Vos édifices préférés

Yad Vashem, de la catastrophe à la rédemption

La visite du Yad Vashem, à Jérusalem, se... (Timothy Hursley)

Agrandir

La visite du Yad Vashem, à Jérusalem, se termine avec cette ouverture sur la nature remplie d'espérance.

Timothy Hursley

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un musée, une église, une tour d'habitation, un monument ancien... Chaque semaine cet automne, nous vous présentons l'édifice préféré d'un lecteur et l'explication de son coup de coeur. Vous voulez nous faire part du vôtre? Écrivez-nous à maison@lesoleil.com. Nous vous dévoilerons ses secrets.

Construit par l'architecte israélo-canado-américain Moshe Safdie, le Yad Vashem, à Jérusalem, relate l'histoire de l'Holocauste et rend hommage aux milliers de personnes qui ont sauvé des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Il est construit sur un site unique et s'ouvre sur l'avenir dans le paysage israélien.  Lucie Pagé, Québec

________

Tout de béton, Yad Vashem, le musée de l'histoire de l'Holocauste, a été aménagé sous le Har Hazikaron (la «montagne du souvenir»), le point culminant de Jérusalem, en Israël.

Le bâtiment a la forme d'un prisme triangulaire. Son concepteur, l'architecte Moshe Safdie, avait raconté au Soleil, en 2013, qu'une controverse avait marqué sa construction. La visite, en effet, se conclut sur une note d'espérance avec une baie vitrée qui s'ouvre sur les verdoyantes collines de la Judée. Espoir et Holocauste sont rarement associés.

Inauguré en 2005, le musée a une surface d'exposition de 4200 mètres carrés, dont la majeure partie est souterraine. Il est composé de huit salles distribuées de part et d'autre d'un fil conducteur baptisé «l'axe de la mémoire», qui mène le visiteur «de la catastrophe à la rédemption». Avant d'entrer dans le musée, il traverse une rampe en bois qui «marque la descente dans l'univers des héros et martyrs de l'Holocauste, dans les profondeurs de la terre, là où se cachaient les combattants du ghetto de Varsovie».

Chacune des salles participe à la compréhension de la «catastrophe» et met «en exergue la vigueur de la résistance». L'histoire de l'Holocauste y est relatée d'un singulier point de vue, celui des Juifs.

De salle en salle, sont abordés les thèmes de la politique raciale nazie, de la Pologne et du ghetto de Varsovie, des camps d'extermination, d'Auschwitz, des combattants juifs qui ont servi dans les armées, des survivants et des procès de Nuremberg.

À la fin, le visiteur se retrouve devant les photos et les noms de milliers d'enfants juifs morts pendant la guerre. L'origine du nom Yad Vashem vient d'ailleurs du Livre d'Isaïe et signifie «un monument et un nom».

Source : l'article Le nouveau musée de Yad Vashem et la commémoration des victimes homosexuelles du nazisme, de Régis Schlagdenhauffen-Maika, publié dans le magazine en ligne Le Bulletin du centre de recherche français à Jérusalem

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer