Neuf beaux «fous» autour du monde

  • La grande famille de sept enfants originaire de la Rive-Sud de Québec s'aventure sur la mer pendant quatre ans, pour un voyage qui la mènera partout sur le globe. (Fournie par Brumeetpinocchio.com)

    Plein écran

    La grande famille de sept enfants originaire de la Rive-Sud de Québec s'aventure sur la mer pendant quatre ans, pour un voyage qui la mènera partout sur le globe.

    Fournie par Brumeetpinocchio.com

  • 1 / 7
  • Un air de vacances flottait clairement au-dessus du <i>Pinocchio</i> après une semaine de voyage. (Fournie par Brumeetpinocchio.com)

    Plein écran

    Un air de vacances flottait clairement au-dessus du Pinocchio après une semaine de voyage.

    Fournie par Brumeetpinocchio.com

  • 2 / 7
  • Selon les parents, faire l'éducation des enfants à distance leur sera bénéfique. (Fournie par Brumeetpinocchio.com)

    Plein écran

    Selon les parents, faire l'éducation des enfants à distance leur sera bénéfique.

    Fournie par Brumeetpinocchio.com

  • 3 / 7
  • L'école se fera à bord, en collaboration avec la Commission scolaire... des Navigateurs! (Fournie par Brumeetpinocchio.com)

    Plein écran

    L'école se fera à bord, en collaboration avec la Commission scolaire... des Navigateurs!

    Fournie par Brumeetpinocchio.com

  • 4 / 7
  • S'ajoute aux neuf matelots la jeune chienne labrador baptisée Brume. (Fournie par Brumeetpinocchio.com)

    Plein écran

    S'ajoute aux neuf matelots la jeune chienne labrador baptisée Brume.

    Fournie par Brumeetpinocchio.com

  • 5 / 7
  • L'objectif est de rejoindre les Bahamas pour décembre. «On veut rester là un bout pour profiter de l'endroit. À ce qu'on s'est fait dire, c'est un lieu exceptionnel pour les enfants», raconte le papa Marcus Forns. (Fournie par Brumeetpinocchio.com)

    Plein écran

    L'objectif est de rejoindre les Bahamas pour décembre. «On veut rester là un bout pour profiter de l'endroit. À ce qu'on s'est fait dire, c'est un lieu exceptionnel pour les enfants», raconte le papa Marcus Forns.

    Fournie par Brumeetpinocchio.com

  • 6 / 7
  • L'équipage vogue actuellement sur le Saint-Laurent en direction des Îles-de-la-Madeleine. (Fournie par Brumeetpinocchio.com)

    Plein écran

    L'équipage vogue actuellement sur le Saint-Laurent en direction des Îles-de-la-Madeleine.

    Fournie par Brumeetpinocchio.com

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ne pas connaître depuis aussi longtemps Marcus Forns et sa femme Johanne Gauthier, je serais bien d'accord avec ceux qui trouvent complètement fou de s'engager dans un tour du monde à la voile avec sept enfants, âgés de 2 mois à 11 ans.

Mais tandis que le couple, ses mousses et leur jeune chienne labrador baptisée Brume voguent actuellement sur le Saint-Laurent en direction des Îles-de-la-Madeleine, je crois plutôt qu'il faut les envier d'avoir cru avec autant de passion et depuis aussi longtemps à ce rêve familial qu'ils touchent enfin.

Et croyez-moi, s'il y a une famille qui peut relever pareil défi, c'est bien celle-là! Car à part la petite dernière, Florence, née en mai, il n'y a pas eu place à de grandes surprises dans la préparation méticuleuse des résidents de Saint-Étienne-de-Lauzon, sur la Rive-Sud de Québec.

«Je comprends la réaction des gens», assure tout de même Marcus, le capitaine de 41 ans. «"Irresponsable", je l'ai entendu. Mais je ne pense pas qu'on est irresponsables», précise l'enseignant en transport, qui a mis son travail sur pause pour vivre cette aventure. 

La famille, les amis, «ils connaissent d'où on vient. Ils savent notre background...» affirme mon ancien collègue d'études au baccalauréat en plein air et tourisme d'aventure, à l'Université du Québec à Chicoutimi. Un gars autant à l'aise sur un vélo à traverser le Canada avec Johanne et leur premier bambin, qu'à affronter le froid dans le Nord en camping hivernal. Ou encore à se mesurer au Saint-Laurent à bord de leur premier voilier, un 26 pieds. «Tu me connais, "JS", je ne suis pas un gars qui prend des risques. On n'est pas des têtes folles...»

Après une éternité à en rêver et trois ans à préparer le bateau et planifier ce tour du monde en famille, les beaux «fous» que sont Marcus, Johanne (38 ans), Raphaël (11), Thomas (10), Charlotte (8), Juliette (6), Félix (4), Alice (2) et Florence (2 mois) ont ainsi largué les amarres pour de bon le 3 juillet, de L'Isle-aux-Coudres.

Un voyage qu'ils devaient me présenter ce dimanche-là, à bord du robuste Pinocchio, leur voilier deux-mâts. Le ketch de 43 pieds en cale sèche pour l'hiver à L'Isle-aux-Coudres venait tout juste d'être remis à l'eau et patientait avant de prendre le large.

Sauf que la météo s'en est mêlée. Quelques heures seulement avant que je ne prenne la route pour rejoindre toute la famille au mouillage, j'apprenais que le Pinocchio devait devancer son départ pour éviter le mauvais temps qui s'annonçait.

Finalement, ce n'est qu'une semaine plus tard, alors que les Forns-Gauthier se trouvaient à quai à Sainte-Anne-des-Monts, en Haute-Gaspésie, que j'ai pu renouer avec eux par Skype.

Au soleil sur le pont, la famille vaquait à ses occupations dans une bonne humeur contagieuse, après cette première semaine sur le fleuve. «Il n'y a pas eu de mal de mer, c'est un gros plus!» a lancé dans un éclat de rire Marcus, en faisant référence au voyage préparatoire de deux mois l'été passé, sur le Saint-Laurent. Il faut dire que la bande avait été touchée durement à l'époque pendant les premiers jours...

Un an plus tard, la famille de marins a l'estomac plus solide, mais elle doit retrouver ses réflexes en mer. «C'est quasiment la case départ», expose sans trop s'étonner le capitaine. Tandis qu'il peut compter sur sa femme et ses deux plus vieux pour faire les manoeuvres, Marcus constate que la chorégraphie reste à peaufiner.

«Une journée à la fois», philosophe le chef de la tribu, qui ne se met aucune pression en vue de cet extraordinaire périple qui devrait s'étirer sur au moins quatre ans, si tout va comme prévu. «Avec des enfants, on fait ça plus tranquillement, c'est tout!»

Des Îles-de-la-Madeleine à la Nouvelle-Zélande

Le Pinocchio fera d'abord cap sur les Îles-de-la-Madeleine pour l'été. Un terrain de jeu extraordinaire pour poursuivre l'apprentissage des petits comme des grands. Puis, ce sera une descente sans presse à partir de la fin août vers le Sud en longeant la côte Est. L'objectif est de rejoindre les Bahamas pour décembre. «On veut rester là un bout pour profiter de l'endroit. À ce qu'on s'est fait dire, c'est un lieu exceptionnel pour les enfants», raconte Marcus.

Ensuite, le Panama et son canal autour de février-mars. Idéalement la Nouvelle-Zélande en novembre 2017. En mai suivant, l'Australie et l'Indonésie en poursuivant le tour du monde vers l'Ouest. Voilà pour les grandes lignes.

«C'est très loin tout ça!» pondère Marcus, tandis que Johanne acquiesce à l'écran. Car le duo sait très bien que les plans changeront en cours de route, question de donner priorité à la sécurité et l'expérience de la bande.

Au besoin, un équipier pourrait être appelé en renfort, en particulier pour les traversées comme celle du Pacifique, où les quarts de travail s'enchaîneront sans grand répit pendant les 20 à 25 jours du voyage. «Nous, on n'aurait pas de problème à accueillir quelqu'un à bord. Mais lui? Est-ce qu'il voudra se retrouver parmi nous?» rigole Marcus en balayant de la main le pont du voilier où grouillent les enfants.

Adaptation au nouveau mode de vie

Un air de vacances flottait clairement au-dessus du Pinocchio après une semaine de voyage. «J'ai de la misère à m'imaginer parti pour aussi longtemps», constate le capitaine. Le nouveau mode de vie prendra un moment à s'installer, croit-il. «Peut-être quand on ne verra plus d'épinettes... ou quand on verra des palmiers!»

Une adaptation que les enfants doivent aussi faire. «Quitter les amis, c'est ce qu'ils trouvent le plus difficile, affirme Johanne. Surtout qu'il n'y a plus Internet tout le temps comme à la maison...» Mais les activités sur le Pinocchio ne manquent pas: pêche du jour, cuisine, navigation, exploration avec l'annexe des rivages avoisinants... le monde s'ouvre aux Forns-Gauthier.

Si le retour n'est pas pour demain, la famille a tout de même gardé ses attaches et conservé libre sa partie duplex à Saint-Étienne. L'autre moitié servira de revenus pour aider à couvrir le budget du voyage qui est de 1500 $ par mois. Si le besoin venait à se faire sentir, Johanne pourrait reprendre des contrats de traduction à distance. Mais rien de tel dans un avenir rapproché.

L'école se fera à bord, en collaboration avec la Commission scolaire... des Navigateurs! Du matériel a été fourni par l'École de la Chanterelle et Johanne, qui a elle-même été éduquée en partie à la maison, s'occupera d'adapter les apprentissages aux explorations du quotidien.

«Motivation» et «discipline» sont les mots d'ordre qui assureront le succès de la démarche, croit Johanne, traductrice de métier. Bien qu'ils voient dans l'éducation à distance le plus grand défi du voyage, les deux amoureux n'ont aucun doute que l'expérience sera grandement bénéfique aux enfants.

Un équipage qui n'a pas fini de faire tourner les têtes dans chaque port qu'il visitera à travers le monde. «Ça crée des réactions», raconte en riant Marcus. «Les gens font le saut quand ils nous voient les neuf sur le pont!» 

Mais pour les Forns-Gauthier, il s'agit-là de leur réalité, dans ce qu'il y a de plus normal. Même loin de chez eux. 

«Voyager avec les enfants, ce n'est pas bien différent de la vie de famille à la maison, illustre Marcus. C'est notre quotidien, être avec plein d'enfants!» 

Pour suivre l'aventure : brumeetpinocchio.com

 

Participez à l'aventure

Parce que les joies du plein air sont toujours plus agréables en bonne compagnie, n'hésitez pas à nous contacter pour partager votre passion de l'aventure. Si vous préparez une expédition d'envergure, êtes adepte d'une activité qui mérite qu'on s'y attarde, connaissez une destination qui sort de l'ordinaire ou encore recherchez trucs et conseils, n'hésitez pas à nous faire signe à jsmassicotte@lesoleil.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer