Le «miracle» de District Saint-Joseph

Un immense panneau publicitaire à lames rotatives surplombe l'estrade... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Un immense panneau publicitaire à lames rotatives surplombe l'estrade aménagée au fond du restaurant. Une religieuse à cornette apparaît sur l'une des trois images du panneau publicitaire.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au coeur du quartier Saint-Roch, à Québec, l'ancien Petit Impérial est devenu le restaurant District Saint-Joseph. La métamorphose a duré cinq semaines, «un vrai miracle», selon Louis McNeil, le propriétaire.

«On a tout cureté, on n'a pas gardé une seule fourchette», raconte-t-il. Cet automne, les passants ont compris qu'il se passait quelque chose quand les peintres ont commencé à recouvrir les fenêtres brunes d'un orangé éclatant. «On avait d'abord pensé à du turquoise», confie l'opérateur de restaurants, qui est aussi copropriétaire des quatre Cosmos de la région de Québec.

À l'intérieur, une armée d'ouvriers dénudait l'espace en entier pour y recréer une ambiance moderne et décontractée. Les travaux ont été confiés à Patrick Hébert, de l'entreprise Le Saint.

Le propriétaire Louis McNeil a apprécié la synergie qui... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Le propriétaire Louis McNeil a apprécié la synergie qui s'est développée entre tous ceux qui ont mis l'épaule à la roue pendant les travaux.

Le Soleil, Patrice Laroche

Louis McNeil avait en tête d'inclure dans le décor sa moto anglaise BSA 1967, «l'année de ma naissance», précise-t-il, qu'il avait dénichée sur Internet. Il l'a souvent utilisée, l'été dernier, pour se rendre au Festival d'été. «Elle est tombée en panne trois fois», relate-t-il. 

Aujourd'hui, elle est donc juchée sur le mur qui fait face à l'entrée, à travers des étagères grillagées, des bouteilles d'alcool et un miroir au cadre doré. En bas, le bar bricolé avec des panneaux de conteneurs complète une section pleine de testostérone.

La scène est là pour rester. Elle accueillera des «bands de la relève», mentionne Louis McNeil. 

La zone restaurant est aménagée afin d'offrir une bonne vue sur les musiciens. Des tables et des chaises bistro encadrent le parterre, alors que des banquettes secondées par tabourets sont installées en estrade, au fond de la salle.

Un immense panneau publicitaire surmonte cette estrade. À l'instar de ceux que l'on voit sur le bord des routes, il est doté de lames rotatives qui présentent trois images différentes, dont une provocante religieuse qui fume.

Des immenses tableaux, des luminaires fabriqués avec des 33-tours et des caisses métalliques suspendues garnies de plantes vertes et de haut-parleurs non fonctionnels sont insérés dans ce décor signé Nathalie Perron. 

«Elle est allée à Milan, relate Louis McNeil. Mais c'est en passant par Berlin qu'elle a vu un café qui l'a inspirée.» Ils ont fait la paire pour concevoir le design de ce restaurant branché, situé au 240, rue Saint-Joseph. Le local appartient au Festival d'été de Québec, qui le loue à Louis McNeil. 

«Faire du vieux avec du neuf» : voilà le pari qu'il a relevé.

Le «miracle» du quartier Saint-Roch

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer