• Le Soleil > 
  • Maison > 
  • Design 
  • > Les arts visuels tendent la main à l'artisanat avec Le bel ouvrage 

Les arts visuels tendent la main à l'artisanat avec Le bel ouvrage

Le collectif Colifichet signe cette oeuvre baptisée Bienvenue.... (Photo fournie par le collectif Colifichet)

Agrandir

Le collectif Colifichet signe cette oeuvre baptisée Bienvenue. Les quatre filles qui en font partie sont connues pour avoir réalisé une oeuvre grandeur nature en laine représentant le maire de Québec, Régis Labeaume.

Photo fournie par le collectif Colifichet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jeanne Couture s'intéresse au tissage, au tricot et au crochet au point d'en avoir fait le sujet de son mémoire de maîtrise et de proposer une exposition sur la «transmission des savoir-faire féminins», au restaurant Le Cercle, en basse ville de Québec.

Originaire de Pintendre et âgée de 26 ans, Jeanne Couture a été témoin de l'implication de sa grand-mère dans le Cercle de Fermières de son patelin. S'il se passait quelque chose à Pintendre, on le devait aux Fermières, assure-t-elle.

Baptisée Le bel ouvrage, l'exposition qu'elle présentera au Cercle à compter de mercredi et dont elle est la commissaire fera le lien entre les arts visuels, les métiers d'art et l'artisanat des Fermières, ces gardiennes des traditions féminines.

Jeanne Couture a réuni une dizaine de femmes qui «exploitent, s'approprient et revisitent le médium textile» : Giorgia Volpe, Anouk Desloges, le collectif Colifichet, la courtepointière Brigitte Gagnon et quelques membres du Cercle de Fermières. 

Le bel ouvrage disposera côte à côte des objets utilitaires, comme des napperons et des couvertures, et des créations, telle la feuille de plexiglas qu'Anouk Desloges a percée et brodée dans un geste purement artistique.

La transmission mère-fille s'était pratiquement perdue dans les années 70 et 80, a constaté Jeanne Couture. «Le savoir-faire revient chez les 20-30 ans, se réjouit-elle. On assiste à un retour au manuel et aux techniques de nos grands-mères.» La culture du DIY (Do It Yourself) et la popularité d'Etsy, un site de vente en ligne spécialisé dans les créations personnelles, en témoignent.

Les Fermières célèbrent leur 100e anniversaire cette année. Ce n'est pas anodin que Jeanne Couture ait pensé à cette exposition et choisi pour son mémoire de maîtrise en histoire le thème du savoir-faire féminin. 

«Des femmes engagées»

«Les Fermières sont des femmes engagées, dit-elle. Elles ont tenu les communautés rurales à bout de bras et ont mené la lutte pour la reconnaissance des travaux ménagers.»

Elles seraient 36 000 aujourd'hui, réparties dans quelque 450 cercles au Québec. «Il s'agit de la plus grosse association de femmes au Québec, affirme Mme Couture. C'est une force de frappe méconnue.»

Riche d'un propos féminin et féministe, Le bel ouvrage se tiendra jusqu'au 1er juin au Cercle, situé au 228, rue Saint-Joseph, à Québec. Jeanne Couture espère qu'elle pourra voyager en Beauce, dans Portneuf et dans toutes les petites communautés rurales de la province.

Deux activités se dérouleront en marge de l'exposition : un atelier de tricot, le 10 mai, à 13h; et une table ronde autour de la transmission du savoir féminin, le 30 mai, à 15h, suivie d'une performance de l'artiste multidisciplinaire Giogia Volpe.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer