Une ancienne imprimerie qui fait bonne impression

  • Sylvain Berthiaume se décrit comme un «créateur d'habitats novateurs» et travaille dans le milieu depuis une vingtaine d'années. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Sylvain Berthiaume se décrit comme un «créateur d'habitats novateurs» et travaille dans le milieu depuis une vingtaine d'années.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 1 / 9
  • La façade de la bâtisse avant les travaux... (Fournie par Sylvain Berthiaume)

    Plein écran

    La façade de la bâtisse avant les travaux...

    Fournie par Sylvain Berthiaume

  • 2 / 9
  • ...et la façade après les travaux. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    ...et la façade après les travaux.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 3 / 9
  • Les planches de bois de palette recyclées et planées donnent un côté chaleureux à ce repère urbain. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les planches de bois de palette recyclées et planées donnent un côté chaleureux à ce repère urbain.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 4 / 9
  • L'intérieur de la bâtisse avant les travaux. (Fournie par Sylvain Berthiaume)

    Plein écran

    L'intérieur de la bâtisse avant les travaux.

    Fournie par Sylvain Berthiaume

  • 5 / 9
  • Les 650 pieds carrés du rez-de-chaussée sont optimisés. Au fond à gauche, des persiennes sur mesure isolent la chambre noire. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les 650 pieds carrés du rez-de-chaussée sont optimisés. Au fond à gauche, des persiennes sur mesure isolent la chambre noire.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 6 / 9
  • À ce jour, Sylvain Berthiaume a investi environ 80 000 $ dans le curetage de la bâtisse et l'organisation du rez-de-chaussée. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    À ce jour, Sylvain Berthiaume a investi environ 80 000 $ dans le curetage de la bâtisse et l'organisation du rez-de-chaussée.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 7 / 9
  • Les luminaires vintage ont été commandés sur Internet. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les luminaires vintage ont été commandés sur Internet.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 8 / 9
  • La salle de bain arbore la céramique Soligo nid d'abeille noir de chez Céramique Décor. L'oeuvre colorée au mur est signée Sylvain Berthiaume. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    La salle de bain arbore la céramique Soligo nid d'abeille noir de chez Céramique Décor. L'oeuvre colorée au mur est signée Sylvain Berthiaume.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La façade est annonciatrice : fibrociment sombre, bois grisonnant, fenêtres et portes contemporaines, graminées au vent... Ce petit condensé de design rue Bayard, dans le quartier Saint-Sauveur à Québec, porte la signature d'un créateur.

Son nom est Sylvain Berthiaume, il travaille dans le monde de l'habitation depuis une vingtaine d'années. Cette bâtisse est son nouveau chez lui. Il a acheté cette ancienne imprimerie, qui a aussi été boucherie, en juin. Il vient tout juste de terminer le rez-de-chaussée et d'y emménager.

Dès la porte franchie, on retrouve à l'intérieur l'esprit qui flotte à l'extérieur. Un décor industriel chic de 650 -pieds carrés, avec une touche masculine qui vient du bois, du noir, de l'inox et d'une rangée de crochets arborant différentes casquettes. 

Chez Sylvain Berthiaume, pas besoin de retirer nos bottes. Plusieurs meubles sont en métal embossé et ne craignent pas les coups. Les enfants des amis peuvent jouer librement. «Chez moi, j'aime ça vivre!» dit-il en prouvant que la beauté n'est pas intouchable.

L'aire ouverte composée du salon, de la cuisine et de la salle à manger est habillée de planches de bois de palette récupérées et planées pour donner un côté chaleureux à ce repère urbain. Le plancher et le bloc de boucher de la cuisine en hêtre rustique affichent le même ton chaud.

Sylvain Berthiaume, qui a dessiné le mobilier de la cuisine, a intégré du marbre à son îlot, acheté chez Quartz SMT. Sur le comptoir en acier inoxydable trône le presse-agrumes Juicy Salif de Philippe Starck. On sent un petit faible pour le célèbre designer français, par la présence aussi de chaises transparentes inspirées du fauteuil Louis Ghost.

Tout au fond, des persiennes faites sur mesure isolent la chambre noire. Murs, plafond, rideaux sont couleur ébène. «Je n'ai jamais aussi bien dormi», lance le créateur.

Il souligne que la pièce foncée n'a pas l'air plus petite. Deux panaches blancs se découpent magnifiquement sur le mur, mis en valeur par une passerelle de lumières. Une grande toile anime encore la chambre dont le lit bas et rembourré provient de Maison Corbeil. Dans un coin, un vestige de cheminée en brique a été conservé pour le look.

Éventuellement, cette chambre avec son entrée indépendante deviendra un bureau. Sylvain Berthiaume souhaite ajouter un demi-étage avec une terrasse sur le toit pour aménager la suite principale. Le sous-sol, qui a six pieds et demi de hauteur, sera aussi revu pour recevoir une seconde chambre et une salle familiale. 

À ce jour, il a investi environ 80 000 $ dans le curetage de la bâtisse et l'organisation du rez-de-chaussée. «J'ai tout refait : la fenestration, la plomberie, l'électricité, l'isolation.» Des travaux qu'il a en partie exécutés, la balance a été confiée à Habitation PFN.

Vivre dans petit

Sylvain Berthiaume s'est lancé dans cette aventure parce qu'il voulait vivre en ville, posséder sa propre maison, tout en profitant de son temps, donc ne pas avoir de terrain à entretenir. En achetant cette ancienne imprimerie, il a toutefois fait un GROS compromis : quitter les 2600 pieds carrés où il habitait pour s'installer dans quatre fois plus petit!

«Au début, j'ai eu de la misère à m'habituer», reconnaît le créateur d'habitats haut de gamme, qui a d'ailleurs du mal à s'expliquer l'engouement pour les micromaisons. À ses amis qui veulent vendre leur demeure pour vivre dans plus petit, ils proposent de venir passer une semaine chez lui avec les deux enfants. Si tout est bien pensé, l'espace optimisé, la télévision encastrée, il n'y a pas de rangement, on entre directement dans le salon. Une famille de quatre se marcherait vite sur les pieds, croit-il.

Il soulève toutefois un avantage : «Ça me prend une demi-heure de ménage au lieu d'une journée.»

Il compte poursuivre ses travaux d'agrandissement au printemps. Puis après, qui sait? «C'est rare que je reste en place très longtemps», dit Sylvain Berthiaume qui en est à son quatrième projet résidentiel.

Information : facebook.com/SylvainBerthiaumeCreateurDambiance, 418 952-489

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer