le Kamouraska ces dernières semaines, vous avez peut-être croisé une charmante micromaison sur la route. Il s'agit de la «boîte à caresses» de Pascal Dubé et Catherine Duval, le tandem derrière Ma Maison logique, une entreprise de conception de minihabitations axée sur la construction saine et durable.

Catherine Duval et Pascal Dubé, le tandem derrière... (Photo fournie par Ma maison logique) - image 1.0

Agrandir

Catherine Duval et Pascal Dubé, le tandem derrière Ma Maison logique

Photo fournie par Ma maison logique

Même si c'est une micromaison, la cuisine est... (Photo fournie par Ma maison logique) - image 1.1

Agrandir

Même si c'est une micromaison, la cuisine est spacieuse et fonctionnelle. Le minifoyer permettra d'être bien au chaud cet hiver.

Photo fournie par Ma maison logique

Le couple de Saint-Germain-de-Kamouraska a fait un retour à la campagne en janvier 2014, après avoir passé plus d'une décennie à Québec. Il s'agit du coin de pays de Catherine, mais Pascal connaît aussi bien la vie rurale : il est originaire de Saint-Ulric de Matane. Le duo a fait d'abord l'acquisition d'une maison ancestrale qu'il louera aux vacanciers 30 % de l'année, majoritairement l'été. Leur premier projet commun est baptisé La P'tite jaune du coin.

Il leur fallait donc trouver un plan B pour se loger quand ils loueraient leur résidence principale! L'idée d'une micromaison sur roues surgit. Pascal s'y connaît en construction : il mène une entreprise de construction écoresponsable depuis 2011.

Ma Maison logique est née l'hiver dernier. Pourquoi «logique»? Ses bâtiments sont conçus de manière simple et efficace, avec des matériaux durables et des techniques qui respectent l'environnement.

«On voulait jumeler nos forces et nos aptitudes», explique Catherine. Pascal est «Monsieur technique». Il a notamment suivi une formation sur la conception passive solaire offerte par la Canadian Passive House Institute et une formation en conception et design de maisons à consommation nette zéro offerte par La Northeast Sustainable Energy Association. Sa conjointe, formée en décoration intérieure, s'occupe du «côté artistique» de l'entreprise.

Boîte à caresses

La construction de leur micromaison de 180 pieds carrés a nécessité 40 jours. «Notre but était de le faire le plus vite possible : ça nous prenait une habitation secondaire. Et en même temps qu'on voyait le temps avancer, on a décidé de s'inscrire au Festival de minimaison», qui a eu lieu fin juillet à Lantier dans les Laurentides. Ils ont été prêts à temps. Leur boîte à caresses sur roues a pu prendre la route.

Leur micromaison a parcouru 1500 kilomètres au Québec depuis sa construction. «C'est quand même spacieux», dit celle qui avait peur de devoir se départir de beaucoup trop de ses possessions. Même pas. «La cuisine est hyperfonctionnelle, aussi parce que je veux continuer à faire de la sauce à spag! C'est agréable à travailler.» Elle est aussi pensée pour les quatre saisons québécoises : elle sera chauffée au poêle à bois cet hiver.

Ma Maison logique propose quatre produits : la maison logique (1300 pieds carrés et plus), la minimaison logique (entre 600 et 1300 pieds carrés), la boîte à caresses (micromaison sur roues ou non) et les boîtes à dodo. Les unités seront fabriquées sur mesure, selon les besoins et les budgets des clients. À titre indicatif, on doit s'attendre à débourser entre 45 000 et 60 000 $ pour une unité semblable à celle utilisée par le couple.

Comment leur produit se distingue-t-il des autres minimaisons? «C'est le mix parfait entre le monde technique et l'artistique», soutient Catherine, le côté écolo en plus. Catherine insiste sur l'aspect «fait maison» de leurs produits. Leur «boîte à caresses» a été conçue de A à Z, de la remorque à l'isolation, en passant par la porte et le comptoir par Pascal. Les entrepreneurs ont longuement réfléchi aux multiples fonctionnalités à l'intérieur, comme la table qui se rabat sur le mur ou le lit qui sort de la banquette. «On tente d'amener les gens à penser plus petit», explique Catherine, qui ajoute qu'on peut rentabiliser son investissement en durabilité en limitant le nombre de pieds carrés.

Ma Maison logique n'attend que de remplir son cahier de commandes. Le couple entend aussi développer dans les prochains mois leurs «boîtes à dodo», des modules d'hébergement déplaçables, qui s'inscrivent dans la lignée du glamping.

Les entrepreneurs militent également pour l'assouplissement des règlements en ce qui concerne la construction résidentielle. En effet, plusieurs municipalités imposent une surface habitable minimum qui se situe au-delà du «mini»! Les premiers acheteurs en bénéficieraient grandement, soutient Catherine.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer