Guy Bel: le ferronnier d'art de l'île d'Orléans

À 78 ans, Guy Bel aimerait bien trouver... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

À 78 ans, Guy Bel aimerait bien trouver une relève pour sa forge.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Signe que le beau temps est arrivé, Guy Bel a troqué son béret pour un chapeau de paille. Mais pas un truc importé de Chine, précise-t-il. Son couvre-chef est l'oeuvre de l'artiste vannière Clodet Beauparlant.

Dans la boutique, cette girouette surmontée de Pégase... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

Dans la boutique, cette girouette surmontée de Pégase est le coup de coeur de la petite-fille de Guy Bel, Léanne, quatre ans.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

La Forge à Pique-Assaut se spécialise dans les... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.1

Agrandir

La Forge à Pique-Assaut se spécialise dans les travaux sur mesure de ferronnerie d'art : rampes d'escalier, clôtures, portails, corniches, girouettes, mobilier, accessoires de foyer, quincaillerie ancienne...

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Cette simple entrée en matière démontre toute la couleur du personnage. À 78 ans, ce ferronnier d'art né à Lyon, Québécois d'adoption, habite l'île d'Orléans depuis 1977. Il y a construit sa maison et son atelier qui abrite aussi une boutique et un économusée. Bienvenue à la Forge à Pique-Assaut!

Dire que Guy Bel se destinait à faire du dessin sur soie... Diplômé de l'École des beaux-arts, on lui a dit qu'il était daltonien alors qu'il peignait la terre en rouge... Si son travail a plu à un acheteur d'Arizona (!), il a toutefois réorienté sa carrière en soudure.

Arrivé au Québec après son service militaire, il a travaillé à Chibougamau, à Sorel, à Lauzon sur le chantier maritime. «Mais ça m'énervait le syndicat. J'ai toujours fui les syndicats.» Si vous abordez le sujet, il vous racontera pourquoi.

Cette table signée Guy Bel s'élève au rang... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Cette table signée Guy Bel s'élève au rang d'oeuvre d'art. En vente 1100 $ à la boutique.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Une oeuvre murale commandée par des gens de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.1

Agrandir

Une oeuvre murale commandée par des gens de Montréal.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Libre penseur

Libre penseur, artiste dans l'âme, il a finalement démarré sa propre compagnie «avec seulement 80 $ en poche». Un jour, il a entendu dire qu'on cherchait quelqu'un pour faire des pentures, des poignées de porte pour restaurer place Royale à Québec. Il a reproduit les artefacts qu'on lui a remis. Guy Bel l'autodidacte était lancé.

On retrouve ses oeuvres sur les sites historiques de Louisbourg en Nouvelle-Écosse, du fort Chambly et du fort Lennox à Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix, au manoir Mauvide-Genest à l'île d'Orléans.

Depuis des décennies, la Forge à Pique-Assaut se spécialise dans les travaux sur mesure de ferronnerie d'art, pour institutions ou particuliers. Rampes d'escalier, clôtures, corniches, mobilier, accessoires de foyer, quincaillerie ancienne sont façonnés au feu selon les techniques traditionnelles. Dans son atelier, Guy Bel affiche de beaux dessins faits à main levée pour ses clients.

Dans la boutique à l'étage, une photo montre un portail inspiré de Compostelle réalisé pour le comédien et conférencier Marcel Leboeuf. Il y a aussi Pégase, une magnifique girouette. La petite-fille de Guy Bel, quatre ans, espère bien qu'elle ne se vendra jamais.

Depuis quelques années, l'artisan forge aussi l'aluminium, qui est plus léger et ne rouille pas. Il en montre un échantillon dans son atelier, une demi-porte sur laquelle il a intégré des oiseaux et du feuillage.

Outre les petits objets qu'il martèle pour la boutique, il fait deux à trois gros projets par an. «Je cours pas après.»

Cigarette au bec, volubile et anecdotique, Guy Bel parle de sa vie avec passion. De ses doigts usés, il caresse la rampe d'escalier de l'économusée qui représente plus de 450 heures de travail et démontre tout son talent.

Vous aurez peut-être la chance de le voir à l'oeuvre en passant par là.

***

La Forge à Pique-Assaut, située au 2200, chemin Royal, Saint-Laurent-de-l'Île-d'Orléans, est ouverte tous les jours de 10h à 17h du 20 juin au début septembre, autrement sur réservation.

www.forge-pique-assaut.com

418 828-9300

****

Qui prendra la relève?

«C'est notre grosse tristesse», lance Sylvie Lavoie, gestionnaire de la Forge à Pique-Assaut et conjointe du ferronnier d'art Guy Bel. Aujourd'hui, c'est elle qui lui sert d'apprentie. Son mari a toujours formé sa main-d'oeuvre et pouvait compter sur deux employés autrefois. Si le talent et la volonté étaient parfois au rendez-vous pour reprendre le flambeau, encore fallait-il avoir les moyens de racheter la forge et ses outils. Outils que l'artisan a mis des années à trouver, qu'il a sauvés, restaurés, certains datant d'une centaine d'années et qui risquent de finir à la ferraille.

«C'est un musée vivant ici. On travaille encore avec tout ça», montre Sylvie Lavoie qui espère que Patrimoine Canada ou le ministère de la Culture s'en mêle, subventionne un jeune talent pour reprendre la forge. Pour comprendre toute la sensibilité de la chose, elle invite les gens à visionner la vidéo Le feu au coeur au www.ferronnier.ca.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer