Clôtures: les nouveaux périmètres d'intimité

En bois, en fer, en mailles de chaîne... (Shutterstock, archideaphoto)

Agrandir

En bois, en fer, en mailles de chaîne ou en verre, la clôture ceinture terrains et piscines pour plus d'intimité et de sécurité. Survol des nouveautés.

Shutterstock, archideaphoto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) Souvent purement utilitaire, parfois motivée par un besoin d'intimité, la clôture n'en joue pas moins un rôle important dans nos aménagements paysagers. Au-delà de la bonne vieille clôture de type Frost, le paysage a bien changé dans les dernières décennies, et la mode est aux amalgames. Le Soleil a fait le tour de la question avec quelques spécialistes.

La clôture de bois offre une infinité d'options... (Photo fournie par Simon St-Pierre, Le Regard Vert) - image 1.0

Agrandir

La clôture de bois offre une infinité d'options dans son design, rappelle Simon St-Pierre. Ici, sa hauteur a été ajustée pour laisser passer des branches d'arbres et les végétaux, ce qui estompe la masse créée par la clôture. 

Photo fournie par Simon St-Pierre, Le Regard Vert

Une des tendances qui s'impose ces temps-ci est... (Photo Shutterstock, kanate et Victoria Shapiro) - image 1.1

Agrandir

Une des tendances qui s'impose ces temps-ci est la disposition des lattes à l'horizontale.  

Photo Shutterstock, kanate et Victoria Shapiro

S'il y a une règle à respecter dans l'installation d'une clôture, c'est de ne pas en faire la vedette de votre terrain, insiste Simon St-Pierre.

«Les clôtures sont installées pour la sécurité ou l'intimité. Il ne faut pas que la clôture devienne le point focal de l'aménagement paysager, à moins que ce soit un écran vraiment joli», nuance le paysagiste chez Le Regard Vert. «On essaie plutôt de la diminuer, de l'estomper avec des végétaux, entre autres. Les gens utilisent parfois aussi leur clôture pour insérer des fines herbes et lui donner un côté pratique.»

Rien n'empêche cependant de s'amuser avec le design, insiste M. St-Pierre. «Par exemple, avec les clôtures en bois, on peut jouer avec la grosseur des lattes et leur espacement, pour donner des choses visuellement plus intéressantes», soutient-il.

Règlements et voisins

Il ne faut jamais perdre de vue que la clôture est réglementée dans la plupart des villes. «Ce n'est pas comme poser des fleurs», illustre Simon St-Pierre. «Il y a beaucoup de normes, il y a des hauteurs à respecter en façade et à l'arrière. C'est important aussi de s'entendre avec ses voisins autour de la question de la mitoyenneté. La communication est très importante.»

À Québec, règle générale, les clôtures ne doivent pas dépasser 1,20 mètre en façade et 2 mètres dans la cour arrière. À l'avant et à l'arrière, on peut utiliser de nombreux matériaux (acier émaillé ou galvanisé, aluminium peint, fer forgé, fonte, brique ou pierre, planche, treillis, PVC...), mais la broche maillée galvanisée ou recouverte de vinyle est réservée à l'arrière.

Il y a de nombreuses distances minimales de dégagement à respecter, et c'est encore plus important de faire un plan étudié pour une maison située en coin de rue, où des zones spéciales de dégagement sont prévues.

À noter, la hauteur des haies végétales n'est pas réglementée à Québec. Il est aussi important de s'assurer de ne pas faire partie d'un secteur soumis à la Commission d'urbanisme et de conservation de Québec, qui peut dicter des règles différentes des consignes générales.

En bref, il faut consulter son bureau d'arrondissement ou son hôtel de ville pour en avoir le coeur net et s'assurer de posséder les bons permis, le cas échéant. Un bon site de départ si vous habitez dans les limites de la Ville de Québec : goo.gl/A2eT09

Dans cet aménagement, les clients ont choisi une... (Photo Métal Protech) - image 2.0

Agrandir

Dans cet aménagement, les clients ont choisi une clôture de bois et de métal pour le fond de la cour, et une clôture de fer ornemental pour le reste de la zone entourant la piscine. La mode est aux solutions hybrides! 

Photo Métal Protech

Solutions hybrides

Plus qu'à un type de clôture ou à l'autre, c'est plutôt à un amalgame de plusieurs sortes que les propriétaires donnent leur accord. Que ce soit la clôture de fer ornemental à l'avant qui se prolonge en clôture de mailles de chaîne à l'arrière, ou encore la clôture de bois qui ceinture un terrain alors que le fer et le verre entourent la piscine, la mode est à l'hybride, selon les spécialistes consultés par Le Soleil. En mariant différentes sortes de clôtures, les propriétaires en arrivent à un résultat intéressant qui permet d'utiliser un produit plus cher sur de plus petites surfaces et un produit plus abordable pour les grandes surfaces. Cette hybridation se glisse aussi au sein d'une même clôture : Simon St-Pierre note une popularité particulière de la clôture en bois où les poteaux sont en métal.  

La clôture de fer est un bon choix... (Photo Clôture Laurentienne) - image 3.0

Agrandir

La clôture de fer est un bon choix pour ceinturer la piscine, pour ceux qui n'ont pas les moyens ou l'envie d'avoir une clôture en verre. 

Photo Clôture Laurentienne

De pair avec l'allure des nouvelles constructions, les... (Photo Métal Protech) - image 3.1

Agrandir

De pair avec l'allure des nouvelles constructions, les clôtures ornementales en fer adoptent des lignes fluides et droites, très épurées. 

Photo Métal Protech

Fer ornemental: la contemporaine

Maintenant faites d'alliages plus légers, mais solides, et peintes avec des techniques qui leur assurent une bonne durabilité, les clôtures en fer ornemental continuent leur ascension, souvent en façade des maisons ou autour des piscines. «C'est une tendance qui monte depuis un bon moment, mais c'est encore plus fort cette année», note Vincent Lafleur. «Les modèles contemporains sont faits de lignes droites, très fluides. Il faut que ce soit le plus épuré possible», précise le copropriétaire de Métal Protech, un fabricant de clôtures de Québec. Fini le flafla, les ornementations, les pics et les rosettes : «le champêtre est complètement dépassé», ajoute-t-il.

La tendance va de pair avec les lignes épurées des nouvelles constructions, confirme Simon St-Pierre. Les couleurs privilégiées sont le noir et le gris anthracite, notamment. «L'entretien est minime», ajoute le paysagiste. 

«C'est un beau compromis entre la clôture de verre et la clôture ordinaire pour pouvoir avoir accès à sa piscine», précise de son côté Vincent Lafleur.

La clôture de bois est souvent utilisée pour... (Photo Métal Protech) - image 4.0

Agrandir

La clôture de bois est souvent utilisée pour clôturer le terrain en entier plutôt que seulement la piscine. 

Photo Métal Protech

La clôture de bois, très populaire en cèdre... (Photo Clôture Laurentienne) - image 4.1

Agrandir

La clôture de bois, très populaire en cèdre blanc, permet de créer de l'intimité instantanément. Elle est parfois jumelée à des poteaux de métal. 

Photo Clôture Laurentienne

Bois: l'indémodable

Les clôtures en bois n'affichent plus du tout la même allure qu'il y a 30 ans, mais elles ont encore la cote quand vient le temps de ceinturer les limites d'un terrain. «Le bois a un cachet», note Simon St-Pierre, paysagiste chez Le Regard Vert à Québec. «Ce choix de clôture demeure très prisé, car le bois offre une infinité d'options dans son design. On peut ajuster la hauteur pour laisser passer des branches d'arbres et des végétaux», ajoute-t-il. «Elle offre aussi une intimité instantanée», note Vincent Lafleur, copropriétaire chez Métal Protech, une compagnie de Québec.

Une des tendances qui s'impose ces temps-ci, selon Simon St-Pierre, est la disposition des lattes à l'horizontale plutôt qu'à la verticale. «Les lignes horizontales ont pour effet d'asseoir le terrain. On ne ferme plus complètement les murs comme avant. Les gens tolèrent plus d'avoir un entre-jour. Ça permet de la circulation d'air, et les gens ont l'impression que c'est plus ouvert», explique-t-il.

Tous les spécialistes consultés par Le Soleil s'entendent pour dire que le cèdre blanc est l'essence la plus prisée - et la plus intéressante - présentement sur le marché. «On aime bien travailler avec le cèdre blanc, il est plus dispendieux, mais plus durable et plus joli», note Simon St-Pierre. S'il n'est pas teint et traité, il deviendra gris, comme du bois de grange, mais cela n'affectera pas sa solidité, précise Vincent Lafleur. La plupart des gens voudront tout de même teindre ou sceller le produit pour garder son apparence naturelle.

Pour ceux dont le budget est plus réduit, le bois traité demeure une bonne option, mais garde la même faiblesse que le chêne : son besoin d'entretien. «Il faut quand même appliquer au minimum un scellant après l'installation, et renouveler tous les deux ou trois ans, selon l'endroit où se trouve la clôture», rappelle Gary Plourde, propriétaire de Clôture Laurentienne, à Québec. Un petit nouveau, le Goodfellow Terra, semble aussi se tailler une place dans le monde de la clôture en bois traité, vu sa couleur brun foncé, très différente du bois traité verdâtre habituel. «Ça vient rejoindre les couleurs utilisées dans les maisons contemporaines. C'est une option intéressante», opine Simon St-Pierre.

La clôture en mailles de chaîne est parfois... (Photo Laurentienne) - image 5.0

Agrandir

La clôture en mailles de chaîne est parfois garnie de languettes de plastique qui améliorent sa solidité et l'intimité qu'elle procure. 

Photo Laurentienne

Mailles de chaîne: l'abordable

Au royaume des clôtures, un incontournable continue de s'imposer, et ce, depuis des années : la clôture en mailles de chaîne, de type Frost. Ce n'est peut-être pas la plus esthétique ou décorative, mais en matière de rapport qualité-prix, «c'est la meilleure», soutient Gary Plourde, propriétaire de Clôture Laurentienne, à Québec. Près de 80 % de ses clients résidentiels l'approchent pour en faire installer chez eux. «Elles sont abordables et sans entretien», souligne-t-il. «On est tous occupés, les gens n'ont souvent pas envie d'une clôture qu'ils devront entretenir comme une clôture en bois.»

Simon St-Pierre, paysagiste chez Le Regard Vert, à Québec, souligne de son côté qu'une clôture en mailles de chaîne gagne à être camouflée avec de la végétation. «On va souvent l'installer si on peut la dissimuler derrière des végétaux. Il y a toujours de la demande, parce que c'est la moins chère, mais il y a des options pour la rendre intéressante. J'ai fait un projet récemment où, pour diminuer l'impact de la clôture, on a planté une vigne à l'intérieur. En poussant, elle va donner une bonne intimité avec le voisin et un impact visuel intéressant.»

Si elle est indémodable pour son coût, la clôture en mailles de chaîne a toutefois changé de couleur à travers les années. Le blanc, grand vendeur il y a une dizaine d'années, a presque disparu de l'inventaire de M. Plourde, faute de demande. Si le brun a été populaire quelques années, depuis deux ans, c'est le noir qui a la cote, particulièrement pour les constructions neuves.

La clôture de verre permet d'ouvrir l'espace tout... (Photo Métal Protech) - image 6.0

Agrandir

La clôture de verre permet d'ouvrir l'espace tout en respectant la réglementation en vigueur pour les piscines creusées. 

Photo Métal Protech

Souvent, les gens choisissent de n'ouvrir qu'un seul... (Photo Métal Protech) - image 6.1

Agrandir

Souvent, les gens choisissent de n'ouvrir qu'un seul côté de la piscine avec une enceinte en verre, optant pour une clôture de fer pour le reste afin d'économiser. 

Photo Métal Protech

Verre: pour la piscine

La piscine creusée, reine de nombreuses cours arrière, est maintenant de plus en plus sertie de son enrobage de verre...

«Autour des piscines, le verre trempé fait son entrée au Québec depuis quelques années», souligne Simon St-Pierre, paysagiste chez Le Regard Vert. «C'est plus dispendieux, mais à cause des nouvelles réglementations des piscines, les clôtures ordinaires donnent l'impression de fermer la cour et de perdre le point focal de l'aménagement paysager. En mettant un verre trempé, on a l'impression d'ouvrir le terrain tout en respectant la réglementation», détaille-t-il.

«C'est populaire», confirme Vincent Lafleur, de Métal Protech, qui fait beaucoup de projets de clôtures de piscine. «Il y a beaucoup de demandes, mais peu d'élus à cause du prix», nuance-t-il toutefois. La plupart du temps, les gens se tournent vers un amalgame pour réduire les coûts. «Le verre donne un effet de grandeur [...], mais c'est rare qu'ils vont faire tout le tour de la piscine creusée. Ils vont souvent faire une face seulement, celle qui comporte l'accès à la piscine. Le reste sera en fer ornemental, beaucoup moins cher et très chic aussi», précise-t-il.

Encore plus que le bois, le verre demande un entretien assez soutenu. «Ça dépend du seuil de tolérance des gens. C'est sûr que tout paraît : les traces de pluie, de saleté, de doigts...», concède M. Lafleur.

La clôture en composite Ezfence est constituée de... (Photo fournie par Gazon synthétique Québec) - image 7.0

Agrandir

La clôture en composite Ezfence est constituée de bois et de bambou et ne demande pas d'entretien. 

Photo fournie par Gazon synthétique Québec

Composite: la «sans entretien»

Une petite nouvelle fait son entrée sur les patios et les terrains de la région et risque de plaire à beaucoup de gens : la clôture en composite. Gazon synthétique Québec (GSQ), qui se spécialise dans l'installation de gazon synthétique et de patios en bois de composite, vient d'ajouter à sa gamme un système de clôture dans le même matériel qui s'agence et se pose en un tournemain sur une terrasse ou encore sur des bases de béton.

«C'est un produit idéal pour les gens qui veulent avoir de l'intimité rapidement. Elle peut être installée par monsieur et madame Tout-le-monde», explique Alexandre Dumont, propriétaire de GSQ. La clôture vient en sections de cinq pieds, offertes en quatre pieds ou six pieds de hauteur. Deux finis sont offerts, en brun ou en gris. Outre la facilité d'installation avec une base en aluminium, c'est surtout l'absence d'entretien qui séduit les clients, note M. Dumont. «On n'a pas besoin de décaper et de peinturer tous les deux ans», précise-t-il.

La clôture en composite Ezfence est en fait constituée à 50 % de bambou et à 50 % de plastique. Elle est aussi recouverte d'une pellicule qui lui donne une résistance accrue aux intempéries et aux rigueurs de l'hiver, soutient Alexandre Dumont. Il estime aussi que sa durabilité est comparable aux clôtures ordinaires.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer