Coeur de Mailles: plaisir et délinquance

Clarisse Mayda-Bordes vient de déménager sa boutique de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Clarisse Mayda-Bordes vient de déménager sa boutique de la rue des Oblats à la rue Saint-Joseph ouest, dans le quartier Saint-Sauveur.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les courtepointes de Clarisse Mayda-Bordès sont «délinquantes», parce que leurs carreaux ne sont pas tous coupés dans le droit-fil et que leurs points sont souvent anarchiques et irréguliers.

Clarisse Mayda-Bordès est «plus train qu'avion», «plus ouvrage à la main qu'à la machine». La courtepointe, à ses yeux, c'est comme un voyage : la destination n'est pas tout. Le trajet, aussi long soit-il, a aussi a son importance. 

«J'aime le temps qu'on y passe», résume l'artisane de 42 ans dont la boutique est déménagée, en janvier, de la rue des Oblats à la rue Saint-Joseph Ouest, dans le quartier Saint-Sauveur, à Québec. Elle a ainsi triplé sa superficie et ses dépenses, mais «quintuplé sa visibilité» grâce aux deux façades de son commerce, baptisé Coeur de Mailles. Elle a aussi mesuré l'amitié de ses clients, dont plusieurs l'ont aidée à déménager... le 2 janvier.

Clarisse coud toujours à la main.... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Clarisse coud toujours à la main.

Le Soleil, Patrice Laroche

Clarisse a toujours cousu et tricoté. «Je ne me souviens pas d'avoir appris», confie-t-elle. Aujourd'hui, en plus de vendre de la laine, du fil et du tissu, elle enseigne les travaux à l'aiguille. «J'aime transmettre mon savoir et donner de l'autonomie aux gens», dit-elle. Dans sa boutique, point de machine. Ce sont les mains qui s'activent. «Chaque fois que tu t'affranchis de la machine, tu t'offres un espace de liberté», philosophe-t-elle.

Elle vend les carrés prédécoupés pour la courtepointe «les plus chers au monde», soit 9 $ chacun. De la marque Birch Fabric, ils viennent des États-Unis. Mais Clarisse a ses trucs pour faire baisser la facture. Couper les carrés en trois, par exemple. 

Partenariat

«Prenez-en un ou deux très beaux, puis achetez le reste chez Tania Textiles», glisse-t-elle également. Elle ne fait pas compétition à ce magasin situé de biais au sien. Au contraire, elle prône le partenariat entre commerçants. Tenez, pour la bourrure de votre courtepointe, elle vous enverra chez Fabricville. Ou, mieux, elle vous suggérera d'utiliser de la vieille ratine ou une couverture défraîchie. Car l'idée de la courtepointe n'est-elle pas le recyclage?

Clarisse propose aussi des languettes de tissu prédécoupées présentées en gros rouleaux moelleux. Leurs couleurs et leurs motifs sont déjà assortis pour composer des courtepointes, petites ou grandes.

Les carrés prédécoupés de la marque américaine Birch... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

Les carrés prédécoupés de la marque américaine Birch Fabric sont «les plus chers au monde», soit 9 $ chacun.

Le Soleil, Patrice Laroche

Elle vous prêtera ses livres de référence pour des consultations sur place, mais elle vous invitera à faire vos achats à la librairie Pantoute, plus à l'est sur Saint-Joseph.  Le livre des Fermières reste un outil encore pertinent. Et Internet regorge de tutoriels.

Imperfection du point

Clarisse offre des ateliers de courtepointe sur demande. Elle réclame 105 $ pour huit heures de cours, avec des groupes d'au maximum quatre personnes. Elle fait ça «à l'ancienne» : sur papier et à la main! «C'est un temps mort qu'on se donne, pour le plaisir», fait-elle valoir. Et le plus beau, c'est qu'elle autorise «l'imperfection du point», pour elle-même et pour ses élèves. Ces coutures «anarchiques», elle les a baptisés «points Franken-stein». «On n'est pas obligé de respecter la rigueur de la Guilde des courtepointières», décrète-t-elle.

Clarisse ne vend pas de «pièces finies», sauf les petites pattes pour bébés et les étuis à aiguilles de San Rococo, la petite boutique de couture à côté de Tania Textiles.

Il y a sept ans, elle a vécu un burn-out et a été forcée de revoir sa façon de travailler. Si elle consacre encore beaucoup d'heures à sa boutique, elle affirme s'être débarrassée de la pression. Avec un bébé de 17 mois (Anatole) et un mari invalide, Clarisse se donne le droit au plaisir, à la beauté et à l'intensité. 

Information : 47, Saint-Joseph Ouest, tél.: 418 529-8773. www.coeurdemailles.com




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer