ENTREZ!

Une maison contemporaine version nature

Un revêtement de cèdre gris pâle identifie le... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Un revêtement de cèdre gris pâle identifie le bloc principal de la maison, alors qu'un mélange de fibrociment et de briques noires recouvre le bloc d'accueil horizontal.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) De sa cour, dans Charlesbourg, Simon Hatem dit qu'il peut «se rendre jusqu'à Chicoutimi» à travers les bois. Le paradis... dans un bungalow. Beau paradoxe pour un maniaque du design qui a fini par s'offrir une spectaculaire métamorphose contemporaine.

«Nous sommes inspirés par les mêmes choses», ont... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

«Nous sommes inspirés par les mêmes choses», ont confié les créateurs de cette maison, l'architecte Étienne Bernier, à gauche, et le designer graphique Simon Hatem, qui en est le propriétaire.

Le Soleil, Erick Labbé

Le propriétaire a trouvé son paradis dans la... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.1

Agrandir

Le propriétaire a trouvé son paradis dans la nature à Charlesbourg.

Le Soleil, Erick Labbé

«L'intérêt, dans ce projet, c'est le spot», résume l'architecte Étienne Bernier qui a travaillé main dans la main avec Simon, puisqu'ils sont collègues au sein de l'entreprise Hatem+D Architecture.

Avoir le lac Beauport comme cour arrière. Apercevoir des pentes de ski depuis la fenêtre de sa chambre. Observer des écureuils à la queue leu leu sur leur «autoroute» de fils électriques. Voilà une idée du ciel pour un sportif de 45 ans.

En 2006, Simon Hatem s'était acheté ce bungalow des années 60 situé à Charlesbourg, dans le secteur qui donne sur le boulevard du Lac, à deux pas du centre de ski Le Relais. Il était cloisonné, ses fenêtres étaient toutes petites, il n'y avait pas d'étage. Bref, ce n'était pas la maison idéale.

Après une longue réflexion et des préparatifs d'au moins six mois, c'était parti! Sur les photos qu'il fait défiler sur son téléphone intelligent, ça ressemble à une destruction en bonne et due forme.

Signée Aspec, une entreprise de la Beauce, la... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Signée Aspec, une entreprise de la Beauce, la cuisine est minimaliste. Le vaste îlot est recouvert de corian. Son chant a été biseauté pour donner une impression de minceur.

Le Soleil, Erick Labbé

Le pro­prié­taire a décidé de recouvrir le mur... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.1

Agrandir

Le pro­prié­taire a décidé de recouvrir le mur de l'entrée avec de la pruche afin d'insuffler un peu de chaleur. Il a dessiné le garde-corps d'acrylique.

Le Soleil, Erick Labbé

Des murs porteurs éliminés, des fenêtres intégrées

Deux parois ont été conservées. Mais des murs porteurs ont été éliminés et des grandes fenêtres ont été intégrées, ce qui a entraîné un travail colossal sur la structure même de la maison. Le rez-de-chaussée est devenu une seule et spacieuse pièce à aire ouverte.

L'escalier est judicieusement caché derrière le module d'armoires de cuisine. «On ne sent pas l'étage», explique Simon. «Ça coûtait moins cher», ajoute Étienne.

Un garage a été annexé à la maison à laquelle il est relié par un vestibule vitré, paré de bois et d'acrylique. L'ajout d'un étage a permis l'aménagement de trois chambres où Simon, son fils et sa blonde ont de l'espace à revendre et des placards à n'en plus finir. «C'est la maison du rangement», blague Simon en ouvrant un peu partout des portes invisibles, sans poignée, camouflées dans des murs lisses.

La chambre, à l'étage, est en porte-à-faux au-dessus... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.0

Agrandir

La chambre, à l'étage, est en porte-à-faux au-dessus de la terrasse. Elle sera bientôt dotée d'une balustrade de verre.

Le Soleil, Erick Labbé

La salle de bain fait partie d'un module... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.1

Agrandir

La salle de bain fait partie d'un module indépendant au bout du couloir.

Le Soleil, Erick Labbé

Module indépendant

Avec son walk-in grand comme un boudoir, sa belle salle de bain et son balcon donnant sur la cour, la chambre principale constitue un module indépendant qui occupe le bout du couloir. Les mots d'ordre : sobriété et transparence.

Partout, les fenêtres encadrent des paysages. Et la lumière rebondit sur les planchers, le comptoir de corian, les armoires lustrées. L'éclairage à la DEL ne manque pas de moderniser l'ensemble du projet.

À l'avant, trois arbres matures ont survécu au chantier. Leur feuillage embellit tout l'étage et dessine, paraît-il, de jolis jeux d'ombres sur la façade. Des roches ont été «sauvées» et déplacées, afin d'être incluses dans un aménagement paysager qui fait honneur au «spot» si cher au propriétaire.

Simon Hatem et Étienne Bernier sont fiers de cette transformation qui fait rayonner leur entreprise. «On est hyper-complémentaires, ont-ils constaté tous les deux. Et la communication a toujours été excellente entre nous.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer