Des artisans exposent à la Résidence de France

Prospectives, une oeuvre signée Manu Lerendu, Benoît Vauthier... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Prospectives, une oeuvre signée Manu Lerendu, Benoît Vauthier (photo) et Armel Pimagha, est constituée de 150 engrenages.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Résidence de France, avenue des Braves, accueille pour une deuxième année l'exposition Arborescences, qui met en valeur le travail de 29 étudiants et finissants des écoles-ateliers en métiers d'art du Cégep Limoilou.

Table.Chaises, des créateurs Marc-Étienne Boivin et Geneviève Bélanger,... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.0

Agrandir

Table.Chaises, des créateurs Marc-Étienne Boivin et Geneviève Bélanger, de l'entreprise Materia Prima, s'inspire des anciens meubles-téléphone. Il a été conçu pour convenir à des espaces restreints.

Le Soleil, Pascal Ratthé

AnnMarie Bérubé a utilisé du noyer noir, du... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.1

Agrandir

AnnMarie Bérubé a utilisé du noyer noir, du cerisier, de la résine et des pigments dans la confection de cette console qu'elle a nommée Nature urbaine.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Les portes de la résidence du consul de France, Nicolas Chibaeff, seront ouvertes aujourd'hui et demain, ainsi que le samedi

22 novembre, entre 11h et 17h, afin de permettre aux gens de Québec de mesurer le talent des ébénistes, des luthiers et des joailliers issus du Cégep Limoilou. Leur exposition explore le thème de la résonance.

«Le consul est un amoureux des arts», a commenté l'ébéniste Benoît Vautier, qui a créé avec deux collègues, Manu Lerendu et Armel Pimagh, une oeuvre constituée de 150 engrenages baptisée Prospectives. Faite de merisier russe et d'acier, elle a nécessité l'intervention d'un spécialiste en génie mécanique qui a vu au bon fonctionnement du mécanisme.

Nicolas Chibaeff a constaté que plusieurs étudiants en métiers d'art étaient français, d'où son initiative de leur prêter deux salons au rez-de-chaussée de sa résidence et de les transformer en salles d'exposition sans prétention.

Toutes les pièces sont à vendre. L'an passé, d'ailleurs, plus de la moitié avaient trouvé preneurs. Le consul lui-même en avait acheté quelques-unes, dont le lutrin qui trône encore à l'entrée.

Des Québécois et des Français se côtoient dans cette exposition, tout comme les étudiants et les artisans bien établis.

C'est ainsi que Marc-Étienne Boivin et Geneviève Bélanger, de l'entreprise Materia Prima, utilisent le mobilier «comme un prétexte à la création» et proposent un meuble hybride, à la fois tables de salon et causeuses. Fait de chêne blanc, de cuirette, d'aluminium et d'acier, il se distingue par ses lignes simples, ses matériaux nobles, ainsi que par son mécanisme solide et facile d'utilisation.

Bijoux originaux

Plusieurs bijoux sont aussi exposés à la Résidence de France. Sara-Maud Leblanc a créé un pendentif en coulant du sirop d'érable dans de la résine époxy. Elle a intégré un morceau d'écorce d'érable et une palette en argent.

La Résidence de France est située au 1075, avenue des Braves, à Québec. Guillaume Chiron et Benoît Vautier signent l'organisation de l'exposition. Information : www.arborescences-expo.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer