Collectif Parlee Cycles: le plaisir du vélo à partager

Collectif Parlee Cycles, c'est huit passionnés de vélo... (Collectif Parlee Cycles)

Agrandir

Collectif Parlee Cycles, c'est huit passionnés de vélo qui filment leur style de vie cycliste.

Collectif Parlee Cycles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. En chutant lourdement à sa première course de la saison, Charles Ostiguy venait de mettre en pause son sérieux passe-temps de coureur cycliste. Mais pendant que sa clavicule brisée guérissait, il était possible d'asseoir le passionné de vélo assez longtemps pour qu'il revienne sur les intenses derniers mois où il a mis au monde un club nouveau genre à Québec, qui fait pas mal jaser dans l'univers de la petite reine; le Collectif Parlee Cycles.

Le cinéaste Thomas Rinfret lors du camp d'entraînement... (Collectif Parlee Cycles) - image 1.0

Agrandir

Le cinéaste Thomas Rinfret lors du camp d'entraînement du printemps en Virginie 

Collectif Parlee Cycles

À peine deux semaines après son accident au GP de Contrecoeur, Ostiguy avait déjà repris l'entraînement à une main sur le rouleau. La longue cicatrice encore fraîche tout le long de sa clavicule ne laissait cependant aucun doute sur le sérieux de l'affaire. Il ne savait pas encore quand il pourrait rejoindre ses copains dans le peloton.

Mais pour le représentant dans l'univers du sport et du plein air - Marmot, Necky Kayaks, Eureka!, Chaco, Jetboil... c'est son agence -, l'arrêt forcé ne l'a surtout pas tenu loin du vélo. En plein début de saison de course sur route, il en a profité pour s'investir encore davantage dans la mise en vitrine du Collectif Parlee, une véritable équipe de copains qui partagent la passion du vélo et qui ont décidé de faire les choses autrement.

«Je n'avais plus vraiment envie d'une structure standard», raconte Ostiguy, un abonné aux belles performances chez les Maîtres sur les circuits provinciaux, en particulier en cyclocross. C'est durant la saison passée, au moment de voir comment allait s'organiser la saison 2015 et sous quelles couleurs ses amis et lui allaient se regrouper, qu'il a réalisé le problème d'attirer des commanditaires.

Quand est venu le temps de s'assurer la collaboration de partenaires pour financer les besoins de l'équipe, l'homme d'affaires et sportif a vite compris les limites de la visibilité que le cyclisme amateur peut offrir. Même avec un logo sur un maillot au sommet d'un podium, ça reste un impact négligeable pour celui qui s'affiche ainsi. Il fallait donc faire mieux.

C'est de cette façon que le Collectif a pris forme. L'idée de promouvoir le style de vie cycliste - et par la bande les marques associées des partenaires - à l'aide de courts films à l'esthétique léchée s'est imposée. Le tout propulsé sur Internet par la force des médias sociaux. 

Dès lors, plus besoin de gagner des courses... ou même d'en faire! Sinon pour le plaisir. Car reste que le groupe de huit copains - dans la trentaine et la quarantaine - est un amalgame de coureurs, d'abord et avant tout. Certains auront une saison chargée d'une trentaine d'épreuves, tandis que d'autres n'en feront que trois ou quatre. Tous roulent pour le plaisir et aiment s'entraîner dur par-dessus tout.

Au sein du Collectif, outre l'amitié qui unit le petit groupe trié sur le volet, il devait y avoir essentiellement un intérêt à collaborer et à participer aux différents tournages des cinq films (un pilote et quatre épisodes de la saison 2015) de la part des membres de l'équipe.

«Ultimement, c'est une opération commerciale. On ne se mentira pas», résume Ostiguy, qui est devenu au fil de l'élaboration du projet le représentant pour la marque Parlee Cycles, un fabricant de vélos haut de gamme basé près de Boston. De superbes montures qui peuvent atteindre facilement les cinq chiffres, des purs-sangs qu'enfourchent tous les membres du Collectif.

Premier intéressé au succès de l'aventure, autant comme membre de l'équipe que comme représentant, Charles Ostiguy reste réaliste. Au total, c'est un budget d'environ 40 000 $ qui est impliqué dans le fonctionnement de l'équipe. Si le retour sur l'investissement n'est pas encore là, il fait confiance au potentiel de cette nouvelle façon de faire. «Je vais gagner pareil!»

Hier à Québec, c'était le lancement officiel de l'épisode numéro un du Collectif. Un retour sur les préparatifs de la saison et le camp d'entraînement qui s'est tenu en Virginie au début du printemps. Une fenêtre sur les défis, les douleurs et les sacrifices de la passion cycliste au sein d'un groupe de gars ordinaires, avec des jobs et des familles.

L'oeuvre professionnelle est réalisée par Thomas Rinfret, l'homme derrière la caméra pour le Collectif. Toujours la même approche, celle de raconter une histoire. Le vélo devient ensuite accessoire. Charles Ostiguy dit s'être inspiré de ce que fait la division films de Rapha, la luxueuse marque anglaise de vêtements de vélo, qui a su réinventer ces dernières années le style du documentaire cycliste en mettant en vedette des aventures uniques, loin des pelotons professionnels.

Charles, Thomas et le journaliste et chroniqueur David Desjardins, également un passionné de vélo et membre du Collectif, forment le trio qui scénarise les films. C'est ainsi qu'une visite à venir à l'atelier de Parlee Cycles, à Beverly au Massachusetts, se transformera bientôt en une lettre de David Desjardins au célèbre auteur Jack Kerouac, né à proximité, à Lowell. Dans la Lettre à Jack, on sera à première vue loin du vélo, mais ça s'annonce drôlement bien...

Les films de trois ou quatre minutes sous-titrés en anglais servent ensuite de carte de visite pour les partenaires du Collectif, comme Giro (chaussures, casques et accessoires) et Parlee (vélos) notamment. Et grâce à une présence inspirée sur le Web- Facebook, Twitter et Instagram-, la visibilité n'a ensuite plus de frontières.

Plusieurs sites Internet spécialisés de la planète vélo se sont d'ailleurs intéressés au Collectif Parlee ces derniers mois. Charles Ostiguy raconte qu'en plus de l'Amérique du Nord, la curiosité vient aussi de l'Europe.

Déjà tourné vers la manière de faire progresser le concept du Collectif la saison prochaine, le «patron» de la bande constate que d'autres équipes ont observé avec intérêt. «On est un peu en avant de la vague», observe Ostiguy au sujet de ce marketing de marques appliqué au service du cyclisme amateur.

L'idée risque donc de faire des petits. Et ça, ce sera la plus belle preuve que le Collectif Parlee a réussi son pari. 

Info : collectifparlee.com

-------------------------------------------------------------------------------

Le Soleil au coeur du Défi kayak

Au moment où les quelque 150pagayeurs du Défi kayak Mont­réal-Québec se mettront à l'eau au mois d'août prochain, Le Soleil sera au coeur de l'action pour vous faire vivre cette aventure unique qui sert de levée de fonds à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

En effet, je serai du voyage de kayak de mer de 260 kilomètres au fil du fleuve Saint-Laurent, du 13 au 16 août. Une occasion rêvée de découvrir les secrets et les beautés du célèbre plan d'eau, mais surtout de pouvoir être vos yeux et vos oreilles durant tout le périple.

Un témoin dans l'action de ce qui se passera sur l'eau, mais également sur la terre ferme, alors que de nombreuses personnalités et gens du public ont accepté de relever le défi un peu fou de Mathieu Fortier, l'idéateur du projet.

Au cours des trois prochains mois, ce sera donc la préparation physique qui sera à l'honneur afin d'être entièrement prêt pour ces quatre jours intenses, qui s'annoncent hauts en couleur.

Dans l'aventure, je retrouve avec plaisir le moniteur de Formation Kayak Québec, Patrice Boulay. Un ami qui sera le leader de l'équipe du Soleil durant le Défi, mais aussi un solide coéquipier sur lequel compter en prévision des sorties d'ici là. 

En attendant les premiers coups de pagaie en août dans le Vieux-Port de Montréal, un compte rendu des derniers développements sera présenté mensuellement, ici même dans la page Plein air. Et comme toujours, pour les curieux qui en veulent davantage, retrouvez-moi sur Facebook, sur Twitter ou encore sur Instagram. Info : defikayak.org 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer