Quinzhee, l'architecture urbaine réinventée

Guillaume Fafard a fondé la firme Quinzhee Architecture... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Guillaume Fafard a fondé la firme Quinzhee Architecture en 2013.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'hiver venu, l'architecte Guillaume Fafard fait son one man show dans le bureau dont il est le président et le seul employé. Il l'a aménagé dans sa maison de Limoilou, qu'il a choisie en fonction de plusieurs critères, dont celui de pouvoir y revenir à pied les soirs de Festival d'été.

Une affiche de chantier en contreplaqué russe tient... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Une affiche de chantier en contreplaqué russe tient temporairement lieu d'enseigne. Quinzhee signifie «igloo».

Le Soleil, Erick Labbé

«Ma limite, c'était la 18e Rue», relate l'homme de 33 ans qui «pousse pour des maisons en ville» dans sa pratique et qui donne l'exemple avec son propre mode de vie. Quinzhee Architecture, la boîte qu'il a fondée en 2013, est située rue Eugène-Lamontagne (le prolongement de la 18e Rue), dans Limoilou, entre le Centre Vidéotron et l'Hôpital de l'Enfant-Jésus. «C'est central, près des autoroutes, sur une artère envisagée pour le SRB [service rapide par bus]», résume-t-il.

Fils de militaires, il a souvent déménagé dans son enfance, mais a toujours perçu l'automobile comme un élément essentiel de la vie. Pendant ses études, il a fait un échange à Toulouse, en France, et a dû vendre sa voiture. Il a découvert les commerces de proximité, la marche et les transports en commun. Pour réaliser, finalement, qu'il pouvait vivre sans auto.

Quinzhee s'est illustrée cette année en recevant un Mérite d'architecture de la Ville de Québec pour les Triplettes de Jeanne-Mance (dont nous avons parlé dans ces pages récemment) et en étant finaliste avec un triplex de la 25e Rue. Ces deux constructions neuves sont érigées dans Limoilou. 

Sur son site Web, Quinzhee montre aussi quelques réalisations dans Saint-Sauveur, Sainte-Foy et Charlesbourg. Ce sont la plupart du temps des habitations «multifamiliales», un modèle cher à Guillaume Fafard. «Je prône les maisons compactes», confie-t-il. En ville, à ses yeux, un cinq et demi sur deux niveaux, c'est bien parfait. Il croit qu'il serait possible de réduire la superficie de nos maisons de «5-10 %».

Son essai de maîtrise s'intitulait Habitat urbain de banlieue, une formule antinomique qu'il avait illustrée avec une photo du quartier Duberger, à Québec, avec ses duplex et ses autos identiques. En intégrant le marché du travail, Guillaume Fafard a voulu «réinterpréter le modèle de la banlieue en ville», c'est-à-dire proposer des maisons multifamiliales bien pensées, bien orientées, harmonisées à leurs voisines, mais personnalisables. Il n'en démord pas: le coût global d'une maison est moins cher en ville qu'en périphérie quand on tient compte du mode de vie, notamment de l'usage d'une (ou de plusieurs) auto.

Le mentor Yvan Blouin

Guillaume Fafard a travaillé pour l'architecte Yvan Blouin pendant deux ans. «Il a été mon mentor», dit-il. À cette époque, il a été approché par l'entrepreneur Construction SR avec lequel il a conçu les Triplettes de Jeanne-Mance, son «bébé». C'est ce projet qui lui a donné l'impulsion de fonder Quinzhee, sa propre entreprise. «Construction SR m'apporte beaucoup de contrats, poursuit-il. Il y a une bonne chimie entre nous.» Mais leur collaboration n'est pas exclusive.

L'été, le one man show se transforme en duo: Guillaume Fafard engage un stagiaire qu'il a eu comme étudiant au Cégep Lévis-Lauzon, où il enseigne à l'occasion. Dans la liste de ses objectifs pour 2017 figure d'ailleurs l'embauche de deux techniciens en architecture. Il veut aussi créer un nouveau site Web, continuer d'aménager son bureau et mieux diffuser ses réalisations.

En un mot

Quinzhee › Un quinzhee est une sorte d'igloo fabriqué avec un amoncellement de neige durcie, évidé ensuite. Le fondateur de Quinzhee Architecture, Guillaume Fafard, aime donc photographier ses projets après une bonne bordée de neige.

 

 

Des réalisations de Quinzhee

Le triplex de la 25e Rue

Le triplex s'est articulé autour de l'arbre que... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.0

Agrandir

Le triplex s'est articulé autour de l'arbre que l'architecte tenait à «exploiter».

Le Soleil, Erick Labbé

Cette construction neuve (basse densité) a été finaliste aux Mérites d'architecture de la Ville de Québec en 2016. Elle occupe un terrain étroit que son propriétaire voulait développer. Il a confié la construction à l'entrepreneur Stéphane Morin.

«J'avais à exploiter l'arbre, relate Guillaume Fafard. Il fallait protéger ses racines.» Il l'a donc aligné avec l'entrée de cet immeuble de trois logements (cinq et demi) locatifs. Pourquoi? Parce qu'il n'était pas nécessaire de couler des fondations vis-à-vis des marches. Les balcons sont au sud-ouest, les aires de vie au sud.

L'architecte a «réinterprété» la corniche en s'inspirant de celles des maisons voisines. Il a conservé le «rythme des ouvertures», mais observez comment il a «désenligné» les fenêtres dans les «carrés» qui leur sont impartis. La brique jaune s'harmonise aux revêtements des maisons du quartier Lairet, un secteur de Limoilou.

La résidence M2

Cette maison de Saint-Augustin ressemblait à un chalet...... (Fournie par Quinzhee Architecture) - image 4.0

Agrandir

Cette maison de Saint-Augustin ressemblait à un chalet...

Fournie par Quinzhee Architecture

... mais les rénovations proposées la transforment en... (Fournie par Quinzhee Architecture) - image 4.1

Agrandir

... mais les rénovations proposées la transforment en bijou contemporain. C'est la résidence M2.

Fournie par Quinzhee Architecture

Guillaume Fafard tenait à présenter ce projet de rénovation qui n'est pas encore concrétisé afin de montrer qu'il peut aussi s'attaquer à des maisons unifamiliales.

Située à Saint-Augustin-de-Desmaures, cette propriété ressemble à un chalet. Les rénovations que l'architecte propose sont colossales, elles se chiffrent à quelque 250 000 $. «On gardera les structures, explique-t-il. Mais on enlèvera le toit en pente, les tourelles et le revêtement de vinyle.» La maison gagnera un étage, un bureau à la maison, une grande terrasse couverte et un style contemporain.

La B2

Bâties dans le quartier Saint-Sauveur par Construction SR... (Fournie par Quinzhee Architecture) - image 5.0

Agrandir

Bâties dans le quartier Saint-Sauveur par Construction SR et conçues par Quinzhee, ces six maisons de ville formule condo sont très étroites.

Fournie par Quinzhee Architecture

Voilà ce que Guillaume Fafard veut dire quand il parle de «maisons compactes». Bâties à l'intersection des rues Bayard et Bagot, dans le quartier Saint-Sauveur, par Construction SR et conçues par Quinzhee, ces six maisons de ville formule condo sont très étroites.

Dans la maison compacte B2, les espaces de... (Fournie par Quinzhee Architecture) - image 6.0

Agrandir

Dans la maison compacte B2, les espaces de vie, soit la cuisine et le salon, sont situés aux étages supérieurs.

Fournie par Quinzhee Architecture

Qu'elles aient deux ou trois chambres, elles sont constituées d'une pièce par niveau. Et les espaces de vie (la cuisine et le salon) sont situés aux étages supérieurs, cette géométrie «dynamique» culminant par des terrasses individuelles sur le toit. Chaque maison est «traversante» d'un côté à l'autre de l'immeuble, ce qui favorise l'apport de lumière et de ventilation naturelles. Chacune est aussi dotée d'un stationnement et d'un mur de verre propice à la circulation de la lumière.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer