Ma p'tite folie: aux mille trouvailles

La chapelière Shirley Gourgues réalise des chapeaux de... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

La chapelière Shirley Gourgues réalise des chapeaux de toutes les couleurs pour toutes les saisons.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour Louise Lainé, l'île d'Orléans est un souvenir d'enfance qui s'est transformé en rêve réalisé. Sa coquette galerie aux mille trouvailles, la bien-nommée Ma p'tite folie, a fêté ses 20 ans le 1er juin.

Dans la boutique, on trouve des antiquités, comme... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 1.0

Agrandir

Dans la boutique, on trouve des antiquités, comme ce cheval à bascule.

Le Soleil, Caroline Grégoire

La visite se poursuit au sous-sol, où on... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 1.1

Agrandir

La visite se poursuit au sous-sol, où on voit les fondations érigées il y a plus de 100 ans. 

Le Soleil, Caroline Grégoire

Comme bien des enfants de Québec et de la Chaudière-Appalaches, elle a fait le tour de l'île d'Orléans chaque été, cordée avec ses frères et soeurs sur la banquette arrière de l'auto familiale, pour se remplir les yeux de paysages bucoliques. «Ça permettait de voir la nature et ça ne coûtait pas cher», note-t-elle avec un grand sourire. 

L'île qui flotte au large de la Côte-de-Beaupré est bien vite devenue une inspiration pour la peintre. Si bien qu'elle a eu envie de venir s'y installer pour ouvrir une galerie. Elle a trouvé la maison idéale à Saint-Jean, d'où elle voit la Rive-Sud, dont elle est originaire.

«Au début, ce n'était vraiment pas en bon état, il a fallu tout refaire. J'ai essayé de garder le plus possible les divisions internes», indique Mme Lainé. La première année, la galerie était modeste et occupait seulement la grande pièce à droite de l'entrée. Puis elle a investi le sous-sol, un havre de fraîcheur où on voit les fondations érigées il y a plus de 100 ans. Le logement qui occupait le rez-de-chaussée a ensuite été transformé pour accueillir un petit espace café et un autre espace d'exposition. La propriétaire loge à l'étage et bénéficie d'un atelier dans une partie du sous-sol pour travailler pendant la saison morte.

La galeriste a été bien accueillie par les cultivateurs et les habitants de l'île, qui fréquentent la boutique. Des visiteurs y reviennent chaque année comme pour y faire un pèlerinage. «Comme on fait le tour de l'île, par tradition», note Mme Lainé. Les touristes font bien sûr partie de sa clientèle. Elle a d'ailleurs fait sa première vente, il y a 20 ans, à des Australiens. «Je venais à peine d'ouvrir. J'ai vu ça comme un bon signe.»

Au travers des créations des 35 artistes liés à Ma p'tite folie, on trouve de nombreux objets signés par l'hôtesse. Elle peint entre autres des paysages de l'île à toutes les saisons sur des champignons séchés. La face plane de ces mastodontes prélevés sur des arbres de l'île accueille l'image. Elle réalise également des arrangements floraux dans des morceaux de bois de grève et redonne vie à des meubles oubliés, comme des pupitres d'écoliers ou des armoires un peu fanées, en peignant leur surface. Ses toiles au pastel et à l'huile montrent le plus souvent des oiseaux des berges, un sujet dont elle ne se lasse pas.

La multitude de petites pièces qui composent la maison invite à la flânerie. Les objets y sont bien ordonnés, comme dans une maison où les souvenirs s'accumulent avec grâce.

Plusieurs artistes créeront en plein air devant la galerie cet été.

Ma p'tite folie, 1822, chemin Royal, Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans, 418 829-3076

Des bateaux en vitrail d'Yvon Lavoie ... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 2.0

Agrandir

Des bateaux en vitrail d'Yvon Lavoie 

Le Soleil, Caroline Grégoire

Parmi les exclusivités, des couvertures en poils de... - image 2.1

Agrandir

Parmi les exclusivités, des couvertures en poils de chien faites par Francine Asselin

Coffre aux trouvailles

Dans la galerie Ma p'tite folie, sur l'île d'Orléans, on trouve des oeuvres d'art et des créations de tout acabit, faites par une trentaine de créateurs qui ont tous vécu sur l'île ou sur une des rives environnantes.

Des sculptures de canards et des mosaïques de Pierre Bougie, de jolies peintures à l'huile sur l'eau d'Armande Dubois, des bols en céramique Lise Fleury, des objets de verres dessinés par Raymonde Laberge, des bateaux et des oiseaux en vitrail d'Yvon Lavoie, des casse-tête de bois de Michel et Micheline Sansoucy ainsi que des chapeaux de Shirley Gourgues composent une partie de l'inventaire. Les matières de l'île - bois, galets, fleurs - sont mises à l'honneur.

On trouve les oeuvres d'une dizaine de peintres, de cinq sculpteurs, de trois créateurs de bijoux et de plusieurs artisans textiles qui réalisent des sacs (Noëlla Therrien), des courtepointes (Nicole Beaudoin) et des tricots (Céline Gagnon). Il y a même une couverture faite en poils de chien, signée Francine Asselin. 

Daniel Gouffé, un forgeron qui exerce son métier depuis ses 17 ans, signe des tisonniers, des girouettes et des coqs originaux. Il y a également quelques antiquités et de nombreux meubles restaurés et décorés, comme un réfrigérateur en bois et un grand garde-robe de couvent.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer