Une boîte et ses projets

Firme STGM: des architectes bien logés

Vu de côté, le bâtiment est tout en... (Photo Stéphane Groleau)

Agrandir

Vu de côté, le bâtiment est tout en longueur.

Photo Stéphane Groleau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les architectes ne sont pas comme les cordonniers : ils sont bien logés. Depuis 10 mois, la firme STGM architectes est ainsi installée sur le boulevard Sainte-Anne, à Québec, «à l'orée de l'écoquartier D'Estimauville», dans un immeuble à l'ossature de bois où le principal occupant est la lumière.

Les parois ont été fabriquées avec des pièces... (Photo Stéphane Groleau) - image 1.0

Agrandir

Les parois ont été fabriquées avec des pièces de bois récupérées d'anciennes maisons. Les bureaux ouverts facilitent la communication. 

Photo Stéphane Groleau

Stéphan Langevin, concepteur principal de la firme STGM,... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.1

Agrandir

Stéphan Langevin, concepteur principal de la firme STGM, se tient dans l'une des deux cages d'escalier abondamment éclairées par un puits de lumière et ornées de phrases, dont le concept est signé Publigriffe. 

Le Soleil, Yan Doublet

Voilà le genre d'édifice qui procure une indéfinissable sensation de bien-être. On a envie de baisser le ton, de ralentir le pas et de prendre une pause. Alors, on le fait. On s'assoit. On observe. On voit du verre partout, de haut en bas, sur des murs entiers. Et dans les deux cages d'escalier fermées sur elles-mêmes, la clarté vient à nous quand même, par des puits de lumière qui illuminent les matériaux et les visages.

Dans l'immense salle centrale, où travaille l'équipe d'architectes, les motifs du tapis sont calqués sur «une simulation de lumière naturelle à midi, le 21 mars», explique Stéphan Langevin, l'un des cinq associés de la firme, avec Dominique St-Gelais, Jean-Yves Montminy, Michel Gingras et Jérome Ratté, qui est responsable du bureau de Lévis. Les formes géométriques pâles et foncées représentent le jeu d'ombre et de lumière sur le sol à ce moment précis.

Quelque 35 employés de la firme STGM (Saint-Gelais-Montminy) se sont installés dans Beauport en juillet, après avoir passé 12 ans à Charlesbourg, dans des bureaux sans cafétéria ni matériauthèque.

La firme a acheté le terrain où se trouvaient une station-service et un lave-auto, aux limites de l'écoquartier D'Estimauville. «Le terrain était décontaminé», précise Stéphan Langevin, concepteur principal au sein de la firme.

Aujourd'hui, le bâtiment de 1000 mètres carrés répartis sur deux niveaux héberge une firme d'ingénieurs, Ambioner, ainsi que quatre entités rattachées à STGM, soit Cargo (gestion de projets), Idea (design d'intérieur), Fixion3D (simulation 3D), et Codex (codes et normes du bâtiment).

La conception, la construction et le déménagement ont été motivés par un objectif tout simple : être confortable. Il s'est concrétisé avec des concepts idoines : de la lumière naturelle, une bonne ventilation, des espaces généreux, «quelque chose de cohérent et de vivant», «mais rien de trop sérieux».

Vers une certification LEED platine

«On a construit selon nos valeurs, on est allés fort», poursuit M. Langevin, en référence aux stratégies que STGM a mises en oeuvre pour atteindre la certification LEED platine, le plus haut niveau en matière de bâtiment durable, dans la catégorie des nouvelles constructions.

L'architecte désigne le mur de bois dans la salle principale. «On a acheté le bois aux Matériauthèques en Chaudière-Appalaches, il avait été récupéré d'une maison de la Beauce», mentionne-t-il. Les chaises de bureau et les armoires de cuisine faisaient partie du mobilier du bureau de Charlesbourg, ajoute-t-il.

Mais la certification LEED, c'est plus que de la récupération de meubles et de matériaux. Ce bâtiment de forme longitudinale est «le résultat d'une batterie de choix écoresponsables» :

• réduction de la consommation d'eau potable (achat de robinets et de pommes de douche à faible débit, utilisation de l'eau de pluie pour l'évacuation des toilettes);

• réduction de la consommation énergétique (récupération de la chaleur interne, érection d'un mur solaire);

• approche minimaliste du concept structural (les fermes de toit et les poutrelles de plancher sont construites à partir de pièces de petites dimensions, ce qui permet d'alléger le bâtiment et de créer un environnement de travail à aire ouverte);

• accès à la lumière naturelle et aux vues extérieures (fenêtres abondantes et ouvrantes sur les quatre côtés, six puits de lumière);

• éclairage complété par des diodes électroluminescentes équipées de détecteurs de luminosité;

• systèmes mécaniques conçus pour refroidir et chauffer efficacement, au même moment, différentes zones du bâtiment.

Pour l'équipe de STGM, ces choix «allaient de soi». «C'est de plus en plus facile», se réjouit Stéphan Langevin. Car chaque fois qu'il est question d'un matériau, il est possible d'en acheter un qui soit écoresponsable. Et en s'installant tout à côté d'un écoquartier, STGM s'imposait implicitement de suivre les mêmes objectifs.

L'établissement de détention de Roberval... (Image fournie par STGM) - image 2.0

Agrandir

L'établissement de détention de Roberval

Image fournie par STGM

Le pavillon Vachon de l'Université Laval... (Photo Stéphane Groleau) - image 2.1

Agrandir

Le pavillon Vachon de l'Université Laval

Photo Stéphane Groleau

Créations d'envergure

En 13 ans, STGM a développé une expertise dans des domaines variés : les centres de détention, les complexes sportifs, les usines de traitement d'eau, «les vieilles pierres» de bâtiments patrimoniaux.

La firme a notamment participé à la conception de l'hôtel La Ferme de Baie-Saint-Paul et du Complexe sportif multifonctionnel de Saint-Augustin-de-Desmaures; elle est impliquée dans la reconstruction du Manège militaire et dans la restauration des Nouvelles Casernes, elle a restauré trois des portes du Vieux-Québec et des portions de la Citadelle. Voici les détails de deux projets d'envergure.

Établissement de détention de Roberval (Construction)

La sécurité et la réinsertion sociale faisaient partie des défis de ce projet de 103 millions $. Il fallait ne pas compromettre la première, tout en offrant un milieu de vie de qualité aux personnes incarcérées. Les concepteurs ont misé sur l'accès à la lumière naturelle et sur des vues sur l'extérieur en intégrant des puits de lumière dans les ailes carcérales. Le pavillon d'accueil est doté d'une structure de bois apparente, tandis que le bâtiment principal, avec son parement en planchettes de bois et de métal blanc, rappelle les grands complexes agricoles.

En consortium avec Parizeau Pawulski architectes + Les Architectes associés

Pavillon Alexandre-Vachon de l'Université Laval (Rénovation)

La première phase de cet ambitieux projet qui totalise 90 millions $ visait à corriger l'entrée quasi inexistante, le circuit de circulation labyrinthique, les espaces étudiants désuets et l'accessibilité universelle déficiente. STGM a créé un «coeur de bâtiment» qui comprend un nouveau hall, des circulations verticales et une cafétéria aux qualités acoustiques «impressionnantes», ainsi que des nouveaux locaux pour les associations étudiantes. L'agora a été créée par la construction d'une toiture au-dessus d'une ancienne cour intérieure dont la façade ouest était ouverte sur le stationnement principal. Un système de passerelles relie maintenant les différentes ailes du pavillon.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer