L'art de faire une toiture de métal

Le pliage des tôles, le formatage des éléments... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le pliage des tôles, le formatage des éléments décoratifs, la fabrication des gouttières et les soudures demandent de la main-d'oeuvre spécialisée et habile. On part d'une feuille de tôle ou de cuivre pour lui donner les formes voulues en fonction de la toiture à refaire.

Le Soleil, Patrice Laroche

Yves Therrien
Le Soleil

(Québec) Les toitures de métal ne datent pas d'hier. On en voit beaucoup dans le Vieux-Québec, les arrondissements historiques et les secteurs patrimoniaux. Elles ont la particularité de durer longtemps, très longtemps.

Denis Dubuc, copropriétaire et chargé de projet chez... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Denis Dubuc, copropriétaire et chargé de projet chez Toitures Falardeau, montre une grille d'aération faite de cuivre.

Le Soleil, Patrice Laroche

En moyenne, une toiture en tôle galvanisée durera de 50 à 60 ans avant d'être remplacée. La durabilité pour le cuivre ou l'acier inoxydable sera d'une centaine d'années au moins. Ce sera des toitures de tôle à la canadienne, de tôle à baguettes soudées ou pincée, ou parfois de la tôle gaufrée.

«Si vous avez 20 ans et que vous refaites le toit de la maison en tôle d'acier galvanisé, vous ne le referez pas avant d'avoir 80 ans, soutient Denis Dubuc, copropriétaire et chargé de projet chez Toitures Falardeau. Ce type de toiture est installé pour la vie.»

Si la durée de vie des toitures en revêtement de métal est plutôt longue, de trois à cinq fois celle des bardeaux d'asphalte, les coûts de remplacement sont aussi plus élevés. Selon le produit utilisé, la facture sera de 8 à 12 fois le coût d'une toiture en bardeau d'asphalte.

Les coûts sont élevés, en partie à cause des matériaux, mais davantage à cause de la main-d'oeuvre. S'il faut quelques jours à une semaine selon le nombre de travailleurs pour refaire une toiture en bardeau d'asphalte, il faut quelques semaines de travail aux artisans ferblantiers pour refaire une toiture de métal.

«Tout est fait à la main sur le chantier ou en atelier. Ce n'est pas une production sur une chaîne de montage, nous faisons les pièces nous-mêmes», précise M. Dubuc en faisant visiter la zone de fabrication de l'entreprise qui construit et rénove des toitures traditionnelles depuis 1896. Le pliage des tôles, le formatage des éléments décoratifs, la fabrication des gouttières et les soudures demandent de la main-d'oeuvre spécialisée et habile. On part d'une feuille de tôle ou de cuivre pour lui donner les formes voulues en fonction de la toiture à refaire.

Château Frontenac

Lors du passage du Soleil, les employés de Toitures Falardeau s'affairaient à construire différents éléments qui orneront les corniches et les lucarnes du Château Frontenac, où l'entreprise sera en chantier pendant deux ans, le temps de refaire la toiture de cuivre de la tour centrale de l'hôtel qui, avec les différents éléments architecturaux, couvre une superficie de près de 30 000 pieds carrés.

Toutefois, comme pour tout type de toiture, celles recouvertes d'acier ou de cuivre doivent être inspectées régulièrement pour s'assurer qu'il n'y a pas de fissures qui laisseront l'eau s'infiltrer. Le métal se dilatant et se contractant selon la température, son pire ennemi, c'est l'hiver, avec les cycles de gel et dégel et les chutes de glace.

Les toitures les plus à risque sont celles comportant de nombreuses lucarnes et des noues. Lorsque la glace se détache d'une portion du toit, elle pourra percer la tôle à la longue en frappant la lucarne ou le rebord du toit, souligne M. Dubuc. Même les gouttières peuvent subir des chocs plus importants encore. Puisqu'elles sont fabriquées du même matériau que le toit, malgré la durabilité dans des conditions normales, les hivers et la glace peuvent les briser grandement, car elles sont plus exposées aux chocs des blocs de neige durcie ou de glace.

Dans le cas des toitures de tôle galvanisée, elles doivent être repeintes tous les cinq ou sept ans. C'est donc le bon moment pour l'inspection et les réparations, s'il y a lieu.

Quant aux travaux de réfection ou de rénovation, ils sont soumis à des demandes de permis selon la réglementation de la Ville de Québec pour les maisons historiques et dans les zones sous l'autorité de la Commission d'urbanisme et de conservation. Il y a des guides techniques et la réglementation que les citoyens peuvent consulter sur le site de la Ville dans la section Travaux sur la propriété (www. ville.quebec.qc.ca/citoyens/reglements_permis/normes.aspx) ou en téléphonant au bureau d'arrondissement.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer