Échange Québec-Bordeaux: des étudiants font le pont entre deux cultures

Madeline Thouron, Bénédicte Gravelet et l'enseignant Stéphane Chambon... (Photo Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Madeline Thouron, Bénédicte Gravelet et l'enseignant Stéphane Chambon ont passé un mois à Québec dans le cadre d'un échange avec la ville jumelle de Bordeaux.

Photo Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La consommation d'électricité, l'importance des arts de la rue, les normes pour les handicapés, la définition du 5 à 7 : huit futurs techniciens en architecture de Bordeaux ont fait un stage d'un mois à Québec et mesuré les différences de culture entre les deux villes.

Bénédicte Gravelet, 32 ans, et Madeline Thouron, 33 ans, se sont fait les porte-parole de leurs collègues du Centre de l'association de formation professionnelle pour adultes de Bordeaux, avec lesquels ils ont passé un mois à Québec, entre le 

5 septembre et le 4 octobre. Invités par le Centre de formation Maurice-Barbeau, dans Sainte-Foy, ils logeaient dans les résidences de l'Université Laval. Ils étaient accompagnés par l'enseignant Stéphane Chambon.

Le maire Régis Labeaume les a reçus à l'hôtel de ville. Ils ont eu le privilège de visiter le nouvel amphithéâtre. Les larmes aux yeux, Bénédicte a témoigné de la générosité et de l'accueil des Québécois qui ont été «quelque chose de très marquant». 

Bénédicte et Madeline ont fait leur stage au service de la gestion des immeubles de la Ville de Québec. Chantal D'Amours, leur tutrice, s'est révélée «quelqu'un d'extraordinairement humain». 

Mais au-delà des contacts personnels enrichissants, les deux jeunes femmes ont vécu de «vrais échanges professionnels.» «La Ville nous a confié un projet concret qui laissera une trace», se réjouit Madeline. Elles ont revu «l'implantation de neuf patinoires de l'arrondissement des Rivières».

Différences notables

Les huit étudiants de Bordeaux sont venus à Québec pour se pencher, notamment, sur l'économie d'énergie et sur les structures en bois. Mais au final, c'est toute la culture de la ville qu'ils ont eu la chance de découvrir. 

Madeline et Bénédicte ont noté plusieurs différences entre leur ville et la nôtre : 

  1. Les Bordelais font plus attention à leur consommation d'électricité que les Québécois.
  2.  Les arts de la rue sont plus «impressionnants» ici que là-bas.
  3.  Des maisons et des écoles sans clôture, ça n'existe pas à Bordeaux.
  4.  La France a plus de normes relatives aux handicapés dans la construction résidentielle.
En juillet, sept étudiants du Centre de formation Maurice-Barbeau avaient eux-mêmes séjourné à Bordeaux dans le cadre de cet échange. Bordeaux et Québec sont des villes jumelles, «ça nous aide», a commenté Sylvie Faber, professeure et organisatrice du voyage. Les jeunes Québécois ont ainsi bénéficié de bourses. Et les Bordelais ont pu obtenir des cartes gratuites du Réseau de transport de la Capitale, cite-t-elle en exemple. Elle est enchantée de l'expérience.

Tout ne fut pas que boulot pour les Bordelais. Ils ont aussi apprécié les 5 à 7 québécois. «Chez nous, un 5 à 7 n'a pas la même signification», a confié Bénédicte, avec un sourire entendu. «En France, ça se passe entre deux amants», a résumé leur enseignant, Stéphane Chambon.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer