Traversée de la Gaspésie

Ski nautique à Gaspé

  •  (Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

    Plein écran

    Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

  • 1 / 5
  •  (Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

    Plein écran

    Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

  • 2 / 5
  •  (Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

    Plein écran

    Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

  • 3 / 5
  •  (Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

    Plein écran

    Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

  • 4 / 5
  •  (Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

    Plein écran

    Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas de chance jeudi à la 14e Traversée de la Gaspésie (TDLG). La pluie est venue gâcher la fête tôt en matinée, rendant impossible pour les quelque 225 skieurs de fond et raquetteurs de reprendre les sentiers pour la cinquième journée au programme.

Pourtant, tous les espoirs étaient permis au lever, un peu avant 6h, alors qu'une belle couche de neige s'était accumulée au sol et que les bruyantes déneigeuses étaient à l'oeuvre. Ou était-ce finalement un rêve? 

Car une trentaine de minutes plus tard, l'eau qui tombait à plein ciel ne laissait aucun doute sur l'issue de la journée en plein air pour le groupe. La manne blanche tant espérée disparaissait à vue d'oeil, et les rues devenaient de petites rivières slusheuses. Désolant!  

À défaut d'envisager le ski nautique, il allait falloir trouver autre chose à faire... 

Qu'à cela ne tienne, la surprenante pluie glaciale en cette fin de février n'a pas refroidi l'enthousiasme des organisateurs de la TDLG, qui ont préparé en moins de deux- dans une nuit écourtée -un programme complet d'activités. 

Yoga, ateliers techniques liés au plein air et au ski de fond, cours de samba, bowling, massothérapie, conférences, musique... Tous ont été mis à contribution pour transformer ce congé forcé en moments d'échanges et de divertissement.

Une tâche rendue plus facile par le fait que le groupe réunit une multitude de gens de talent, capables de s'adapter rapidement et toujours disponibles pour prêter main-forte. 

Comme pour l'atelier à thématique plein air, qui était animé par Jacques Bouffard et Jeff Thuot, deux guides en raquette de la TDLG. Les participants pouvaient difficilement compter sur plus d'expérience réunie. Le premier est une institution à l'Auberge de montagne des Chic-Chocs depuis des années, tandis que le deuxième est notamment une sommité en canot de rivière.

Autrement, pour plusieurs, c'était une bonne occasion de prendre un peu de répit ou encore de soigner de petits bobos. Muscles endoloris, ampoules, entorses... certains appréciaient la pause plus que d'autres.

Je n'ai d'ailleurs pas entendu de fondeurs ou de raquetteurs se plaindre de ce changement de plan obligé. Depuis dimanche, tous ont été passablement «occupés» dans les sentiers gaspésiens.

Une poutine pour se consoler

Il y a des hasards dans la vie qu'il ne faut pas ignorer. La veille au souper de groupe, une habituée de la TDLG me vantait la fameuse poutine aux crevettes du resto Brise--Bise, rue de la Reine, au centre-ville de Gaspé. «Tu dois essayer un jour si tu en as la chance!» Un mets qu'il ne faut pas partager tellement il est délicieux, me disait-elle.

Bien qu'on mange particulièrement bien durant la Traversée, l'occasion soudaine de vérifier si la réputation de cette poutine était fondée n'allait pas être ratée jeudi. Car après tout, quoi de plus réconfortant qu'une poutine pour se consoler?

Tandis que plusieurs participants à la TDLG avait décidé de jouer aux touristes dans Gaspé malgré la flotte, la rumeur poutine s'était visiblement propagée. Nous étions en bon nombre au sympathique Brise-Bise à l'heure du dîner.

Verdict? Ma compagne d'aventure avait parfaitement raison. Et même plus! Du genre qu'on voudrait s'en faire livrer à Québec. Ou encore qu'on hésiterait certainement à en offrir à sa douce ou à ses enfants. C'est aussi bon que ça! 

Bref, je trouverai désormais ma poutine sans sauce au vin, échalotes et crevettes bien fade.

Mais bon, maintenant il faut s'arranger pour brûler les calories accumulées. Notre journée finale à travers Forillon, vendredi, devrait s'en charger. 

Il le faut. Sinon, je ne crois pas que je pourrai désormais résister...

Moment fort du jour: J'ai particulièrement apprécié la conférence donnée par Claudine Roy, la présidente de la TDLG. Elle nous a partagé son inspirant parcours, intimement lié à l'amour qu'elle a pour la Gaspésie, son «pays». Celle qui a réalisé mille et un projets fous- dont certains qui ont notamment impliqué Guy Laliberté ou Michel Legrand- nous a démontré que la vie devait se vivre à 100 km/h, rien de moins. «À l'impossible, nous sommes tenus», résume la femme qui aura bientôt 60 ans. Et pourquoi pas?      

Pour suivre l'aventure de la TDLG en direct, visitez la carte interactive à https://share.delorme.com/JSMassicotte et suivez la page www.facebook.com/Le.Soleil.Plein.air.jsmassicotte

Pour cette aventure, Jean-Sébastien est l'invité de la Traversée de la Gaspésie. Il est équipé par Arc'teryx, Pelican et Osprey.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer