Une maison aux mille chantiers à L'Ange-Gardien

Bâtie en 1825, cette ancestrale de L'Ange-Gardien est la maison des mille... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bâtie en 1825, cette ancestrale de L'Ange-Gardien est la maison des mille chantiers. Ses propriétaires, Marianne Laprise et Mario Audet, ont refait sa toiture en 2008 et ses murs extérieurs l'an dernier. Et ils mesurent tout le boulot qui les attend à l'intérieur.

Mario Audet et Marianne Laprise sont originaires de... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Mario Audet et Marianne Laprise sont originaires de Montmagny. Ils sont propriétaires de cette maison depuis 12 ans.

Le Soleil, Patrice Laroche

D'autres acheteurs s'étaient manifestés lorsqu'elle a été mise en vente en 2004; ils s'étaient ensuite désistés. Mario a mis deux semaines avant d'avertir Marianne que cette maison qu'ils convoitaient était de nouveau sur le marché. Cette centenaire faisait peur à Mario. «Je voyais tous les travaux à faire», relate-t-il. 

«Tu vas trouver le menuisier en toi», a lancé Marianne à son ferblantier de mari. «Je ne connais rien aux deux-par-quatre», lui a-t-il répliqué.

Ces infatigables quinquagénaires ont la chance d'aspirer aux mêmes objectifs et de fonctionner tous les deux selon «l'inspiration du moment». «On fait nos recherches au fur et à mesure», explique Marianne.

Ils ont plongé en 2008. Ils ont donc fait appel à trois charpentiers-menuisiers pour refaire d'abord la toiture. Ils ont «déshabillé tout le haut», dégageant les poutres autrefois cachées par le plancher du grenier. Ils ont remis un toit par-dessus la structure d'origine, ce qui leur a permis d'isoler le toit par l'extérieur. Ils ont aussi fabriqué des lucarnes neuves.

Mario a passé l'été et l'automne à tailler quelque 12 000 planches de bardeau de cèdre, à leur donner l'angle voulu et à les clouer sur son toit.

Les fenêtres des étages supérieurs étaient en PVC.... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Les fenêtres des étages supérieurs étaient en PVC. Le couple les a refaites en cèdre rouge.

Le Soleil, Patrice Laroche

«Comme elle était avant...»

L'an dernier, 10 ans après l'achat, ils se sont attaqués au revêtement extérieur avec l'aide d'un charpentier-menuisier artisan. Marianne rêvait de planches verticales. En déparant la maison de ses panneaux de tôle gaufrée, ils ont découvert que le revêtement extérieur original était constitué de... planches verticales. 

«Je la voulais comme elle était avant sans le savoir», résume Marianne. «Le miracle finit toujours par arriver», complète Mario.

Il juge impossible de confier une restauration de cette ampleur à un entrepreneur. «Il n'y a rien de standard», explique-t-il. Et pour les coûts, ce serait «sans fin»...

Mario et Marianne se sont mis à «courir les moulins à scie». C'est à Saint-Isidore qu'ils ont dégoté les billots d'épinette rouge qui pourraient être taillés en planches verticales embouvetées. «C'était de la folie», confie Mario.

Oui, de la folie, considérant que ces planches ont ensuite été teintes recto verso - pour stabiliser le bois - avant d'être clouées, puis enduites d'une seconde couche de teinture.

Le couple a restauré les cadres de fenêtre et la galerie arrière avec du cèdre rouge huilé, et la galerie avant, avec du cèdre blanc.

«Nous avons travaillé fort», a confié Marianne dans un courriel.

Avec son parterre aménagé, avec les toiles et les vitraux de Marianne, cette maison vibre sous les élans créatifs de ses propriétaires. 

Maintenant que l'extérieur est terminé, ils prendront un peu de répit. Puis un jour, ils céderont à une impulsion, ils décloueront une planche et se lanceront dans un nouveau chantier, intérieur celui-là, au rez-de-chaussée et l'étage.

La galerie arrière et les cadres de fenêtre... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

La galerie arrière et les cadres de fenêtre sont faits de cèdre rouge. 

Le Soleil, Patrice Laroche

En rafale

Le défi: donner assez d'amour à la maison pour lui rendre son état d'origine

Le budget: le couple refuse de dévoiler le montant qu'il a investi, mais il affirme qu'il est possible d'utiliser du bois sans faire monter le coût des travaux.

L'inspiration: les belles maisons d'autrefois, tel que l'historien Michel Lessard les montre dans ses livres.

Le conseil: ne pas essayer de tout faire vite, effectuer des recherches, bien se documenter. «Le temps permet de mieux gérer les inévitables imprévus, qui sont gratuits et qui vont finir par arriver», philosophe Mario.

L'anecdote: exaspérée par la galerie délabrée, Marianne s'est mise à sabler les planches. «J'en avais gratté deux, relate-t-elle. Le lendemain, en arrivant de travailler, Mario avait détruit la galerie.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer