La sculpteure Claudia Côté: l'experte du contreplaqué

Claudia Côté travaille sur cette oeuvre éclairée baptisée... (Le Soleil, Jean Marie Villeneuve)

Agrandir

Claudia Côté travaille sur cette oeuvre éclairée baptisée Ancrage sous une bulle d'air. Elle a développé un système audio avec Avatar.

Le Soleil, Jean Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La sculpteure Claudia Côté exerce son art avec un matériau qu'elle fabrique elle-même : le contreplaqué. «Mes morceaux sont précieux, ils représentent mon savoir-faire», confie la jeune femme aux cheveux bleus.

Elle tire de ce «matériau de construction» des sculptures aux formes organiques qui rappellent parfois les monuments rocheux des îles Mingan. La nature l'allume, comme en font foi les livres qui traînent dans son atelier : Le Saint-Laurent et ses îles, Les îles Mingan des siècles à raconter, En chemin avec René Derouin, La flore laurentienne du frère Marie-Victorin

C'est son amour du plein air jumelé à son intérêt pour l'histoire et la géographie du Québec qui l'ont menée vers cette forme de création authentique et complexe. 

Utilisant la technique du

lamellé-collé, Claudia Côté superpose elle-même les couches de contreplaqué russe et d'épinette qu'elle achète en quincaillerie. Elle taille des morceaux qui lui offrent des tranches avec des motifs rayés constituant l'essence de ses oeuvres. «Je n'utilise ni teinture ni vernis, précise-t-elle. Juste de la colle et du bois.»

Le temps qu'elle consacre à la fabrication de son matériau explique son souci de «ne pas avoir de perte».

Claudia Côté travaille actuellement sur une oeuvre baptisée Ancrage sous une bulle d'air pour laquelle elle a obtenu une bourse de 5000 $ de Première Ovation. Poursuivant son exploration, elle a imaginé une sculpture éclairée à l'intérieur de laquelle une personne pourra se tenir et entendre du piano et les bruits de la ville. Ce volet audio, elle l'a développé avec l'organisme Avatar, membre de la coopérative Méduse.

Destin d'artiste

L'obtention de la bourse l'a confortée dans son destin d'artiste et dans son singulier parcours. «Je savais que j'avais un talent, mais ça m'a pris du temps avant de dire : "ok, je vais être une artiste"», confie cette diplômée en arts visuels de l'Université Laval. 

Elle n'avait «touché» au bois que dans un seul cours. «J'avais accroché sur le contreplaqué et sur la couleur», raconte-t-elle. Il n'a suffi que d'une session supplémentaire en sculpture à la Maison des métiers d'art de Québec pour lui confirmer son choix. «M'installer dans un atelier a été un pas de plus dans ma démarche», poursuit l'artiste de 33 ans.

La «conversation» qu'elle entretient avec le matériau est, pour cette folle du canot, une façon de se «perdre», de «faire le vide» et de se connecter avec la nature. Quelques-unes des petites sculptures de Claudia Côté sont exposées à la Galerie Ni Vu Ni Cornu, à Sainte-Anne-de-Beaupré, ainsi qu'à la quincaillerie culinaire La folle fourchette, à Limoilou. Information : claudiacote.com.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer