Ouverture des patinoires: la Ville de Québec fait volte-face

À l'occasion de la semaine de relâche, toutes les... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

À l'occasion de la semaine de relâche, toutes les patinoires de Québec ouvriront dès 10h.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Toutes les patinoires de Charlesbourg sont finalement ouvertes tous les jours dès 10h pendant la relâche. La Ville de Québec ajoute de l'argent pour couvrir les frais de surveillance, qui étaient considérés comme trop chers par les corporations de loisirs responsables de la gestion des glaces extérieures.

Le maire a appris en lisant Le Soleil de samedi que malgré la relâche et le climat froid particulièrement propice, l'horaire des glaces des parcs Lyonnais et Chabot, sous la responsabilité des Loisirs du Jardin, restait inchangé. L'organisme disait devoir ouvrir de 16h30 à 22h faute de moyens pour assurer la surveillance et l'entretien pendant le jour. Même chose aux loisirs Saint-Rodrigue, alors que la patinoire du parc Henri-Casault devait aussi n'être ouverte qu'en soirée.

Or, elles seront toutes accessibles de 10h à 22h, comme toutes les autres patinoires du territoire de Québec. «J'ai appris ça dans le journal. Et on a dit : "Tu ouvres la patinoire, pis c'est toute". Si c'est une question d'argent, j'aurais aimé qu'ils m'appellent avant», a dit le maire de Québec avant le conseil municipal.

M. Labeaume a paru irrité par cette décision que son administration a dû infirmer. «Ça fait sept ans que je suis maire et ça fait sept ans que ça arrive. Quelque part, y'a quelqu'un qui en échappe une et qui ferme une patinoire. C'est ridicule, c'est la marmotte qui revient chaque année à la même date», a-t-il lancé.

Les corporations de loisirs du Jardin et Saint-Rodrigue avaient décidé de ne pas allonger les heures d'ouverture du lundi au vendredi de la relâche parce qu'elles ne touchent pas de subvention de la Ville pour ces heures de surveillance additionnelles pendant la relâche.

Les corporations devaient alors assumer une partie des coûts, soit environ 500 $. Une somme que la Ville de Québec payera finalement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer