Une boîte et ses projets

Anne Carrier architecture: À fond la caisse

Anne Carrier et son conjoint Robert Boily... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Anne Carrier et son conjoint Robert Boily

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Anne Carrier se rendra à Ottawa mardi afin de recevoir la Médaille du Gouverneur général du Canada. Elle sera accompagnée par son conjoint et collègue Robert Boily, ainsi que par l'équipe d'ABCP Architecture, avec laquelle sa firme a travaillé en consortium pour la construction du siège social de la Caisse Desjardins de Lévis, l'édifice qui leur vaut cet honneur.

Un escalier traverse en diagonale le hall du... (Stéphane Groleau) - image 1.0

Agrandir

Un escalier traverse en diagonale le hall du siège social de la Caisse Desjardins de Lévis.

Stéphane Groleau

Tous les architectes veulent rendre les gens heureux. Anne Carrier, elle, améliore aussi leurs performances au travail. Le directeur général de la Caisse Desjardins de Lévis affirme en effet qu'il a connu le «meilleur semestre de son histoire» et que l'architecture de son nouveau siège social y a contribué.

«C'est corrélé», a spontanément lancé le dg Benoît Caron, alors que Le Soleil visitait le somptueux édifice érigé à l'angle des boulevards Alphonse-Desjardins et Guillaume-Couture, à Lévis. Le bureau Anne Carrier Architecture a signé ce projet en consortium avec la firme ABCP. Il leur vaut la Médaille du Gouverneur général. 

«On est vraiment heureux ici», a confié le dg de la Caisse au nom de ses 175 employés.

L'édifice tout en longueur se caractérise par sa fenestration magistrale, par ses escaliers jumeaux séparés par du verre (l'un dedans, l'autre dehors) et par ses cubes de bois, singulières salles de réunion qui flottent au-dessus du hall. «Les dessus sont occupés aussi, fait observer Mme Carrier. Ça évite le gaspillage d'espace.»

Anne Carrier et Robert Boily, son conjoint et collègue, voient une analogie entre ces blocs de bois et la canopée des grands arbres qu'ils ont réussi à préserver autour de l'immeuble.

Un immense escalier aux lignes géométriques anime le hall. Il crée une diagonale devant le mur de fenêtres qui inonde le lieu d'une lumière naturelle filtrée grâce aux stratégies des architectes : présence des arbres, plaques de métal perforées, fenestration profonde.

25 ans

Le bureau d'Anne Carrier célébrera ses 25 ans l'an prochain. L'architecte a développé une pratique diversifiée qui touche la construction résidentielle et institutionnelle, la restauration de bâtiments, la valorisation du patrimoine. Elle ne compte plus les églises de la Rive-Sud que son équipe a pour mandat de restaurer.

Une douzaine de jeunes travaillent dans son «atelier», des architectes et des urbanistes qui «sont au courant de tous les projets» des uns et des autres. La plupart sortent de l'université. «On les accepte sans expérience», explique celle qui s'est donné comme «mission» de les faire évoluer. «Robert [Boily] et moi, on n'a pas d'enfant», glisse-t-elle. 

Chaque année, sa firme octroie une bourse de 1000 $ à un étudiant de l'École d'architecture de l'Université Laval. «Je suis encore proche de l'École», dit-elle. 

Et si l'université fournit aux architectes «les ingrédients» de la profession, «le talent ne s'apprend pas», statue Anne Carrier. Pendant toute leur carrière, ils seront confrontés à la «dualité de l'architecture» : la technique et la création, essentielles à la qualité d'un bâtiment.

Comme architecte, elle sait qu'elle participe au bien-être des gens et à leur bonheur. Elle le mesure chaque jour elle-même puisque son bureau est installé depuis deux ans dans une maison cossue de l'avenue Bégin, au coeur de Lévis, dessinée en 1925 par l'architecte Lorenzo Auger. Tout est blanc, lumineux et il y a sur les murs quelques oeuvres significatives. 

Anne Carrier prêche par l'exemple. Son bureau communique à ses employés et à ses visiteurs une harmonie indéfinissable qui apaise et réconforte.

La Chaudière-Appalaches à l'honneur

Anne Carrier se rendra mardi à Rideau Hall, la résidence officielle du gouverneur général, à Ottawa, pour y recevoir la Médaille du Gouverneur général en architecture, la plus haute distinction canadienne de la profession. Elle acceptera cette récompense avec ses associés de consortium, ABCP Architecture. «C'est la première fois qu'un tel honneur est décerné à un projet dans la région Chaudière--Appalaches, et nous sommes très fiers d'avoir pu réaliser à Lévis ce projet phare pour la caisse mère du Mouvement Desjardins», a-t-elle commenté. Mme Carrier ira à Ottawa avec ses collègues Robert Boily et Charles Ferland. 

Le jury a louangé le travail des architectes en ces mots : «Cet immeuble à bureaux exceptionnel, qui fait partie du domaine des bâtiments commerciaux conçus pour des institutions financières, est innovateur dans son organisation et dans ses détails. La majeure partie de l'espace est conçue pour de grandes aires ouvertes, mais les concepteurs ont groupé espaces de circulation et locaux fermés le long du côté nord du bâtiment afin de créer une zone d'énergie et de contact. Un vitrage triple fournit l'isolation acoustique désirée pour les salles de réunion tout en créant une identité animée et particulière pour la façade. Le jury admire la précision et le raffinement de ce bâtiment exceptionnel et applaudit les clients qui l'ont soutenu.»

Le CLSC-CHSLD Desjardins, Lévis

Anne Carrier se rendra à Ottawa mardi afin de recevoir la... (Stéphane Groleau) - image 3.0

Agrandir

Stéphane Groleau

Rue Mont-Marie, à Lévis, l'équipe d'Anne Carrier a construit un bâtiment contemporain qu'elle a relié par une passerelle, sur ses six niveaux, au pavillon des Augustines, érigé au sud. Dans cette nouvelle construction, on trouve un CLSC et un CHSLD dotés d'une «trame structurale» qui permet «la superposition» de leurs fonctions, soit des bureaux pour le premier, et des chambres adaptées pour l'autre. Le CHSLD est organisé en trois unités de vie autour d'un noyau central de services. Les architectes ont porté une attention particulière à la qualité de vie des résidents et des usagers, notamment par l'ouverture de percées visuelles et par la générosité de la lumière naturelle. Le magnifique jardin des Augustines, à l'ouest, a été préservé. Cet agrandissement terminé en 2013 est le fruit d'un consortium avec la firme Robitaille, Larouche, Déry architectes.

La résidence de la Côte Rouge, Lévis (Saint-Romuald)

Anne Carrier se rendra à Ottawa mardi afin de recevoir la... (Benoît Lafrance) - image 5.0

Agrandir

Benoît Lafrance

Ce domaine boisé prestigieux est composé d'une résidence et de quelques pavillons (dont certains étaient déjà construits). Ce site privé est dominé par une chapelle du XIXe siècle, dont les architectes devaient affirmer la prédominance. Sa restauration fut la dernière étape de ce grand chantier qui s'est étalé entre 2006 et 2014. La structure interne de sa toiture et sa maçonnerie ont été restaurées. Des surcharges de neige avaient entraîné des mouvements latéraux des murs. Il a donc fallu retenir ces murs et réparer les fissures dans les charpentes de bois. La toiture de tôle à baguette en cuivre a été refaite en entier, selon le style d'origine. La voûte de plâtre de la chapelle a été préservée. Un des grands défis de ce projet a été de coordonner la séquence des travaux sans affecter l'occupation des lieux par le propriétaire. La résidence a valu à la firme Anne Carrier architecture un prix d'excellence de l'Institut canadien de la construction en acier, en 2007.

Le CFP Gabriel-Rousseau (Lévis, Saint-Romuald)

Anne Carrier se rendra à Ottawa mardi afin de recevoir la... (Benoît Lafrance) - image 7.0

Agrandir

Benoît Lafrance

La commission scolaire des Navigateurs souhaitait agrandir le Centre de formation professionnelle Gabriel-Rousseau et «affirmer son identité». Les architectes sont donc intervenus sur le bâtiment existant, qui est de facture plutôt classique, en lui annexant une nouvelle aile, d'architecture contemporaine. Les deux parties communiquent entre elles, mais elles sont distinctes. La plus récente a gagné en confort grâce à la lumière naturelle que les concepteurs ont réussi à maîtriser avec plusieurs stratégies : claustras, plaques perforées, fenestration profonde, verre sérigraphié. Ces contrôles de luminosité favorisent le confort thermique et visuel de l'usager. Il suffit de circuler entre l'une et l'autre, au rez-de-chaussée, pour mesurer la différence. À l'heure du midi, l'ancienne partie est surchauffée, alors que la seconde est tempérée. Pourtant, les deux sont orientées à l'ouest. Réalisé en consortium avec la firme Poulin Architectes et livré en 2010, l'agrandissement du CFP Gabriel-Rousseau a remporté un Premier Prix d'excellence de l'Ordre des architectes du Québec en 2011.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer