22e concours L'objet: la face cachée des objets

La lampe Filz 1...

Agrandir

La lampe Filz 1

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les lampes, le bois et l'impression 3D sont des éléments récurrents du 22e concours L'Objet, qui réunit des étudiants de l'École d'architecture de l'Université Laval, cette année, autour du thème L'objet révèle sa face cachée.

Le Scaphandre... - image 1.0

Agrandir

Le Scaphandre

La chaise Sauve qui pneu... - image 1.1

Agrandir

La chaise Sauve qui pneu

Une trentaine d'objets conçus et fabriqués par ces étudiants sont exposés jusqu'au 8 mars dans les vitrines des magasins Simons de Place Ste-Foy et de la côte de la Fabrique, dans le Vieux-Québec. Ils seront ensuite montrés au Musée de la civilisation, rue Dalhousie, jusqu'au 16 mars, et auront été soumis à un encan public, le 13.

Jusqu'à l'an passé, les profits récoltés avaient servi aux activités de financement des finissants à la maîtrise en architecture.

Mais l'été dernier, les futurs architectes avaient utilisé une partie de l'argent de l'encan dans une «activité de rayonnement» : ils avaient créé l'installation Delirious Frites, qui faisait partie du parcours artistique des Passages insolites.

Cet été, le comité d'innovation des finissants promet une autre installation dans un milieu public, dont les détails restent à venir, mentionne sa porte-parole, Sandra Tremblay-Lemieux.

Aperçu des oeuvres

La Lampeskisse de Pierre-Alexandre Lemieux et Kevin Mark a la forme d'un carnet qui rappelle d'où viennent les idées la plupart du temps : d'une esquisse griffonnée sur un bout de papier.

La lampe Tomber s'a face, de Jasmine Maheu Moisan et Natali Rodriguez Serva, s'illumine à la condition que l'utilisateur trouve la bonne position pour la faire tenir debout.

La lampe Filz 1, d'Anthony Laliberté-Vincent, met de l'avant du bois et du feutre de laine découpés numériquement, mais assemblés selon une activité manuelle ancestrale : la couture. «L'arrimage précis des matériaux» est attribuable aux nouveaux procédés numériques, assure le créateur.

La chaise Sauve qui pneu, de Sarah Desaulniers, Laurie Lavallée et Geneviève Poirier, «offre une seconde chance à un pneu fatigué».

Le scaphandre, de Laurence Pagé-St-Cyr, est une lampe-tablette de teck surmontée d'un globe fait de tiges et de fils d'acier galvanisé. Le meuble peut servir de table de chevet, de bibliothèque ou de vide-poches.

La lampe Le Nid, de Véronique Barras-Fugère, est composée de 1800 épingles qui, une fois assemblées, deviennent un textile.

www.objetulaval.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer