La parole aux architectes: Jérôme Lapierre

Jérôme Lapierre... (Fournie par Jérôme lapierre)

Agrandir

Jérôme Lapierre

Fournie par Jérôme lapierre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les débuts d'année donnent envie de se projeter plus loin. Dans cet esprit, nous avons posé cinq questions à des architectes de tout âge sur notre façon d'habiter au Québec. Cette semaine, nous poursuivons avec Jérôme Lapierre, architecte depuis à peine un an. Une série à suivre chaque samedi.

PRÉSENTATION

NOM : Jérôme Lapierre

TITRE : architecte à l'Atelier Pierre Thibault

FAIT D'ARMES : en février 2014, il a remporté le prix de Rome en architecture, début de carrière et devenait le premier récipiendaire francophone de cet honneur décerné par le Conseil des arts du Canada. Ce prix lui a permis de faire un stage d'un an à Copenhague, au Danemark.

1 Quelle est la maison type dans la région de Québec en 2017?

A priori, on pourrait penser qu'il s'agit du cottage type de banlieue (ou la maison individuelle). Il ne faut toutefois pas oublier que les arrondissements où il y a le plus de densité sont les quartiers centraux, variant de 60 à 130 habitants par hectare. Dans les faits, la région de Québec compte plus de typologies d'appartements privés (près de 110 000) que de maisons isolées (78 000). Cela m'amène à dire que la maison type de Québec est un appartement, situé d'un immeuble de quatre étages et moins, non seulement par le volume que cette typologie représente, mais aussi parce qu'en 2017, on pense à habiter davantage dans les quartiers centraux.

Comment sera-t-elle selon vous en 2037, dans 20 ans? 

Elle sera mieux réfléchie et adaptée à nos besoins, sans doute plus petite mais mieux organisée, lumineuse et ventilée naturellement. Elle sera plus verticale et urbaine. J'ose même espérer qu'une politique architecturale sera en place, basée sur les meilleurs exemples, et qui permettra globalement d'élever le niveau. Bref, c'est une façon d'exiger collectivement un meilleur environnement dont on peut bénéficier au quotidien et d'avoir une ville plus cohérente, plus dense et plus confortable.

La maison du future sera plus verticale et... (Fournie par Sou Fujimoto architecte) - image 2.0

Agrandir

La maison du future sera plus verticale et urbaine, comme la House NA à Tokyo, au Japon.

Fournie par Sou Fujimoto architecte

Qu'adviendra-t-il de nos quartiers de bungalows?

Certains seront rénovés, d'autres agrandis pour y inclure une nouvelle famille ou de la famille vieillissante. Quelques îlots seront peut-être même densifiés à la manière d'une acuponcture légère. Ces quartiers auront besoin d'évoluer, de se dynamiser, d'ajouter de la qualité de vie et de trouver une nouvelle façon de vivre ensemble. Par exemple, les cours pourraient être regroupées pour créer des coeurs d'îlots habitables, des rues de commerces et services de proximités seraient ajoutées pour créer des milieux de vie où l'on peut vivre, travailler et faire ses courses dans un rayon de 10 à 15 minutes à pieds.

Que pensez-vous de la mode des mini-maisons?

C'est une belle façon de réfléchir l'habitat autrement. D'ailleurs, il faut être créatif lorsqu'on conçoit une mini-maison de manière à se projeter ailleurs dans une nouvelle façon d'habiter. On imagine souvent ce concept de mini-maisons comme chalet isolé, mais je pense qu'elles peuvent donner des pistes sur les insertions minces entre deux bâtiments, par exemple, en contexte urbain. Les Japonais sont très forts à cet égard.

La haute densité à échelle humaine de Copenhague,... (Fournie par Ursula Bach) - image 3.0

Agrandir

La haute densité à échelle humaine de Copenhague, au Danemark

Fournie par Ursula Bach

La densification n'est pas seulement une question de... (Fournie par Jérôme Lapierre) - image 3.1

Agrandir

La densification n'est pas seulement une question de hauteur, mais aussi de rapports d'échelle dans la ville et de cohérence par rapport au contexte. Ici, le quartier Bo01 à Malmö, en Suède

Fournie par Jérôme Lapierre

Qu'est-ce qui vous vient à l'esprit quand vous pensez au projet de tour Le Phare? Quelle serait, selon vous, la limite optimale de hauteur pour permettre la densification à Québec et pourquoi?

Mon expérience au Danemark m'a appris beaucoup sur la densité en climat nordique, où la majorité des bâtiments ont en moyenne 6 étages et au plus 15 étages. Pourtant, les quartiers sont très denses. On se rend compte rapidement qu'avec une même densité, il est possible de créer des lieux vivants, animés, avec plus de qualité et de perméabilité à l'échelle du piéton. La densification n'est pas seulement une question de hauteur, mais aussi de rapports d'échelle dans la ville et de cohérence par rapport au contexte. L'important est de planifier la ville dans son ensemble et d'établir une vision globale partagée par tous et inspirée des meilleures pratiques.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer