• Le Soleil > 
  • Maison > 
  • Design 
  • > Le sort des abat-jour géants de l'avenue Cartier bientôt connu 

Le sort des abat-jour géants de l'avenue Cartier bientôt connu

L'âme de l'avenue Cartier a été respectée dans... (Photo fournie par Patrick Mevel Photographe)

Agrandir

L'âme de l'avenue Cartier a été respectée dans «ce concept de calibre international propre à faire de Québec une capitale incontournable de l'hiver».

Photo fournie par Patrick Mevel Photographe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une décision sera prise le mois prochain sur le sort des 34 abat-jour géants qui animent l'avenue Cartier depuis la mi-janvier.

«On aurait de la misère à les enlever», a confié Marc-André Pâlin, directeur général de la Société de développement commercial du quartier Montcalm. Actuellement, trois scénarios s'offrent à lui :

1) laisser les abat-jour tels quels jusqu'en octobre et changer les oeuvres qui les ornent dès novembre;

2) les enlever le mois prochain comme c'était prévu initialement, les entreposer, puis les replacer en octobre recouverts de nouvelles oeuvres;

3) les laisser tels quels jusqu'au printemps, puis remettre aussitôt de nouvelles oeuvres.

Marc-André Pâlin s'assoira avec la Ville de Québec sous peu, et une décision sera prise en fonction des coûts liés à l'entreposage des structures et à leur réinstallation.

Le concept de ces abat-jour est signé Lightemotion, une entreprise montréalaise de design d'éclairage, réputée pour ses mises en lumière de façades et d'espaces intérieurs d'édifices un peu partout dans le monde.

À en croire M. Pâlin, la présence de ces abat-jour bigarrés a eu un effet positif sur la visibilité de Québec et sur l'achalandage de l'avenue Cartier. Ils ont incité les touristes à s'aventurer à l'extérieur du Vieux-Québec, soutient-il.

Dans une entrevue publiée sur le site Web v2com, le président de Lightemotion, François Roupinian, déclarait qu'il s'était donné comme défi de «respecter l'âme de l'avenue Cartier, tout en étant assez audacieux pour donner à [notre] concept un calibre international propre à faire de la ville de Québec une capitale incontournable de l'hiver».

Chaleur d'une vie de quartier, esprit communautaire, caractère douillet d'un intérieur domestique : voilà les idées dominantes à partir desquelles Lightemotion a conçu «une galerie d'art flottante dans l'espace».

Le Musée national des beaux-arts du Québec a sélectionné des oeuvres d'Alfred Pellan et de Fernand Leduc qui faisaient partie de sa collection permanente et a pris en charge la direction artistique de leur installation sur les structures circulaires de huit pieds de diamètre sur cinq pieds de hauteur.

La Ville a investi 500 000 $ dans ce projet qui prévoit la réutilisation de ces luminaires pour créer de nouvelles expositions annuelles pendant les cinq prochaines années. Les toiles des abat-jour seront changées, en effet. Et les possibilités de cet affichage rétroéclairé sont vastes.

Dwell, un magazine américain de design et d'architecture, a publié un article et des photos sur ces abat-jour dans son numéro de février.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer