Place publique éphémère dans Saint-Roch

Voici une des idées qui a jailli lors... (Image fournie par l'école d'architecture de l'Université Laval)

Agrandir

Voici une des idées qui a jailli lors des ateliers tenus par des étudiants et des firmes d'architectes.

Image fournie par l'école d'architecture de l'Université Laval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La cour intérieure de l'ancien complexe funéraire Lépine Cloutier, dans le quartier Saint-Roch, à Québec, se transformera en place publique, cet été, grâce à l'initiative des finissants à la maîtrise de l'École d'architecture.

Ils ont baptisé leur projet SPOT, Sympathique place ouverte à tous, inspiré «d'un mouvement mondial de prise de possession éphémère d'îlots urbains délaissés» dont ils visent à montrer le potentiel inexploité.

Depuis près de 20 ans, les étudiants de l'École d'architecture de l'Université Laval organisent chaque année une collecte de fonds appelée L'Objet, destinée à financer les activités des finissants à la maîtrise. Le succès de l'événement est tel que, l'an dernier, ils ont utilisé une partie de l'argent amassé en créant Délirious frites, l'un des fabuleux passages insolites de l'été, dans le secteur du Vieux-Port de Québec. 

«Ç'a été incroyable», rappelle Élisa Gouin, porte-parole des étudiants. Cet été, ils veulent une fois de plus faire rayonner l'architecture au-delà des murs de leur école et «valoriser la culture émergente». Du 19 juin au 15 août, ils investiront donc la cour intérieure de l'ancien complexe funéraire de la rue Saint-Vallier Est, aujourd'hui propriété d'Olivier Dufour, qui est en train de transformer le lieu en une «centrale créative» appelée Le réacteur.

La collecte de fonds des finissants en architecture se concrétise grâce à un encan annuel au cours duquel ils mettent aux enchères des objets qu'ils conçoivent et fabriquent eux-mêmes. Du montant récolté ce printemps, 9000 $ iront aux décors et aux installations du SPOT.

Ils ont aussi inscrit leur projet dans la plateforme de financement participatif La Ruche (larucheque

bec.com). Leur objectif? Dix mille dollars, qui serviront à l'élaboration d'une programmation répartie sur 32 jours d'activités gratuites : séances de yoga, cours de tricot, ateliers de jardinage, spectacles de groupes émergents, débats, tables rondes, cinéma en plein air, etc.

Récompenses aux donateurs

La contribution citoyenne par l'intermédiaire de La Ruche est assortie de récompenses. La personne qui donnera 50 $ recevra ainsi un arbre en pot qui passera l'été au SPOT, mais qu'elle récupérera au terme de l'événement. Pour 100 $, elle obtiendra un banc fabriqué par les futurs architectes.

Les étudiants ont aussi demandé à la Ville de Québec une subvention de 100 000 $. «C'est ambitieux, reconnaît Élisa Gouin. Mais si on l'a, la programmation sera épatante!» Cet argent servira, entre autres, à payer le cachet des artistes.

Au cours des derniers mois, une cinquantaine d'étudiants ont participé à des ateliers avec cinq firmes d'architectes afin de réfléchir à l'aménagement de la cour qu'ils souhaitent diviser en cinq zones. Nous présentons ici quelques images des propositions qui ont résulté de ce brassage d'idées. La construction débutera en juin. Et la cour sera animée bénévolement du jeudi au dimanche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer