Alto: une caravane qui fait du chemin

En ce moment, pour obtenir sa propre Alto,... (Photo fournie par Safari Condo)

Agrandir

En ce moment, pour obtenir sa propre Alto, il faut se résoudre à patienter... jusqu'en octobre 2016!

Photo fournie par Safari Condo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) Après un long voyage à vélo, à camper sous la tente, Alissa Levenberg et son conjoint Richard se sont rapidement entendus sur l'achat d'une roulotte pour leurs prochaines escapades. En commençant leurs recherches, les Californiens ne se doutaient pas qu'ils allaient tomber amoureux d'un modèle bien particulier, pour lequel il leur faudrait rouler d'un bout à l'autre du continent, de San Francisco jusqu'à Québec, aller-retour! Bienvenue dans le monde des Altoistes, ces fans de la caravane légère en forme de goutte de pluie fabriquée en Beauce et vendue tout près d'ici, à Saint-Nicolas.

Isabelle Champagne et son conjoint Paul Jean testent... (Photo Paul Jean) - image 1.0

Agrandir

Isabelle Champagne et son conjoint Paul Jean testent depuis le printemps leur nouvelle caravane Alto, qui suscite beaucoup la curiosité. Dernièrement, ils étaient à Lake Placid. 

Photo Paul Jean

L'Alto, dont le principe imite une aile d'avion,... (Photo fournie par Safari Condo) - image 1.1

Agrandir

L'Alto, dont le principe imite une aile d'avion, est bâtie en aluminium. Sa légèreté lui permet d'être attachée à une voiture standard. 

Photo fournie par Safari Condo

Le coup de foudre se répand comme une traînée de poudre. En ce moment, pour obtenir sa propre Alto, il faut se résoudre à patienter... jusqu'en octobre 2016! «C'est un phénomène», confirme Johanne Nadeau, directrice des ventes chez Safari Condo, la compagnie familiale qui produit chaque Alto, de A à Z, dans ses installations de Saint-Frédéric, en Beauce. 

«C'est le toit rétractable qui nous a séduits», raconte Alissa Levenberg, au bout du fil. Ceinturée de fenêtres, cette extension donne une véritable impression de grandeur à la caravane, pourtant classée parmi les plus petits modèles, et les plus légers de surcroît. «Nous ne voulions pas une grosse roulotte, et souvent, on se sent très à l'étroit dans les petits modèles. Ce n'est pas le cas dans l'Alto. Le dégagement et la lumière donnent un effet spectaculaire», poursuit l'enseignante californienne. 

À la différence des tentes-roulottes refermables, il est possible de circuler dans l'Alto même quand son toit est rétracté. Il existe d'ailleurs un modèle au toit fixe qui offre plus de rangement. Et surtout, vu sa petite taille, elle se glisse dans un garage, souligne Alissa Levenberg. «Le design est vraiment intelligent et efficace», se réjouit-elle. 

Quand elle a entrepris son long périple de près de 13 500 kilomètres, Alissa Levenberg n'était pas la première au sud de la frontière à avoir succombé au charme de la petite caravane québécoise. En fait, après avoir découvert le modèle sur Internet, un vendeur de Safari Condo l'a mise en contact avec un couple habitant près de chez elle revenant du Québec avec sa précieuse acquisition...

Alissa Levenberg apprécie particulièrement la luminosité créée par... (Photo Alissa Levenberg) - image 2.0

Agrandir

Alissa Levenberg apprécie particulièrement la luminosité créée par les fenêtre de l'extension du toit. 

Photo Alissa Levenberg

Le coin cuisinette de la caravane Alto est... (Photo fournie par Safari Condo) - image 2.1

Agrandir

Le coin cuisinette de la caravane Alto est très lumineux, une fois le toit déployé. 

Photo fournie par Safari Condo

Une visite plus tard, le contrat était scellé : après un an d'attente, Alissa Levenberg a avalé les kilomètres pour parvenir jusqu'à Québec le 26 juin dernier, d'où elle est repartie avec Dory, SON Alto. Son mari et ses grands enfants l'ont accompagnée tour à tour sur le chemin du retour. Quand Le Soleil lui a parlé au téléphone, elle venait tout juste, avec un grand soulagement, de ranger sa caravane dans le garage pour la première fois. Et elle n'avait déjà qu'une envie : la ressortir à nouveau. «Après près de cinq semaines de voyage, on avait deux choix : soit on était complètement en amour avec la caravane, soit on la détestait à l'os. Mais évidemment, on l'adore!» raconte-t-elle. 

Dans l'attente de sa nouvelle acquisition, Alissa Levenberg, qui raconte aussi ses aventures sur un blogue (carpedory.ufp.com) a créé une véritable petite communauté de propriétaires (ou de futurs propriétaires) sur Facebook. Ils se nomment entre eux les Altoistes. Sur le chemin du retour, Mme Levenberg a même eu la chance d'en rencontrer plusieurs en chair et en os, lors d'un rallye à Kelleys Island, en Ohio. «On a eu tellement de plaisir! C'est frappant à quel point nous nous ressemblons tous. Nous avions beaucoup d'intérêts en commun», raconte l'enseignante. 

Ce qui l'a frappée, aussi, c'est à quel point chaque roulotte, malgré son origine commune, avait une personnalité propre. «L'aménagement intérieur est à la fois très intelligent, mais aussi très neutre. C'est comme un canevas que chaque propriétaire peut personnaliser à sa guise. Ça en fait un produit vraiment unique», note-t-elle.

En chiffres...

2
Nombre de modèles, dont un avec un toit rétractable
1725
lb
Poids du modèle le plus lourd
26 395 $
Prix de base
3 ou 4
Nombre de places couchées

Des convertis d'ici

Quand ils ont acheté leur Alto, Isabelle Champagne et Paul Jean se sont fait avertir par le personnel de chez Safari Condo : «Vous allez vous faire demander des visites guidées souvent!»

Partout où elle passe, la petite caravane suscite l'intérêt avec son design unique. «Les gens nous arrêtent souvent, surtout aux États-Unis», confirme Isabelle Champagne, en direct de Lake Placid, où le couple de Saguenéens venait tout juste de stationner son Alto. 

Son conjoint et elle sont de véritables convertis. Ni l'un, ni l'autre n'était particulièrement passionné par le camping. «Dans le cas de mon conjoint, on partait vraiment de loin!» ajoute-t-elle en riant. L'achat d'une Alto par un couple d'amis les a convaincus de faire un essai, le temps d'une fin de semaine. Encore une fois, la caravane a fait succomber de nouveaux adeptes. 

«C'est le concept qui nous a vraiment plu. Avec son petit format, elle ne demande pas de posséder un gros camion. Ça permet de bouger facilement d'un endroit à l'autre», explique-t-elle, en spécifiant que malgré sa petite taille, elle permet d'accommoder le couple et son grand fiston. «Et le design est vraiment beau. On a l'impression d'être à l'extérieur, on ne se sent pas étouffés», ajoute-t-elle.  

Commandée en septembre dernier et livrée en mai, leur Alto a déjà parcouru plusieurs routes au Québec et s'est arrêtée dans la région de Boston.

Jusqu'en Australie

Si elle suscite la curiosité et l'engouement au Canada et aux États-Unis, l'Alto risque de faire tourner les têtes aussi... en Australie. Safari Condo, qui s'est fait connaître avec les camionnettes de voyage du même nom, en est déjà à son deuxième envoi de caravanes à l'autre bout du monde. 

Il s'agit d'un marché prometteur, même s'il demande certains ajustements. «On doit produire les caravanes en miroir, comme ils ne conduisent pas du même côté», note Johanne Nadeau, directrice des ventes chez Safari Condo. 

N'empêche, cette nouvelle aventure contribue à la fierté de la petite compagnie familiale dont le bureau de vente principal se situe à Saint-Nicolas, sur la Rive-Sud de Québec. Quand il s'est attaqué à la conception de la roulotte, qui a pris deux ans, Daniel Nadeau ne savait pas nécessairement qu'elle allait créer un si grand intérêt. 

«On est pris avec un beau problème», reconnaît sa soeur, Johanne Nadeau, à propos de la forte demande qui crée en ce moment une attente d'un peu plus d'un an. Des quelque 40 roulottes produites dans les premières années, l'usine de Beauce fabrique maintenant près de 200 Alto et la cadence devrait passer bientôt à 300 par année. «Il faut augmenter notre production, mais comme c'est un produit haut de gamme, on ne veut pas sacrifier la qualité. C'est très complexe à produire», tient-elle à spécifier. 

Le fait de garder la mainmise sur la production de ses caravanes permet aussi une grande adaptabilité selon les goûts - et les budgets - des clients. Plusieurs choix de finis sont possibles, autant pour les armoires, les tissus d'ameublement et l'aménagement d'une douche.  

Si vous succombez vous aussi au charme de la petite caravane, sachez qu'il vous faudra réserver de 27 000 à 35 000 $ pour mettre la main sur un modèle... et vous armez d'une bonne dose de patience, cela va de soi. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer