La maison vivante de la famille Batres-Rodrigue

Sur le chemin du Roy, à Saint-Augustin, une demeure érigée à travers les arbres... (fournie par AUpoint architecture)

Agrandir

fournie par AUpoint architecture

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sur le chemin du Roy, à Saint-Augustin, une demeure érigée à travers les arbres fourmille de vie. Une maman architecte, Sonia Batres, a écouté les besoins de ses enfants et de son mari, puis a imaginé un espace où pourraient cohabiter sa maisonnée et son atelier. Un projet vivant, écologique et évolutif.

De la rue, une pancarte annonce la firme AUpoint architecture. Dans la cour, quelques voitures et, sous le porche, une trâlée de vélos. Les collègues de Mme Batres nous accueillent au rez-de-chaussée, avec Nacho, le chien de la famille. Ici, tout semble tricoté serré. 

Le bureau compte quatre employés à temps plein, incluant Mme Batres. Son mari, Louis-François Rodrigue, donne aussi de son temps en dehors de son emploi régulier comme urbaniste stratégique. Leur travail, ils en mangent! Ce qui n'est pas toujours facile pour les enfants, a constaté la maman. Ainsi est née l'idée de quitter leur maison de Duberger et de construire LEUR projet familial, en intégrant l'atelier.

Pour concevoir leur nouveau nid, Sonia Batres a distribué à chaque membre de sa famille un sac plein de livres d'architecture. «Le weekend, on consacrait une journée à feuilleter les pages, à ressortir ce qu'on aimait et à dire pourquoi.»

Son fils Diego-Nicolas avait envie que la lumière «perce» d'un côté à l'autre de la maison. Il aime le bois, comme son père. «C'était sa période Harry Potter, il demandait des murs bibliothèques, des passages secrets. Il voulait vivre dans les arbres», se rappelle Mme Batres.

La cuisine a aire ouverte sert autant à... (fournie par AUpoint architecture) - image 2.0

Agrandir

La cuisine a aire ouverte sert autant à la famille qu'aux employés d'AUpoint.

fournie par AUpoint architecture

Quant à sa fille, Sarah-Gabrielle, elle rêvait encore d'être une princesse et voulait à tout prix un balcon, pour pouvoir descendre retrouver son prince charmant. D'où la grande terrasse extérieure qui longe la maison. Tout le monde y a accès de sa chambre.

Durant ce processus, Sonia Batres s'est effacée, n'a pas voulu trop intervenir pour que le résultat soit pur et authentique. «Je me suis mise en mode professionnel : j'ai écouté.»

Elle et son mari ont passé deux ans à chercher le terrain idéal, «un endroit magique». Ils l'ont trouvé entre forêt et terres agricoles, dans une zone naturelle du chemin du Roy.

Riche bagage

La maison qu'ils ont fait pousser là intègre de grands principes. Dans son Salvador natal, Sonia Batres a grandi avec les livres de son grand-père architecte. Elle s'est nourrie des bases de Mies van der Rohe, du Corbusier et «surtout» de Frank Lloyd Wright. «C'est lui qui me parlait le plus.» Lui pour qui l'architecture est directement en lien avec la nature.

Elle-même s'inspire du lieu pour créer, mais aussi de l'humain et de la culture. Au Salvador, elle a travaillé sur des maisons à monter en kit pour les réfugiés. Des maisons qui avaient de belles qualités de base, mais qui n'étaient pas adaptées. À cause des tremblements de terre, les Salvadoriens n'aiment pas se sentir coincés dans une petite pièce comme une douche, donne-t-elle comme exemple. «L'architecture, ce n'est pas juste une question de savoir-faire. Il faut écouter et observer.»

À l'Université de San Salvador, elle a appris les principes bioclimatiques qui venaient du Costa Rica, réputé pour son écotourisme. «Cette approche écologique est applicable partout. Ce sont seulement les ingrédients qui changent», croit-elle.

La pente du toit au sud permet de... (fournie par AUpoint architecture) - image 3.0

Agrandir

La pente du toit au sud permet de protéger l'intérieur des  forts rayons du soleil en été et laissent entrer les rayons plus inclinés en hiver pour venir réchauffer le plancher de béton.

fournie par AUpoint architecture

Installée au Québec depuis 2006 avec mari et enfants (son conjoint québécois s'était établi au Salvador après un stage), elle a appris à composer avec notre climat. Dans leur maison, de grandes fenêtres se déploient côté sud pour favoriser la luminosité naturelle et le chauffage passif. La pente du toit protège l'intérieur des rayons du soleil plus verticaux en été, mais laisse pénétrer les rayons obliques en hiver pour réchauffer le plancher en béton. 

Le salon a été conçu pour accueillir éventuellement un foyer de biomasse. Mais Sonia Batres attendait de voir à quel point le soleil était assez puissant pour chauffer le plancher. Conclusion, pas besoin d'un trop gros foyer. «Les gens ont tendance à vouloir faire les choses tout de suite. La maison, elle est vivante. Il faut être à l'écoute de cet espace.»

Matériaux nobles et locaux

Quant aux matériaux utilisés, ils sont nobles, sans être extravagants. «Quand tu n'as pas l'argent pour te payer le meilleur marbre, tu ne prends pas du marbre. Tu choisis la plus haute qualité du matériau que tu peux te permettre», dit Sonia Batres, en citant un cours de philosophie qu'elle a suivi à son arrivée ici à l'École d'architecture de l'Université Laval. 

Ses comptoirs de cuisine sont donc en contreplaqué russe, un matériau «intelligent» parce qu'il est stable et qu'il permet de limiter le gaspillage. L'économie des ressources, voilà un autre principe auquel elle adhère naturellement, venant d'un pays où l'on récupère beaucoup. 

Ses armoires sont en contreplaqué russe laqué, alors que l'intérieur est en mélamine, un produit certifié écologique.

Pour sa maison, Sonia Batres n'a pas cherché à obtenir une certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). «LEED assure que les professionnels suivent des normes, mais ça coûte plus cher.» Ici, le projet était pour eux, supervisé par eux, sans rien avoir à prouver à personne. L'architecte s'est repliée sur des fournisseurs locaux, qui par ailleurs ne sont pas toujours reconnus par LEED.

Au salon, tout le monde s'assoit toujours par... (fournie par AUpoint architecture) - image 4.0

Agrandir

Au salon, tout le monde s'assoit toujours par terre, indique Sonia Batres. Au mur, des esquisses de son beau-père architecte, Yvon Rodrique.

fournie par AUpoint architecture

Beaucoup des matériaux de la maison viennent de la Beauce, même les colonnes d'arbre. Ces grands troncs qui s'étirent à l'extérieur comme à l'intérieur, c'était sa «surprise» pour sa famille.

Pour le plancher, les marches, les rampes, elle a choisi du mélèze, «le plus dur des bois mous», qu'on utilise normalement à l'extérieur.

Seules les grandes tuiles de Turquie qui recouvrent une partie du comptoir pour préparer les repas ne sont pas locales. Mais elles sont là pour durer, précise l'architecte qui y prépare de fameux ceviches. 

Les employés d'AUpoint circulent à l'étage pour la cuisine, la salle à manger et la terrasse. La section des chambres est quant à elle fermée par une porte coulissante.

La maison s'étire sur un troisième niveau, où Louis-François Rodrigue a établi son bureau. Dans une section encore en travaux, Diego-Nicolas a son mur bibliothèque. On y trouve aussi du rangement et un dortoir très fréquenté par les amis des enfants qui sont maintenant adolescents.

La maison n'a pas de sous-sol. «À cause de la nappe phréatique. On ne voulait pas de pompe», indique l'architecte. 

Elle nous mène au fond du terrain, où les eaux qui arrivent des terres agricoles sont captées et traitées, avant d'atteindre le fleuve plus bas. Ces eaux sont recueillies, passent à travers de grosses roches, puis sont filtrées dans un étang aménagé avec plantes, ménés et têtards. On y voit même des canards.

Mordue de son travail, Sonia Batres a fait de sa maison un fascinant laboratoire vivant.

Info : aupoint.ca




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer