La Philharmonie de Hambourg prête à éblouir le monde

La Philharmonie de l'Elbe a coûté 10 fois... (AP, Frank Bruendel)

Agrandir

La Philharmonie de l'Elbe a coûté 10 fois le budget initial.

AP, Frank Bruendel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Avec plusieurs années de retard et un budget 10 fois plus élevé que prévu, la spectaculaire Philharmonie de l'Elbe, enfin achevée, dote le vénérable port de Hambourg d'une attraction de renommée mondiale.

D'ici au gala d'ouverture le 11 janvier, les ouvriers apportent la dernière touche à l'éblouissante salle de concert dessinée par le célèbre cabinet d'architectes suisse Herzog & de Meuron. «Rien de tel n'a jamais été construit», a écrit le critique Peter von Becker, quelques jours après une visite en avant-première. «Cette vieille ville hanséatique abrite maintenant quelque chose qui fait partie de la culture mondiale.»

Pour le quotidien allemand Die Welt, le «magnifique» bâtiment est en mesure de rivaliser avec l'emblématique opéra de Sydney. Et de pronostiquer le début d'une «nouvelle ère» pour l'ancienne cité marchande, qui «va réellement devenir une ville internationale».

S'élevant à l'extrémité d'un quai sur l'Elbe, la Philharmonie est bâtie sur un ancien entrepôt, dont seuls les murs extérieurs en briques ont été conservés. Au-dessus s'élève une structure de verre à couper le souffle, dont le sommet prend la forme de vagues.

Entre ces deux niveaux est lovée une place publique, protégée par des fenêtres en verre incurvé et offrant une vue imprenable sur le port, les flèches et les cieux capricieux de Hambourg. Le bâtiment abrite aussi des appartements de luxe, des restaurants et un hôtel.

L'Elphie, comme elle a été surnommée, domine du haut de ses 110 mètres la «Speicherstadt» mitoyenne, le quartier des entrepôts constitué d'un entrelacs de rues, de canaux et de ponts inscrit l'année dernière au Patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

Partie du projet HafenCity de développement du quartier portuaire autrefois délabré, la Philharmonie de Hambourg n'a pas échappé à la controverse avec une ardoise finale de 789 millions d'euros pour la ville de Hambourg. Soit 10 fois plus que le budget initial de 77 millions.

Sa construction a même failli être abandonnée à cause d'un conflit entre les autorités locales, les architectes et le constructeur Hochtief, a reconnu le maire de Hambourg, Olaf Scholz.

La municipalité voit maintenant dans la Philharmonie le joyau de Hambourg, à l'image du musée Guggenheim pour Bilbao (Espagne), capable de dynamiser le profil international de la ville.

«Ce bâtiment va entrer dans l'ADN de Hambourg», a assuré Jacques Herzog.

Dans le top 10

La grande salle, dont l'acoustique a été conçue par Yasuhisa Toyota, peut accueillir 2100 spectateurs. Elle devrait se classer parmi les 10 meilleures au monde, selon la ville de Hambourg. De leur côté, les Hambourgeois semblent déjà accoutumés à ce monument, malgré le lourd fardeau qu'il représente pour les contribuables de cette ville de 1,8 million d'habitants.

«Je l'admirais en me promenant devant tous les jours pendant des années et maintenant elle est enfin finie», s'enthousiasme Karl-Heinz Bentz, un retraité de 81 ans, ancien ouvrier d'une chocolaterie. Observant le bâtiment au crépuscule, il est convaincu que des «gens du monde entier vont venir à Hambourg juste pour le voir».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer