Indigène: racines modernes

L'ébéniste Geneviève Gaboury a fondé Indigène, qui loge... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'ébéniste Geneviève Gaboury a fondé Indigène, qui loge dans Limoilou, il y a une dizaine d'années.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Laurie Richard</p>

(Québec) L'ébéniste Geneviève Gaboury réalise des meubles et des objets qui reflètent son milieu de vie, sa vision du monde, ses racines. Avec Indigène, l'artisane basée dans le quartier Limoilou de Québec propose des pièces inspirées par la tradition et la modernité, tout en respectant l'environnement qui l'entoure.

Son diplôme d'ébénisterie artisanale en poche, Geneviève Gaboury a fondé Indigène, il y a près d'une décennie. Depuis quelques années, son conjoint, Patrick Barré, l'a rejoint dans l'aventure. 

C'est en oeuvrant dans le domaine des antiquités et de la restauration de meubles que l'artisane prend conscience que les meubles d'aujourd'hui - s'ils sont bien faits - «feront partie du patrimoine de demain». Mme Gaboury se consacre aujourd'hui principalement à la fabrication de meubles sur mesure et d'urnes funéraires.

L'ébéniste conçoit également en parallèle des plus petites pièces utilitaires, comme des plateaux de service en marqueterie, des mains de sel, des spatules, de supports à tablette électronique... Des objets vendus en ligne et dans les salons d'artisanat auxquels Indigène participe, comme le Salon Nouveau Genre, qui s'est déroulé la semaine dernière à Québec. 

Geneviève Gaboury a réalisé ce meuble multifonctionnel en... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Geneviève Gaboury a réalisé ce meuble multifonctionnel en bouleau jaune pour un concours où elle devait mettre les imperfections du bois en valeur. «Habituellement, on fait le contraire. Mais ça évite les pertes», dit-elle. 

Le Soleil, Yan Doublet

Mme Gaboury travaille avec des essences de bois d'ici : érable, merisier, chêne, frêne... Et si elle peut s'approvisionner directement auprès d'un producteur local au lieu d'un grossiste, elle le fait. Elle a amorcé cette réflexion au début de sa carrière, alors qu'elle se rend compte qu'elle a beaucoup trop facilement accès à des essences exotiques, dont certaines sont en danger. L'ébéniste crée aussi avec les placages, les matériaux et objets de récupération et des produits de finition naturels.

L'artisane utilise notamment une technique d'oxydation pour colorer le bois, multipliant ainsi sa palette de teintes «indigènes». Il s'agit d'appliquer un mélange de ferraille et de vinaigre sur le bois; chaque essence réagira différemment, selon de la quantité de tanins qu'elle contient. Ses urnes comme les pièces utilitaires sont finalement huilées. 

Une expérience positive

Mme Gaboury a réalisé sa première urne funéraire au décès de son grand-père, à la demande de la famille. Elle pensait que ce serait une expérience douloureuse. «Mais ça s'est fait dans une zénitude totale.» Elle a choisi des bois qui «représentaient» son grand-père. L'orme, d'abord, un arbre qui borde les plaines d'Abraham, un lieu que l'homme aimait particulièrement. Elle y a aussi inséré une bande de noyer noir, «qui représente la sagesse, la longévité», puisque son aïeul a vécu jusqu'à 95 ans. Elle tire donc de cette expérience positive le goût de poursuivre dans cette voie. Mme Gaboury souhaite d'ailleurs en faire sa production principale. Elle en vend maintenant jusqu'aux États-Unis, grâce à Etsy, les prix variant entre 320 et 560 $. Celles recouvertes de marqueterie sont les plus dispendieuses puisqu'elles demandent plus de travail.

Urne funéraire avec marquetterie... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Urne funéraire avec marquetterie

Le Soleil, Yan Doublet

L'entreprise de Limoilou a aussi développé un partenariat avec l'organisation Arbre-Évolution, qui oeuvre pour le reboisement. À chaque urne vendue, un arbre sera planté au nom d'Indigène, explique Mme Gaboury. 

Dans leurs locaux de Limoilou (175, 3e Avenue, local 203) se trouve une petite salle d'exposition où l'on peut admirer différentes réalisations d'Indigène. L'entreprise ouvre d'ailleurs ses portes au public samedi et dimanche, de 12h à 17h. 

indi-gene.ca ou www.etsy.com/shop/Indigeneobjets

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer