Collectif Le banc: investir les endroits oubliés

Émeric Boucher (à gauche) et Jean-Philippe Simard sont... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Émeric Boucher (à gauche) et Jean-Philippe Simard sont étudiants à la maîtrise en design urbain à l'École d'architecture de l'Université Laval. Le second fait aussi une maîtrise en aménagement du territoire et en développement régional.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le petit carré de béton inoccupé, à l'angle des rues Caron et Saint-Joseph, à Québec, a été pris d'assaut par un groupe de jeunes, en fin de semaine dernière. En quelques heures, ils ont bricolé, avec des palettes de bois, des bancs et des boîtes à fleurs qu'ils ont disposés là en attendant la réaction des passants. «L'expérience a été absolument concluante», a confié Jean-Philippe Simard, l'étudiant à l'origine de cette initiative urbaine.

Cette intervention ponctuelle réalisée par des acteurs locaux... (Fournie par le collectif Le banc) - image 1.0

Agrandir

Cette intervention ponctuelle réalisée par des acteurs locaux est une belle façon de contribuer à la revitalisation d'un espace public négligé.

Fournie par le collectif Le banc

En mai, Jean-Philippe et sa gang ont fondé le collectif Le banc. Ces passionnés de design et d'aménagement urbain s'inspirent des principes de l'urbanisme tactique (tactical urbanism) : ils ciblent des «endroits oubliés, mais avec du potentiel» et ils les animent de façon éphémère.

Leur première intervention, dans le quartier Saint-Roch, a été fugace en effet. La place a été aménagée en fin de semaine dernière. Et lundi, au moment de la prise de photos, Jean-Philippe et son complice, Émeric Boucher, ont constaté que six bancs avaient disparu. «Ç'a pris deux jours», a résumé le jeune homme, tout sourire malgré ce larcin appréhendé.

«Révéler un lieu, se l'approprier et l'activer» : voilà les buts que s'était fixés le collectif en investissant ces quelques mètres carrés de béton enserrés entre le perron et une entrée secondaire de l'église Notre-Dame-de-la-Jacques-Cartier. «Le premier jour, des musiciens sont arrivés à l'improviste et se sont mis à jouer, raconte Jean-Philippe. Les passants s'arrêtaient, certains se sont assis. Ils nous posaient des questions.»

Des «petites étincelles» comme celle-là, c'est facile à provoquer, confient les deux étudiants qui en promettent d'autres dans les prochaines semaines. Leur collectif souhaite «penser de façon exploratoire, voire informelle, la transformation de la ville contemporaine». Ils ne veulent pas de bureaucratie. Ils prônent une «approche de design collaboratif».

Ils ont simplement communiqué avec la Coopérative Notre-Dame-de-la-Jacques-Cartier, qui possède l'église et qui chapeaute le Centre de solidarité jeunesse de Québec. C'est par l'intermédiaire de ce centre qu'ils ont recruté des jeunes des Chantiers urbains de la Haute-Saint-Charles. «On a construit sept, huit bancs avec eux», mentionne Émeric Boucher. «Ils avaient de l'expérience en construction, poursuit Jean-Philippe Simard. Il y a eu beaucoup d'éducation mutuelle.»

Pas un sou

Ils savaient que cette installation serait temporaire. Une semaine plus tard, il n'en reste d'ailleurs plus rien. Mais le collectif est satisfait d'avoir «documenté» l'occupation de cet espace par les résidants du quartier et par les passants.

Cette initiative n'a pas coûté un sou. Le collectif Le banc travaille bénévolement. Il a déniché les palettes sur Kijiji, grâce à une entreprise qui les offrait gratuitement. L'urbanisme tactique, c'est ça : créer du mobilier urbain à partir de matériaux récupérés, l'implanter dans un espace public animé et bien encadré par le bâti, les rues ou la végétation, puis favoriser l'action collective des gens qui en profiteront.

Les projets du collectif ne sont pas de... (Photo fournie par le collectif Le banc) - image 2.0

Agrandir

Les projets du collectif ne sont pas de l'ordre de l'installation artistique. Ils sont aménagés de façon à susciter la curiosité et la réflexion des passants sur les potentiels oubliés de leur milieu de vie.

Photo fournie par le collectif Le banc

De gauche à droite : Émeric Boucher, André-Anne... (Fournie par le collectif Le banc) - image 2.1

Agrandir

De gauche à droite : Émeric Boucher, André-Anne Coll, Fabio Jiménez, Jean-Philippe Simard, Alejandra De La Cruz et Myriam Martel, six des sept membres du collectif Le banc. Tristan Gagnon est absent de la photo.

Fournie par le collectif Le banc

En un mot: urbanisme tactique

Les Bouquinistes ont été parmi les premiers à poser un geste d'urbanisme tactique, en installant leurs kiosques de livres le long de la Seine, à Paris, au XVIe siècle. Ce mouvement vise à améliorer la qualité de vie dans les villes, à l'échelle des rues, des pâtés de maisons, des édifices. On parle d'actions éphémères qui empruntent à la philosophie du DIY (do it yourself [fais-le toi-même]).

L'urbanisme tactique vise à faire changer les choses, à proposer des idées pour relever des défis locaux, dans un engagement à court terme, avec des objectifs réalistes. Il y a peu à perdre et beaucoup à gagner en posant de tels gestes qui, ultimement, rapprochent les citoyens des instances de leur ville.

Le Parking Day en est un chouette exemple : des gens s'installent dans des espaces de stationnement le long des trottoirs en mettant des sous dans le parcomètre toute la journée; ils occupent et transforment ces cases en lieux ludiques et conviviaux. Le collectif Le banc participera au Parking Day le 20 septembre à Québec en posant une action dont il nous réserve la surprise. La guérilla horticole a pour but de mettre plus de verdure dans les villes. Un soutien-gorge rempli de fleurs suspendu à une clôture : voilà une belle idée de guérilla pacifique. Les pop-up cafes sont des espaces de stationnement occupés par des chaises et des tables, où les gens peuvent flâner en consommant des produits locaux. L'urbanisme tactique est un mouvement plein de fantaisie.

Source : Tactical Urbanism 2, de l'auteur et «tacticien» Mike Lydo

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer