Cinq conseils avant d'abattre un mur

La première préoccupation à avoir avant d'abattre un... (Phasin Sudjai)

Agrandir

La première préoccupation à avoir avant d'abattre un mur est de déterminer s'il est porteur.

Phasin Sudjai

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis plusieurs années déjà, la mode est aux aires ouvertes dans la maison. À bas les cloisons entre le salon, la salle à manger et la cuisine! Mais attention, il y a des risques à démolir un mur. Voici cinq conseils avant de vous lancer dans ce genre de rénovations.

Conseil no 1

Tous les experts en bâtiment vous le diront, la première préoccupation à avoir avant d'abattre un mur est de déterminer s'il est porteur. Un mur porteur, en architecture, est destiné à supporter la charpente et la structure des planchers d'un bâtiment. C'est dire son importance.

Les plans de construction de la maison permettent d'identifier ce type de mur, indique François-William Simard, porte-parole de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ). «Malheureusement, souvent, on n'a pas les plans originaux. On peut essayer de les obtenir par la Ville. Sans quoi c'est important de faire évaluer si le mur est porteur ou non par une personne compétente. Généralement, un entrepreneur sera en mesure de le déterminer.»

Conseil no 2

Lorsque le mur qu'on veut voir disparaître s'avère effectivement porteur, on ne peut pas l'abattre immédiatement. 

«Il faut le faire évaluer par un ingénieur en structure», poursuit M. Simard. Après analyse, cet expert se prononcera sur ce qui pourrait remplacer le mur. «Si on doit mettre une poutre, l'ingénieur statuera sur ses caractéristiques. Toutes les poutres n'ont pas les mêmes capacités de charge.»

Conseil n3

Ce n'est pas parce qu'un mur n'est pas porteur qu'il ne dissimule pas une colonne porteuse, met en garde M. Simard. «Il faut s'assurer de ne pas la jeter par terre, elle pourrait causer de grands dommages.» Encore là, l'ingénieur en structure est la personne tout indiquée pour se pencher sur ce problème et trouver une solution de remplacement.

Conseil n4

À partir du moment où l'on obtient le feu vert pour démolir un mur, les experts recommandent toutefois de retenir vos grands coups de massue. «Parce qu'à l'intérieur, il peut y avoir du filage électrique, des conduites d'eau, des éléments d'un système de chauffage qui risquent d'être endommagés», explique le porte-parole de l'APCHQ.

«Quand on veut défoncer un mur, il faut y aller délicatement avec un marteau ou une minimasse. On cogne doucement, le gypse s'effrite et ensuite on peut l'enlever à la main», suggère Martin Mihaluk, ingénieur-conseil à la Corporation des maîtres électriciens du Québec. En abîmant un câblage, on risque de s'électrocuter ou de créer un incendie, rappelle-t-il.

Conseil n5

Dès qu'on a des appareils électriques au mur ou qu'on perçoit des fils à l'intérieur, il est recommandé de joindre un entrepreneur électricien. Lui saura dire ce que ces fils alimentent et s'il est possible de les couper, de les dévier. Même réflexe à la vue de tuyaux. Un expert en plomberie sera toujours le mieux placé pour évaluer la situation. En rénovation résidentielle, il ne faut pas hésiter à appeler un pro, insiste Martin Mihaluk en invitant à s'y prendre un peu à l'avance pour éviter les délais. S'il arrive un accident, un incendie, un dégât d'eau après des rénovations effectuées par un beau-frère, ça s'annonce plus difficile avec les assurances, illustre l'ingénieur-conseil. «Faire affaire avec des professionnels peut devenir un bon investissement en bout de ligne.»

***

Les coûts

Difficile de chiffrer ce que peut coûter la démolition d'un mur. Tout dépend de sa dimension, de sa complexité, de ce qu'il cache, des experts consultés. Une fois la division disparue, il faut aussi refaire une partie de plancher de bois franc, la plaque de plâtre au plafond, le tirage de joints, la peinture... «Ce n'est pas long d'arracher une division si elle est vide, mais il y a tous les à-côtés», rappelle Kevin Bluteau, menuisier et propriétaire d'AK Construction. 

***

Truc antipoussière

Abattre un mur génère énormément de poussière. Pour éviter qu'elle ne se propage un peu partout, l'APCHQ recommande de créer une pression négative. Pour ce faire, on ouvre une fenêtre dans la pièce en chantier et on place un ventilateur dirigé vers cette fenêtre. Ainsi, le ventilateur poussera l'air poussiéreux vers l'extérieur, créant un vide et attirant l'air sain du reste de la maison pour le remplacer.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer